Navigation – Plan du site

38 | 2014
Paysages en réseaux

Sous la direction de Philippe Béringuier et Laurent Lelli
Couverture SOE n°38
Informations sur cette image
20 x 26 cm - 158 p.
ISBN 978-2-8107-0362-3

Diverses lois au cours de ces dernières décennies ont impulsé un renouveau et densifié l’affluence du paysage sur la scène politique, sociétale et scientifique. Elles ont concouru à l’émergence de savoirs scientifiques et techniques tout comme de pratiques professionnelles renouvelés au regard des nouveaux impératifs d’amélioration des connaissances, de la transversalité des politiques publiques et de la formation et montée en compétences professionnelles que porte la politique du paysage à l’échelle nationale. Pour autant, les politiques du paysage impliquent une visée démocratique et nécessitent de nouveaux dispositifs pour partager une culture toujours inscrite à la croisée des regards, favorisant ainsi une prise de distance par rapport au monde confiné et traditionnel de l’art des jardins d’une part et du seul savoir expert de l’autre. Le paysage se serait-il démocratisé ? C’est une des questions posées par ce numéro spécial « Paysage en réseau(x) ». Cette évolution nécessaire a amené, parfois sans le dire explicitement, à organiser et promouvoir des formes de partage, de mise en débat des enjeux des paysages à des échelles locales qui s’appuient sur des modalités de médiation dont les réseaux font sans nul doute partie. Ces réseaux, interprofessionnels et interdisciplinaires, seraient dès lors un vecteur et l’un des passages nécessaires pour renforcer la territorialisation des politiques du paysage qui jusqu’alors restaient fortement centralisées. Ce numéro vise à nourrir cette réflexion, illustrée par de nombreux exemples pris pour l’essentiel dans le sud-ouest de l’Europe.

Le numéro thématique est complété par trois articles. Le premier propose de saisir l’atmosphère de Lisbonne en mobilisant largement poésies et odes à cette ville. Le deuxième article étudie comment l’événement touristique permet de renforcer l’attractivité d’une destination et d’accroître sa notoriété tout en étant un levier du projet urbain. Il propose de s’interroger sur le sens des aménagements fluviaux mis en place à la faveur de ce type d’événements dans deux villes bien distinctes, Québec et Saragosse. Enfin, un dernier article analyse la dissonance et la conflictualité qui existe entre projet urbain et projets d’habitants dans le cadre de l’aménagement culturel de Bordeaux.
 

  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org