Navigation – Plan du site

Les processus d’appropriation touristique d’un territoire frontalier. La trajectoire du Val d’Aran (Catalogne, XIXe-XXIe siècle)

Turning national: the new path of tourism for a border district, the Val d’Aran in Catalonia (xix-xxi century)
Los procesos de apropiación turistica de un territorio fronteziro. la trayectoria del Valle de Aran (Cataluñya, siglos xix-xxi)
Steve Hagimont
p. 31-44

Résumés

Deuxième PIB/habitant de Catalogne, la vallée d’Aran est un exemple de développement touristique fulgurant depuis la création de Baqueira en 1964, aujourd’hui plus grande station de ski d’Espagne. La vallée s’est imposée comme une destination phare des élites catalanes et madrilènes (bien plus que françaises), malgré son éloignement. Cet essor récent a souvent fait oublier que le Val d’Aran, haute vallée de la Garonne, est intégré depuis le début du xixe siècle aux circulations touristiques européennes. L’attrait en est alors l’exotisme frontalier espagnol pour des touristes venus de France. La réappropriation touristique de l’Aran par l’Espagne s’opère d’abord par les excursionnistes catalans, puis sous Franco en conséquence de la dernière offensive républicaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  En 2010.

1Alors que la saison 2014-2015 marque le ­cinquantenaire de Baqueira-Beret, le récit de l’essor touristique du Val d’Aran relève souvent du registre du miracle, avec ­l’année 1964 comme point d’origine, date de la création de la station de ski. Celle-ci, popularisée par la présence de la famille royale espagnole depuis 1972, s’impose comme plus grande station de ski du pays et inonde cette vallée « enclavée » du versant nord pyrénéen de ses ­revenus. Il est évident que l’ouverture de la station est un événement majeur pour le Val, territoire de 633,6 km² pour 10 090 habitants, qui dispose ­désormais du deuxième PIB par habitant de ­Catalogne1. Pour autant, le récit miraculeux ne résiste pas à ­l’analyse historique : la trajectoire touristique du Val d’Aran ­s’explique dans la longue durée, celle d’un espace ­depuis longtemps identifié et inclus dans des circulations ­touristiques transfrontalières, mais auquel il a manqué une station et des infrastructures polarisantes propres.

2C’est la construction lente et complexe de l’identité et de l’offre touristiques aranaises que nous souhaitons ici évoquer, construction marquée par les appropriations divergentes d’une aire touristique frontalière.

3L’histoire du tourisme dans le Val d’Aran est intimement liée à la frontière, dans la continuité de son histoire économique et sociale globale (Sanllehy, 1996 ; ­Poujade, 2010), et à sa proximité avec Bagnères-de-Luchon, ­station française qui connaît au xixe siècle un grand succès. Alors que s’opère une appropriation territoriale transfrontalière pour nourrir l’offre luchonnaise, les ­Espagnols voient très tôt dans le Val une aire touristique en puissance, la seule vallée montagnarde digne de comparaison avec la Suisse, cet idéal-type de la destination touristique montagnarde. Les excursionnistes catalans investissent ainsi fortement le Val en début de xxe siècle, regrettant qu’il soit devenu périclave du fait du manque d’efforts de l’État espagnol au niveau des infrastructures. L’après seconde guerre mondiale est marqué par une attention importante des autorités espagnoles pour arrimer la vallée au reste du pays, le tourisme en étant le moyen décisif. Le succès que connaît ensuite le Val, qui engendre une reconfiguration radicale de sa physionomie, ne peut s’expliquer qu’à la lumière des attentes depuis longtemps exprimées à son sujet en Espagne et en Catalogne.

I - Une appropriation territoriale transfrontalière : l’Aran touristique des Français

1. Une destination touristique historique pleinement incorporée à l’aire luchonnaise au xixe siècle

  • 2  Voir par exemple les différents Guides Joanne, Paris, 1841, Lambron, 1860.

4Au xixe siècle, les Pyrénées centrales et occidentales françaises sont parcourues par des flux croissants de touristes (Chadeffaud, 1987). La station thermale et touristique de Luchon s’impose alors comme l’une des destinations phares du tourisme estival français (Hagimont, 2014). Son attrait parmi les élites réside dès l’origine dans les sites montagnards qu’elle propose autour du point de fixation que représentent ses sources thermales. La lecture des guides et récits touristiques montrent également un point d’attraction majeur, situé de l’autre côté de la frontière : la vallée voisine d’Aran. Cette vallée, bien qu’espagnole, est systématiquement incluse dans la description des excursions réalisables depuis Luchon, que les auteurs soient eux-mêmes des touristes ou bien des acteurs locaux2. Dans ses développements au xixe siècle, la cartographie illustre cette appropriation, en incluant le Val dans les « Pyrénées luchonnaises » (Cicéri, 1873).

5L’excursion classique consiste à franchir le col du Portillon, à descendre à Bossòst (Baish-Aran), à Lés, puis à franchir la frontière au Pont du Roi pour un retour à Luchon par Saint-Béat. Dès 1828, Étienne-Gabriel Arbanère note que Bossòst est traversée par « les fréquentes caravanes des baigneurs de Luchon ». On est bien devant un cas d’appropriation territoriale transfrontalière, qui inclut le Val dans les circulations touristiques européennes dès les débuts du phénomène touristique.

6Deux éléments éclairent cette appropriation. D’abord, le fait qu’entre 1812 et 1814, pendant la période napoléonienne, le Val d’Aran est intégré au département de la Haute-Garonne. L’administration du Val est alors confiée au maire de Luchon (Comet, 1929). Ensuite, un facteur proprement géographique : Luchon est la seule station d’envergure dans la région, tant côté français qu’espagnol. En l’absence de concurrence proche, elle étend son aire touristique à l’ensemble de la haute vallée de la Garonne.

  • 3  Archives Départementales 31, 4M92, 4M94 et 4M95 : ­rapports de la police aux frontières.

7Fréquentée par les touristes, principalement dans sa partie basse, la vallée d’Aran développe des premiers services touristiques. Au début du xxe siècle, il n’y a ainsi qu’à Lés, Bossòst et Vielha qu’on trouve des commerces bien approvisionnés (Viladevall, 1907), seules communes touchées par les mobilités touristiques. Lés met à profit cette affluence pour exploiter ses sources thermales et surtout des casinos, ce qui fait dire à J. de Laurière en 1886 qu’elle est, « toute proportion gardée, le Monaco de l’Aran ». Ces casinos sont dans les années 1870-1880 un des attraits du Val, avec des promoteurs français, en particulier pour jouer à la roulette, prohibée en France3. On en trouve au col du Portillon et près du Pont du Roi. Et alors qu’aucune route carrossable ne réunit le Val au reste de l’Espagne avant 1924, la route du Portillon entre Bossòst et la station de Luchon existe, bien qu’elle soit assez dégradée côté espagnol au début du xxe siècle (Soler i Santaló, 1906).

Fig. 1 – Carte simplifiée du Val d’Aran

Fig. 1 – Carte simplifiée du Val d’Aran

Source : S. Hagimont.

  • 4  AD31, 4M 126.

8L’appropriation se fait matérielle en fin de xixe siècle avec le projet de funiculaire vers l’Entécade, sommet aranais proche de la frontière. Il donnerait la possibilité d’installer des salles de jeu, tout en offrant facilement un panorama anciennement prisé sur le Val d’Aran et sur la Maladetta. Des considérations géopolitiques en empêchent néanmoins la réalisation4.

9Point assez original, des précisions de Juli Soler i Santaló (1906) permettent de mesurer certains effets écologiques du rayonnement luchonnais sur le Val d’Aran au début du xxe siècle. D’abord avec le commerce actif de truites, centré sur Arties, qui occupe, outre le Naut-Aran, les vallées d’Espot, de Bohi et de Capdella. Les truites sont pêchées dans les nombreux lacs de montagne de la région, échangées chaque jour à Arties, avant d’être envoyées vers Luchon. Juli Soler i Santaló estime à 90 livres le poids moyen de truites arrivant chaque jour à Arties, truites ensuite vendues en moyenne 3,50 F la livre (ce qui est proche d’un salaire ouvrier quotidien) à Luchon. Le peuplement halieutique de ces vallées espagnoles est donc fortement touché par la proximité et le succès touristique de Luchon. Cette influence luchonnaise se remarque également par la présence de certains animaux, en lien avec le tourisme cynégétique. Les sangliers, d’abord, lâchés par des chasseurs près de Luchon, ont gagné le Val d’Aran et y causeraient des dégâts importants. Les isards, ensuite, abondamment présents dans la Val, la pression de chasse dans le Luchonnais ayant également dû jouer.

2. Une anomalie géo-historique

10À la suite de Louis Ramond de Carbonnières (1789), venir voir les sources de la Garonne, dont on discute l’origine jusqu’aux expériences réussies de Casteret au Gueil de Joueou en 1931, attire également de nombreux visiteurs français dans le Val, comme en témoignent Pascual Madoz (1845) et Juli Soler i Santaló (1906) à 60 ans d’écart. Cette Garonne fait aussi du Val une anomalie politique pour les Français : situé sur le versant nord, donnant ses eaux à la France, il contredit l’opinion selon laquelle les Pyrénées sont une frontière naturelle, opinion qui s’impose avec la Révolution française et ses suites (Sahlins, 1996 ; Nordman 2000).

11Ainsi, cet imaginaire géographique fait que pour beaucoup d’auteurs français, le Val d’Aran, haute vallée de la Garonne, devrait être en France. En 1825, dans son itinéraire dans les Pyrénées centrales françaises, Pierre Laboulinière consacre un chapitre entier au Val d’Aran. Il peut y dire que les Aranais sont

« fiers de leurs privilèges et usages, qui […] leur ont fait méconnaître leurs vrais intérêts, attachés à la réunion de leur pays à la France ».

12Dans le dernier quart du xixe siècle, le grand cartographe et géographe des éditions Hachette, Franz Schrader, peut dire à propos du Val d’Aran :

« Aran est une vallée parfaitement, absolument française, d’exposition, d’orographie, de langue, de coutumes ». (Schrader, 1936)

13En 1929 encore, dans la conclusion de sa thèse de droit, Rémy Comet demande :

« L’union de la vallée à l’ancien comté de Comminges sera-t-elle réalisée ? L’enclave espagnole du Val d’Aran disparaîtra-t-elle un jour ? C’est le secret de l’avenir. »

14En 1968, André Isus affirme que le Val est géographiquement, « historiquement et humainement » français.

15L’anomalie « géographique » relevée par les auteurs, n’empêche pas, pour autant, que l’attrait touristique du Val vienne avant tout de son appartenance à l’Espagne.

3. L’Aran et l’exotisme frontalier

« À Bossòst, être en Espagne, avoir franchi la frontière. »

16Voilà, pour Francis Poictevin (1888), un des principaux attraits de Luchon et de l’excursion vers le Val d’Aran. L’Espagne fascine les élites françaises du xixe siècle, qui projettent des fantasmes qui ailleurs ont accompagné la colonisation. L’Espagne, ce sont ses femmes, ses bandits, son caractère oriental, maure, ses passions, mais aussi sa religiosité, son désordre, sa saleté (Bennassar, 1998). Et le Val d’Aran, rapidement accessible depuis la confortable station de Luchon, donne l’occasion d’une excursion facile à la découverte de l’altérité espagnole. Luchon exploite un tourisme identitaire, un exotisme proche, frontalier.

17Si on ne relève pas d’attente particulière quant à l’identité espagnole chez Louis Ramond de Carbonnières (1789), après la période napoléonienne, l’invasion française de l’Espagne, le soulèvement populaire et les diverses exactions, les auteurs suivant se montrent particulièrement friands d’exotisme espagnol, trouvé y compris dans le Val d’Aran. Pierre Laboulinière (1825) peut ainsi dire que

« quiconque veut avoir un échantillon des mœurs de la péninsule, n’a pas besoin de franchir les Pyrénées : il n’a qu’à se rendre dans le Val d’Aran ».

18Chez Étienne-Gabriel Arbanère en 1828, les propos sont plus violents. Il ne faut pas se laisser prendre par la ­physionomie architecturale du Val :

« En pénétrant dans l’intérieur des habitations […] on reconnaît, par la malpropreté, le désordre et le manque de tout, qu’on n’est plus en France. […] La moitié de cette population aranaise vient mendier durant six mois dans les provinces voisines de France. N’eussé-je pas vu annuellement cette gueuserie nationale, je l’aurais devinée aux haillons étalés sur ces individus livides que je rencontrais sans cesse, à l’inaction générale, à ces nombreux monastères. »

19En pratique, la visite de l’Aran peut décevoir. En 1874, Stéphen Liégeard, l’inventeur de l’expression à succès « Côte d’Azur » et habitué de Luchon, précise ainsi :

« Quant à trouver une belle andalouse dans le fumier de Bossòst, j’y fonde encore moins d’espoir [que de gagner à la roulette]. Ce taudis ne m’a jamais montré qu’une femme digne de ce nom... Elle était Écossaise ! »

20Pourquoi trouver une « belle Andalouse » au nord-ouest de la Catalogne, si ce n’est parce qu’un fort imaginaire sur l’Espagne l’y invite : l’« Andalouse », comme la « Gitane », est une figure archétypale et fortement ­érotisée de la femme espagnole (López Ontiveros, 2001).

21En 1882, le Guide Joanne explique d’emblée que

« Le val d’Aran ne présente pas le moindre cachet espagnol »,

comme pour prévenir les attentes des visiteurs de Luchon pour qui cette excursion est une des plus courues. Cela n’empêche pas les touristes de s’y rendre et de contredire cet avertissement du guide, ni le guide lui-même de rechercher ce qui identifie le Val à l’Espagne, comme Vielha et son « caractère quelque peu espagnol » (Joanne, 1882).

22Les récits de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle témoignent de l’importance encore forte de l’exotisme frontalier dans les flux touristiques vers l’Aran. Ainsi, dans un article d’histoire de l’art sur le Val d’Aran, sont évoqués à Bossòst ces « promeneurs qui font leur “voyage d’Espagne”, en venant de Luchon » (Laurière, 1886).

23Des études récentes de Xavier Roigé (2006) ou de Mireia Boya (2014) montrent que ces biais imaginaires motivant le tourisme dans l’Aran se sont maintenus jusqu’au début du xxie siècle. La zone frontalière est par excellence une zone de tourisme du stéréotype. Les touristes venant dans le Baish-Aran en voiture, aux côtés de leurs achats d’alcool et de tabac, rencontrent une mise en scène des stéréotypes nationaux, dans les boutiques de souvenirs « espagnols » ou dans les « bars à tapas ». Comme à la frontière basque, où les boutiques présentent « toute une panoplie qui semble directement tirée de Carmen » (Leizaola, 2002), ou à la Jonquera avec ses grandes maisons closes.

24Dans les années 1960, Camilo José Cela (1969) remarque avec un certain dégoût ce tourisme frontalier qui attire les Français.

  • 5  Traductions de l’auteur.

« À Viella on vend des souvenirs espagnols, encore plus trompeurs que Judas : castagnettes, banderilles, tambourins, poupées déguisées en torero, en guardia civil, en curé, en andalouse, etc. », ce qui inspire à l’auteur “le souvenir du bordel5”. »

II. L’Aran des Espagnols : une aire touristique en puissance

25L’Aran a donc été investi dès le début du xixe siècle par le tourisme français. L’intérêt touristique de cette haute vallée de la Garonne a cependant rapidement été identifié par les Espagnols, pour ses qualités paysagères, mais aussi pour ses mœurs et coutumes mis à profit pour la construction de l’identité nationale catalane.

1. Un territoire aux potentialités depuis longtemps identifiées : la « Suisse » catalane ou espagnole

26Pascual Madoz, administrateur militaire du Val d’Aran en 1835 et éminente personnalité politique espagnole, garde de son passage dans la vallée un grand souvenir. Dans un long article du premier volume de son encyclopédie, il s’attarde sur les beautés singulières du Val et évoque leur grand potentiel touristique (Madoz, 1845). Il est particulièrement admiratif, déjà, du Pla de Beret, source de la Garonne, futur haut-lieu du ski espagnol, où il a amené de nombreuses « personnalités influentes » de France et d’Espagne. Et il en vient rapidement à une comparaison avec l’archétype montagnard : la Suisse. Pascual Madoz a vu la Suisse, mais tout l’y ramenait aux paysages du Val d’Aran.

27L’appellation de « Suisse espagnole » s’impose comme surnom du Val, montrant une nouvelle fois la puissance de l’archétype paysager suisse (bien plus qu’alpin) pour le tourisme de montagne (Walter, 2004). La Vanguardia évoque ainsi en 1881 « les populations pittoresques du Val d’Aran, véritable “Suisse espagnole” » (« El ­ferro-carril […] », 1881). José Bertrans Solsona en fait le titre d’un guide en 1928. En 1957, El Mundo Deportivo évoque également « celle que l’on surnomme “Suisse espagnole” », avant d’ajouter que ce « lointain Aran » est « un nom légendaire dans l’histoire de nos Pyrénées » (Pardo Cil, 1957).

28Dès 1845, Pascual Madoz formule explicitement ses vœux d’essor touristique pour la richesse des habitants du Val d’Aran :

« Un jour viendra, nous formulons cette douce espérance, où cette vallée sera un point de convergence privilégié pour les hommes qui pendant la saison estivale abandonnent leurs occupations afin de trouver dans de petits villages le repos […] ! Pour que cela se réalise, pour que les Aranais puissent un jour être heureux, il serait nécessaire d’adopter certaines mesures. »

29Ces mesures résident essentiellement dans des améliorations des voies de communication, en particulier vers la station estivale de Luchon par le Portillon pour attirer dans le Val « la majorité des personnes qui vont aux bains » de Luchon, et avec un projet de tunnel sous le port de Vielha.

30Parcourant le Val en 1906, le missionnaire Antonio Viladevall voit, lui aussi, dans le tourisme l’une des meilleures opportunités de développement économique. Pour lui, « l’originale, sublime beauté de ce pays » est une immense ressource à mettre en valeur en direction du public espagnol. Ce qui lui fait demander :

« Que vont faire les Espagnols en Suisse alors qu’ils ont le Val d’Aran chez eux ? »

31On décèle là, par le tourisme, une volonté de réappropriation d’un territoire national espagnol insuffisamment valorisé.

2. Un espace identitaire

32Les auteurs espagnols, et plus encore catalans, montrent un très fort attachement au Val d’Aran et à son identité. Ces auteurs sont particulièrement hostiles à l’idée que la vallée devrait naturellement revenir à la France. Alors que les Français relèvent l’enthousiasme aranais au moment de l’annexion du Val en 1812 (Casteran, 1899), Pascual Madoz, comme Juli Soler i Santaló, notent que les Aranais ont fortement combattu « l’envahisseur » en incorporant les armées de libération nationale. Certains relèvent également que la situation du Val sur le versant nord n’en fait pas moins une vallée espagnole, la longue histoire commune primant ici sur la nature (Fernández Duro, 1887). Plus récemment une monographie sur le Val d’Aran précise bien que le Val est situé « au centre des Pyrénées espagnoles » (Semir, 1987).

33L’attachement au Val est particulièrement fort chez les auteurs catalans. Dans le dernier tiers du xixe siècle, à la suite de la Renaixença, des poètes comme Jacint Verdaguer, suivis par les puissants groupes excursionnistes, vont chercher dans les montagnes les fondements identitaires et territoriaux d’une nation catalane en pleine affirmation (Roma i Casanovas, 2004 ; Nogué, 2005).

34Juli Soler i Santaló, ingénieur et membre du Centre excursioniste de Catalunya (CEC), réalise le premier guide entièrement centré sur le Val d’Aran. Ses 101 itinéraires visent à découvrir

« les nombreuses beautés que renferme ce recoin de Catalogne magnifique et sans rival ».

Il parle, lui, de « Suisse catalane », dont les beautés naturelles et cette architecture civile et religieuse

« tellement spéciale et exceptionnelle dans tout le reste de la terre catalane, achèvent de lui donner un caractère de peuple du Nord, et font que, sans risque ici d’abuser du mot, l’on peut concéder à cette comarque le ­qualificatif de Suisse catalane ».

35Le fait que la vallée soit sur le versant français, avec un dialecte gascon, n’en fait cependant pas moins une vallée catalane. La difficulté même des échanges avec les vallées catalanes et aragonaises a poussé l’« Aranais » à repousser les difficultés par un travail acharné, ce qui fait qu’« ici, son caractère est celui d’un montagnard catalan complet ». Malgré les contacts noués avec la France par nécessité, l’identité aranaise perdure, en particulier le « respect et l’amour pour les traditions de la terre » qui remontent au règne paternel des rois d’Aragon-Catalogne.

36Juli Soler i Santaló exprime ensuite toute la pensée nationaliste vis-à-vis des montagnes (étudiée par Thiesse, 2001 ; Walter, 2004) : les montagnes ont servi de refuge aux peuples originels, sur lesquels se fondent les identités de chaque nation. Là, les

« races persécutées […] contestant le joug arbitraire de l’envahisseur, défendirent leur religion, leurs fors, leurs coutumes, etc. […] Et si dans les plaines les déferlements de races, se détruisant et se succédant les unes et les autres, changèrent toute la physionomie du pays, dans les âpres anfractuosités pyrénéennes, où se déposèrent les alluvions de ces races, l’historien trouve encore les vestiges de son caractère ethnique primitif, modifié, mais aucunement détruit » (Soler i Santaló, 1906).

37Cette vallée d’Aran, « véritable république indépendante » offre même un modèle politique :

« La liberté règne dans ces lieux, et le difficile problème de l’inégalité fut résolu ici depuis le temps de ses occupants ­primitifs. »

38Juli Soler i Santaló ajoute plus loin que la législation aranaise « est un véritable modèle ». Ce Val offre à la Catalogne autant le ressourcement touristique, ­identitaire que politique.

39La catalanité des Aranais se démontre aussi dans leur fidélité passée aux rois d’Aragon-Catalogne puis de Castille. Juli Soler i Santaló explique finalement qu’au regard de cette fidélité passée, le délaissement de la vallée par l’État espagnol est aujourd’hui une piètre récompense, voire un dangereux manquement, puisque la vallée pourrait facilement être rattachée à la France.

40Cette importance de l’Aran dans l’affirmation nationale catalane est aussi exprimée en 1932, au moment de la première autonomie catalane, avec le projet de Parc national de l’Alt Pirineu dans le Plan Macià de distribució en zonas del territorí catalá. Ce parc se serait situé à cheval entre le Pallars et l’Aran (Milian, 2004).

3. La marginalisation économique du Val d’Aran

41Malgré l’ancienneté de l’identification touristique du Val d’Aran par les Espagnols, sa mise en valeur bute longtemps sur la question de l’accessibilité, problème qui s’ajoute à la faiblesse des investissements dans le tourisme en Espagne avant les années 1950 (Moreno Garrido, 2007).

42L’isolement n’a rien de naturel et est toujours relatif au contexte politique et économique. Loin de l’image d’enclave qu’on lui a volontiers attribué, le Val d’Aran apparaît au xviiie siècle comme un carrefour essentiel des échanges entre Catalogne et Aragon d’un côté, et sud de la France de l’autre, par des cols (Bonaigua et Vielha) entretenus toute l’année. Cette extraversion devient cependant une source de déséquilibre à partir du milieu du xixe siècle. L’essor des transports modernes conduit alors à la marginalisation du Val (Sanllehy, 2000), qui devient périclave. La France est le débouché le plus évident, une route correcte existant entre Vielha et la frontière. Mais la douane et les précautions sanitaires limitent de plus en plus fortement les échanges (Viladevall, 1907 ; Pabán Pedarros, 2000). Alors que la vallée a pleinement profité de sa situation en versant nord au xviiie siècle avec une économie extravertie, cette situation se transforme en handicap majeur au cours du siècle suivant avec l’affirmation des États et de la frontière.

43L’élaboration des projets de chemins de fer transpyrénéens, arlésienne de la fin du xixe siècle, aurait pu être une opportunité majeure d’arrimer à nouveau l’Aran au reste de l’Espagne. Dès 1845, Pascual Madoz souhaitait que le tunnel (routier) projeté dans les Pyrénées centrales passe par le Val. En fin de xixe siècle, des voix se font entendre en Espagne pour y faire passer le transpyrénéen, afin de réintégrer la vallée, d’éviter le développement d’un irrédentisme, mais aussi le pillage de ses richesses par les compagnies minières et forestières étrangères (« El ferro-carril […] », 1881). Cette traversée centrale par un tunnel sous le Port de Vielha ou par le Pla de Beret, représente cependant une menace pour les intérêts militaires, en laissant à l’Espagne la maîtrise du passage de la ligne de faîte.

44Ce n’est qu’en 1924 qu’une route empierrée permet le trafic automobile entre l’Espagne et le Val d’Aran, via le Port de Bonaigua. Le tunnel de Vielha est inauguré le 23 mai 1948 après 22 ans de travaux. Il mesure 5,2 km de long et est pour une dizaine d’années le plus long tunnel routier d’Europe. Les travaux ont surtout été menés avec vigueur à partir de 1944. Selon André Isus (1968), les objectifs sont principalement stratégiques : améliorer le contrôle étatique sur la vallée et permettre son exploitation hydroélectrique. Dans un but uniquement touristique ensuite, ces accès sont améliorés, avec la modernisation et l’ouverture totale du tunnel en 1965, que des auteurs français prédisaient en 1957 comme la « plus grandiose porte d’entrée en Espagne » (Deffontaines, 1957), ou l’asphaltage de la route du port de Bonaigua en 1969.

  • 6  AD31, 6306W90.

45La chronologie et l’ampleur de ces aménagements, à une époque où l’Espagne est très affaiblie, permettent d’avancer avec une certaine assurance l’hypothèse qu’ils sont une conséquence directe de la dernière offensive républicaine d’octobre 1944, qui a pour théâtre le Val d’Aran. C’est ce qu’affirme un rapport de Jean Sermet : les chars franquistes ayant eu les plus grandes peines à franchir le port de Bonaigua enneigé, Franco ne peut garder hors d’accès ce maquis potentiel6. Ce tunnel, qui par ses dimensions est aussi une des œuvres fondatrices du nouveau régime (Leal, 2006), ouvre la vallée à des investissements massifs et extérieurs. Dans ce cadre, cette réappropriation espagnole de l’Aran est le fruit d’un enjeu géopolitique majeur pour le régime franquiste. La visite de Franco en mai 1947 (Puig, 1973), ou l’organisation dès février 1945 de championnats militaires de ski dans la vallée alors qu’il n’y a pas encore d’équipements spécifiques (« Los campeonatos […] », 1945), témoignent de la volonté de raccrocher cette lointaine vallée au ­territoire de la nation.

III - La bifurcation touristique : la réappropriation nationale du Val d’Aran

46Le Val d’Aran est donc intégré depuis le xixe siècle à des circulations touristiques, alors polarisées par Luchon. Dans le même temps, ce Val est identifié par les Espagnols et les Catalans comme un espace à l’immense potentiel touristique, pour ses paysages et ses mœurs uniques dans le pays. L’après seconde guerre mondiale signe l’envol touristique du Val d’Aran et son émancipation de l’influence luchonnaise, avec comme moments clés l’ouverture du tunnel de Vielha (1948) puis le développement industriel de la station de ski de Baqueira (1964). Envol qui reconfigure en peu de temps tout le paysage aranais.

1. L’après seconde guerre mondiale : essor du transit international et de la fréquentation espagnole

47La fréquentation touristique croit rapidement dès après la seconde guerre mondiale, fidèle en cela à la chronologie espagnole.

48En 1949, la sous-préfecture de Saint-Gaudens négocie avec le commissaire de police de Vielha le passage des Français en Aran pour une journée, sur simple présentation d’un certificat délivré par le commissaire de police de Fos, en lieu et place du passeport (Chapeau, 1986). Avec cette procédure et l’essor de l’automobile en France, le transit transfrontalier croît rapidement. Il est pour 80 % le fait de Français, concentré sur les mois d’été. Décembre, janvier et février ne représentent que 7 % des passages avant comme après l’ouverture de Baqueira. Ces circulations transfrontalières bénéficient assurément au commerce local, commerce de souvenirs, d’alcool et de produits moins taxés qu’en France (Isus, 1968 ; Chapeau, 1986 ; Semir, 1987).

49Aux côtés de cette fréquentation française, c’est aussi le tourisme intérieur espagnol qui connaît une forte croissance. Dès les années 1960, la répartition des hôtels et des commerces dans le Val illustre le basculement de l’attractivité touristique du Bas vers le Moyen et Haut-Aran (Isus, 1968), c’est-à-dire de la frontière française vers l’intérieur de l’Espagne. Dans les années 1980, en toutes saisons, les Espagnols (et surtout les Catalans) dominent de manière écrasante la clientèle des hôtels, les étrangers n’étant que 5 à 20 % du total (Chapeau, 1986). L’Aran, dans la continuité des espoirs formulés plusieurs décennies auparavant, est bien réapproprié par l’Espagne. De manière a priori paradoxale, la distance semble jouer en faveur de la vallée. Pour Ramon Puig (1973), un séjour dans le Val signifie

« l’exotisme ». […] « Vivre dans le Val d’Aran, ‘‘ el Valle ’’ comme disent les Madrilènes, cela signifie s’enserrer dans un cadre géographico-environnemental particulièrement singulier et isolé ».

50Le statut particulier du Val pour le tourisme intérieur espagnol se lit dans l’action de l’État. Selon Celso Liesa Riverola (1965), le marquis de Santa María de Villar, grand nom de la propagande touristique en Espagne et grand admirateur du Val d’Aran, voulait depuis longtemps que soit érigé un parador nacional dans le Val. Les démarches débutent finalement en 1956 lorsque Vielha acquiert les terrains nécessaires et les cède gracieusement à l’État. L’établissement est achevé en 1966 : il présente une architecture moderne, à l’écart et au-dessus du bourg de Vielha, au bord de la route nationale menant au tunnel, au lieu dit Santa-Creu – là même où, en 1845, Pascual Madoz disait passer des journées délicieuses en admirant les paysages. C’est un hôtel luxueux, orienté vers la riche clientèle espagnole, complet en été, le week-end et pour les fêtes de Noël et de Pâques.

51Dans le même temps, la commune d’Arties (Naut-Aran) cède également au ministère du Tourisme des terrains et une maison noble du xvie siècle, dite de « Gaspar de Portolà », qui devient ensuite parador. Ces paradores, à gestion publique, sont parmi les premiers hôtels de luxe du Val. En 1980, il n’existe en Espagne que 75 paradores nationaux (y compris auberges et hosterias), pour 6 068 lits. La Catalogne en compte 7 pour 967 lits, dont 2 situés dans le seul Val d’Aran et concentrant 350 lits (López Palomeque, 1984) !

2. Baqueira-Beret, la grande station polarisante qui manquait

52En 1906, Juli Soler i Santaló identifie déjà les potentialités hivernales de l’Aran. Les premiers touristes skieurs investissent les environs du Port de Bonaigua au début des années 1930. Le CEC voit alors dans la région du Port de Bonaigua et du Pla de Beret le meilleur lieu pour skier de toutes les Pyrénées, pour autant que des infrastructures de communication et d’accueil soient mises en place (Torrebadella, 2007). En 1957, la compagnie hydroélectrique locale crée le premier club de ski du Val d’Aran (Pardo Cil, 1957). En 1959, El Mundo Deportivo titre : « Le Val d’Aran équipé de téléski deviendra le meilleur centre hivernal d’Espagne » (Moncayo, 1959).

53À partir du Plan de stabilisation économique de 1959, qui ouvre l’économie espagnole aux échanges internationaux, et de la politique touristique offensive menée par Manuel Fraga à partir de 1962, l’opportunité d’un essor touristique industriel du Val d’Aran par les sports d’hiver est saisie. La création de Baqueira entre dans l’optique d’un plan d’aménagement total du Val d’Aran pour le tourisme, conséquence du Plan de desarollo turístico del Pirineo réalisé par le ministère du Tourisme en 1960 (López Palomeque 1984). Le 28 août 1962 est formée la TEVASA (Télécâbles Valle de Aran, SA).

54Les communes aranaises, relativement riches, participent collectivement mais très modestement au capital de la société. Un propriétaire d’hôtels de Salardú investit également. Mais l’essentiel du capital est sinon détenu par des investisseurs espagnols extérieurs. Cette arrivée d’investisseurs extérieurs, personnalités influentes, est une des raisons de la réussite de Baqueira. Le premier président du conseil d’administration est Jorgue Jordana de Pozas, alors président de la Federación Española de Esquí (Liesa Riverola, 1965). Le premier directeur de la station est le skieur vedette Luis Arias. Il meurt dans un accident d’avion en 1970, mais il contribue par sa seule aura à donner un crédit sportif et technique à la nouvelle station (Puig, 1973).

Tableau 1 – Caractéristiques techniques Baqueira-Beret 1967-2014

Année

1967

1980

1994

2005

2014

Domaine skiable (ha)

450

450

700

1 922

2 166

Km de pistes

35

NC

70

104

153

Nombre de pistes

NC

NC

43

72

99

Nombre de remontées mécaniques

4

15

15

30

35

Débit skieurs / heure

1 500

7 776

26 685

49 262

60 683

Enneigement artificiel

0

0

15 %

537 canons 30 %

611 canons 34 % (2013)

Source : élaboration par l’auteur à partir de Isus, 1968 ; CEP-ECAS, 1988 ; Lopèz Palomeque, 1996 ;
Sangui, 1994 ; Belen Gomez, 2010, spain.info France, 2014 ; Baqueira-Beret SA, 2014.

55Lors de la saison 1967-1968, la fréquentation est dominée à 60 % par les Français des départements limitrophes. À ce moment là, Baqueira s’avère meilleur marché que les stations françaises comme Superbagnères par exemple, la référence régionale (Isus, 1968). Cette fréquentation devient très minoritaire ensuite (Chapeau, 1986 ; Sanguin, 1994 ; Anglès, 2011). Baqueira est une station avant tout espagnole, malgré son éloignement des grands centres urbains du pays.

56Le noyau de la station de Baqueira, situé dans le Naut-Aran, est déclaré en 1969 Centro de Interés Turistico Nacional. Cette mesure donne des facilités et des exonérations fiscales au promoteur de la station, TEVASA. Le ministère du Tourisme avait choisi en 1968 de favoriser de la sorte quatre autres stations de ski espagnoles (La Molina, Formigal, Sierra Nevada, Navacerrada). Et Baqueira bénéficie des aides de l’État les plus fortes après Sierra Nevada (López Palomeque, 1985).

57Le premier télésiège est inauguré le 6 décembre 1964. L’aménagement, rapidement augmenté, s’étale entre 1 400 et 2 500 m. La station est une création ex-nihilo, qui conduit à une urbanisation neuve avec complexes hôteliers, appartements, chalets « alpins », zone commerciale, parkings, etc. TEVASA, qui devient Baqueira-Beret SA (BBSA) en 1977, investit beaucoup de capitaux car elle est persuadée que cette vallée, déjà prisée l’été, connaîtra le succès l’hiver (Liesa Riverola, 1965). 157 millions d’euros ont ainsi été investis dans la station depuis sa création, soit environ 3 millions d’euros par an (Baratech, 2014).

Fig. 2 – Fréquentation de la station Baquereira-Beret entre 1995-1996 et 2013-2014

Fig. 2 – Fréquentation de la station Baquereira-Beret entre 1995-1996 et 2013-2014

Source : S. Hagimont.

58Trois domaines skiables s’interconnectent aujourd’hui : Baqueira (aménagé à partir de 1964), Beret (à partir de 1984 et sans urbanisation malgré les projets initiaux) et Bonaigua (à partir de 1994). Ces installations sont en progression constante, comme le résume le tableau 1.

59Baqueira affiche des résultats plus réguliers que ses concurrentes, malgré de fortes variations : les saisons 1977-1978, 1988-1989 et surtout 1989-1990 (où la fréquentation s’effondre à 79 000 personnes pour 92 jours d’ouverture) sont très mauvaises, alors qu’un premier sommet à 480 533 visiteurs est atteint en 1986-1987. Avec 500 000 forfaits journaliers vendus au milieu des années 1990, quand les autres ne dépassent guère les 100 000 à 140 000, Baqueira domine largement le marché catalan (Chapea, 1986 ; Sanguin, 1994 ; López Palomeque, 1996). Le graphique 1 (fig. 2) donne un bilan de la fréquentation entre 1995-1996 et 2013-2014.

Tableau 2 – Logements touristiques et secondaires dans le Val d’Aran (1965-2014)

Communes

Baish-Aran

Naut-Aran

Vielha-e-Mijaran

Total

1965

2014

1965

2014

1965

2014

1965

2014

Nombre d’hôtels

14

14

6

46

9

50

29

110

Capacité des hôtels

471

471

214

2 829

319

3 112

1 004

6 443

Résidences secondaires

103

(1970)

566

217

(1970)

2 590

27

(1970)

2 288

347

(1970)

5 446

Source : élaboration par l’auteur à partir de Liesa, 1965 ; Isus 1968, Institut d’Estadística de Catalunya, 2014.

60Les mauvaises saisons entre 2006-2007 et 2009-2010 suscitent des interrogations quant à l’avenir de la station. Baqueira conserve sa domination sur le marché espagnol et a retrouvé depuis 2009-2010 sa rentabilité, tout en restant fidèle à son statut de station la plus chère d’Espagne. Mais elle plafonne en termes de fréquentation depuis la saison 1998-1999. BBSA doit avant tout sa rentabilité aux différents groupes qu’elle contrôle (agences de voyage, sociétés immobilières et hôtelières).

3. L’essor urbain-touristique, une menace identitaire ?

61Avec le succès de Baqueira, l’orientation vers le tourisme est très rapidement prise, remettant en cause ce qui a fait l’attrait du Val : son identité paysagère et culturelle.

62En 1974, des capitaux aranais, cette fois, permettent l’ouverture d’une deuxième station de ski, plus modeste que son aînée : la Tuca (Vielha-Mijaran). Cette station souffre cependant de graves difficultés structurelles, en partie à cause du manque d’expérience de ses promoteurs, de l’éclatement du capital entre trop de mains et de la faiblesse des installations (López Palomeque, 1996). Elle est fermée depuis 1989. Autre friche touristique dans une vallée pourtant florissante, les Bains d’Arties (fig. 3), dont on espérait faire un produit de complément au ski sur le modèle de Luchon (Isus, 1968), sont aujourd’hui également abandonnés.

Fig. 3 – Les Bains d’Arties, 2014

Fig. 3 – Les Bains d’Arties, 2014

Source : S. Hagimont.

63L’essor touristique du Val, entraîné par Baqueira, a en revanche suscité un formidable essor de l’hôtellerie et de l’immobilier (tabl. 2), avec une offre plutôt haut de gamme. Dans les années 1980, le Val qui concentre 13 % de la capacité hôtelière et 3 des 7 hôtels de 4 étoiles des Pyrénées espagnoles. Les hôtels de 3 et 4 étoiles, tous situés en Mijaran ou Naut-Aran, représentent 37 % de l’offre hôtelière aranaise du moment (CEP-ECAS, 1988). En 2014, 44 % de l’offre hôtelière se concentre dans le Naut-Aran, 48 % dans le Mijaran, ne laissant qu’une portion congrue (7 %) à un Baish-Aran qui représentait 80 % de l’offre en 1948 et 47 % en 1965.

64Mais ce sont surtout les résidences secondaires qui marquent le paysage aranais. Elles se multiplient dans les Pyrénées espagnoles à partir de 1970. Avec 655 % d’augmentation entre 1970 et 1981, c’est le Val d’Aran qui connaît alors la plus forte croissance. À lui seul, le Mijaran a connu une augmentation de 4 459 % ­(CEP-ECAS, 1988) ! Le rythme s’est depuis ralenti, bien que les dernières statistiques donnent une hausse de 108 % entre 1981 et 2013.

  • 7Normes Subsidiàries i complementàries de la Vall d’Arán.

65Face à l’extension urbaine, aux menaces de dégradation du paysage et de perte de la si particulière « identité » aranaise, des critiques se font rapidement entendre. Comme en France, l’appropriation touristique des montagnes par les promoteurs et l’administration est associée à du « colonialisme » (Puig, 1973). Des négociations engagées à partir de 1975 aboutissent en 1982 à l’adoption des normes d’urbanisme valables dans l’ensemble de la vallée7. Ces Normes visent à contenir l’extension urbaine désordonnée, à maintenir la physionomie des villages aranais et à protéger les ressources naturelles et les paysages (López Palomeque, 1985).

Fig. 4 – Église romane de Bertren et urbanisation contemporaine, 2014 et fig.5 – Lac artificiel au Port de Bonaigua, 2014

Fig. 4 – Église romane de Bertren et urbanisation contemporaine, 2014 et fig.5 – Lac artificiel au Port de Bonaigua, 2014

Source : S. Hagimont.

66Ainsi, à des premiers développements à l’architecture moderne, succède, comme ailleurs, le stéréotype architectural, l’uniformité, le « pastiche » (Vlès, 2010). Pourtant, ce semblant d’authenticité fonctionne. La plupart des écrits relèvent le respect des normes architecturales du pays (Chapeau, 1986 ; Sémir, 1987 ; Amen, 1995), alors même que les centres anciens sont noyés sous des constructions neuves (fig. 4) et que le tout se fond dans une physionomie banale et a-historique. On peine aujourd’hui à reconnaître la profonde parenté architecturale entre cette vallée et celles, voisines, du Comminges et du Couserans en France.

  • 8  Pionnier, le Val a reçu en janvier 2014 le label Biosphere Responsible Destination attribué par l’ (...)

67Tandis que des premiers signes de stagnation apparaissent, Baqueira, qui accueille près de 15 % des skieurs espagnols, a créé une forte dépendance à son succès dans la vallée. Le déséquilibre entre secteurs d’activité est extrêmement fort avec un poids excessif du secteur tertiaire et une extinction du secteur primaire, ce qui remet en cause le patrimoine paysager aranais (Cots e Casanha, 2001 ; Belen Gomez, 2010). Le changement climatique est désormais autant un motif d’inquiétude (Arendaran, 2011) que de communication8. Alors que Baqueira a été au centre de nombreuses polémiques environnementales (Gili, 2003 ; Milia, 2004 ; Belen Gomez, 2010), doit-on y voir du green washing, ou une véritable recherche ­d’alternative ? En 2014, la création de 21 nouvelles pistes et d’un lac artificiel au Port de Bonaigua (fig. 5) sont des premiers éléments de réponse.

Conclusion

68L’ouverture de Baqueira a entraîné pour le Val d’Aran une profonde rupture économique, sociale (effritement rapide de l’élevage, croissance démographique), mais aussi paysagère (explosion immobilière, pistes de ski, routes, abandon des estives, etc.). Inscrite dans le contexte espagnol, la véritable bifurcation pourrait néanmoins être la réappropriation nationale du Val par le pouvoir franquiste à partir de l’offensive républicaine d’octobre 1944. La création des paradores nationaux et la promotion de Baqueira, correspondant à la réorientation de la politique économique dans les années 1960, s’inscrirait alors dans la continuité du désenclavement routier et de l’aménagement hydroélectrique des années 1940-1950.

69En schématisant, le Val d’Aran semble aujourd’hui être divisé en deux aires touristiques. Le Baish-Aran, le plus proche de la frontière française, historiquement lié au tourisme luchonnais, est avant tout tourné vers le tourisme commercial frontalier. Le Mijaran et le Naut-Aran sont bien davantage orientés vers le reste de la Catalogne et plus généralement vers l’Espagne, sur un créneau plus récent et beaucoup plus rémunérateur. On n’y trouve plus de mise en scène de l’identité « espagnole », mais celle du « montagnard », qu’essaie de contrebalancer l’affirmation d’une identité occitano-aranaise propre.

70La situation du Val d’Aran, terre d’Espagne en versant nord des Pyrénées, est assurément un élément majeur pour comprendre sa trajectoire si particulière. La nature n’y est ici pour rien : ce sont les projections imaginaires des sociétés qui ont nourri les flux touristiques, tantôt pour voir « l’Espagne », tantôt pour jouir du sentiment d’isolement et du retour aux sources identitaires.

Haut de page

Bibliographie

Amen P., Enot G., Lévy A. (dir.), Le grand guide des ­Pyrénées, Rando éd., Milan, 1995.

Anglés M., “Baqueira-Beret mejora sus beneficios pese a la reducción de la campaña de esquí”, Expansión-Diario Económico e información de mercados, 28/02/2011, [en ligne], URL : ­http://www.expansion.com, consulté le 13 ­octobre 2014.

Arbanère E.-G., Tableau des Pyrénées françaises, t. 1, Treuttel et Würtz, Paris, 1828.

Arendaran, Estudio sobre el posicionamiento ­estratégico de Vielha e Mijaran por 2020, 2011.

Baqueira-Beret SA, Buena temporada 2013-2014 para Baqueira, [en ligne], URL : http://www.baqueira.es/noticias/727, consulté le 2 mai 2014.

Baqueira-Beret SA, Brochure saison 2014/2015, août 2014.

Baratech G., Baqueira Beret, de la familia Serra, gana casi 3 millones, [en ligne], URL : www.02b.com/es/notices/2014/03/baqueira_beret_de_la_familia_serra_gana_casi_3_millones_8361.php, publié en mars 2014, consulté le 2 mai 2014.

Belen Gomez B., “El turismo de nieve a España : El caso de Baqueira Beret (Cataluña)”, in A propósito del turismo, Editorial UOC, 2010, p. 320-334.

Bennassar B., Bennassar L., Le voyage en Espagne, R. ­Laffont, Paris, 1998.

Bertrans Solsona J., Valle de Arán (Suiza Española), Barcelona, 1928.

Boya M., « Le Val d’Aran : culture occitane et tourisme transfrontalier », Communication lors du Workshop international Tourisme transfrontalier et culture dans l’eurorégion Pyrénées-Méditerranée, Albi-Foix-Toulouse, 20-21 février 2014.

Casteran P. de, « Le Val d’Aran », Revue de Gascogne, vol. 40, 1899, p. 5-15.

CEP-ECAS, Trabajos de apoyo al documento de presentación del Pirineo, Barcelone, 1988.

Cela C. J., Viatge al pirineu de Lleida, Madrid, Barcelona, Alfaguara, 1969, [1ère éd. : 1966].

Chadefaud M., Aux origines du tourisme dans les Pays de l’Adour, université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, 1987.

Chapeau G., « La mise en valeur d’une région de montagne : le Val d’Aran », Revue de Comminges, vol. 99, 1986, p. 1-34.

Cicéri E., Les Pyrénées, Lafont, Luchon, 1873.

Collado A., “El sector del esquí baja precios por primero vez en su historia para remontar la crisis”, El Confidencial, 17/11/2013

Comet R., L’enclave espagnole du Val d’Aran, Saint-Gaudens, L’Adret, 1985, [rééd. thèse de droit, Paris, 1929].

Costa A., Alfonso-Sañudo A., Torres J.C., “Turismo activo y deportivo”, in Bayón F. (dir.), 50 años del turismo español, Centro de estudios Ramón Areces, Madrid, 1999, p. 749-780.

Còts e., Casanha P., “Evolucion deth bestiar e er ­amontanhatge ena Val d’Aran pendent era darrèra decada”, Annals del Centre d’Estudis Comarcals del Ripollès, 2001, p. 247‑278.

Deffontaines P., Durliat M., Espagne du Levant, Arthaud, Paris, 1957.

“El ferro-carril del Noguera Pallaresa”, La Vanguardia, 12 février 1881, p. 7.

Fernández Duro C., “El Valle de Aran”, Boletín de la Real Academia de la Historia, vol. 11, 1887, p. 322-334.

Gili M., “L’ampliació de l’estació de esqui de Baqueira. Espais protegits i model de desenvolupament a l’Alt Pirineu i Aran”, in Aqui No ! Els conflictes territorials a Catalunya, Empuries, Barcelone, 2003, p. 227‑251.

Hagimont S., « L’appropriation différenciée d’un mode de développement économique : le tourisme à Bagnères-de-Luchon (1870-1914) », Annales du Midi, no 287, 2014, p. 275-296.

Isus A., Les transformations récentes du Val d’Aran, mémoire de maîtrise, Institut de géographie de Toulouse, 1968.

Joanne P., Les Pyrénées, Hachette, Paris, 1882.

Institut d’Estadística de Catalunya, Idescat, 2014, [en ligne], URL : www.idescat.cat.

Laboulinière, P., Itinéraire descriptif et pittoresque des Hautes-Pyrénées françoises, Gide Fils, Paris, 1825.

“La Comissió territorial de la Val d’Aran declara caducat el projecte urbanístic de la Tuca”, communiqué de presse du 08 mars 2013, in : Generalitat de Catalunya , Sala de premsa. [en ligne], URL : http://premsa.gencat.cat.

Lambron E., Lezat T., Les Pyrénées et les eaux thermales sulfurées de Bagnères-de-Luchon, Napoléon Chaix et Cie, Paris, 2 t., 1860.

Laurière J. de, « Promenade archéologique dans le Val d’Aran », Bulletin monumental, vol. 52-53, 1886, p. 54 sq., p. 27 sq.

Leal J., “España, en (re)construcción”, in Laviana J. C., Arjona D. et Fernández S. (dir.), La División Azul, Unidad Editorial, 2006, p. 46‑57.

Leizaola A., « Le Pays Basque au regard des autres », Ethnologie française, vol. 32, no 3, 2002, p. ­429-438.

Liégeard S., Vingt journées d’un touriste à ­Bagnères-de-Luchon, Hachette, Paris, 1874.

Liesa Riverola C., El Valle de Aran comarca piloto, Editorial Bayer Hnos et Cia, Barcelone, 1965.

López Ontiveros A., “Del prerromanticismo al romanticismo : el paisaje de Andalucia en los viajeros de los siglos xviii y xix”, in Ortega Cantero N., Estudios sobre historia del paisaje español, Libros de la Catarata, Madrid, 2001, p. 115-153.

López Palomeque F., “El Estado como agente de la producción de espacios turísticos : el caso de la Vall d’Arán (Pirineos)”, Revista de geografía, 1984, no 18, p. 77-94.

López Palomeque F., “La planificación urbana en una comarca turística : el caso de la Vall d’ Arán (Pirineo, provincia de Lleida)”, Ilerda, no 46, 1985, p. 165-186.

López Palomeque F., “Turismo de invierno y estaciones de esqui en el Pirineu catalan”, Investigaciones geograficas, no 15, 1996, p. 19-40.

“Los campeonatos militaros de esquí para 1945”, El Mundo Deportivo, 25/01/1945.

Madoz P., “Arán (Valle de)”, in Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, 1845, vol. I, p. 408-415.

Melendez Luis, “50 años de Esquí en España”, El Mundo Deportivo, 15 mars 1959.

Milian J., Protection de la nature et développement territorial dans les Pyrénées, thèse de doctorat de géographie, université de Toulouse, 2004.

Moncayo C., “El Valle de Aran con Telesquí se convertiría en el mejor centro invernal de España”, El Mundo Deportivo, 21 févier 1959, p. 6.

Moreno Garrido A., Historia del turismo en España en el siglo xx, Editorial Síntesis, Madrid, 2007.

Nogué J., “Nacionalismo, territorio y paisaje en Cataluña”, in Ortega Nicolas (éd.), Paisaje, memoria historica e identidad nacional, Madrid, 2005, p. 146-169.

Nordman D., Frontières de France : de l’espace au territoire. xvie-xixe siècle, Gallimard, Paris, 1998.

Pabán Pedarrós M., “Una ramaderia entre fronteres : la Vall d’ Aran (1850-1936)”, Estudis d’historia agraria, 2000, no 14, p. 197‑208.

Pardo Cil J., “Un club de esquí en el valle de Aran”, El Mundo Deportivo, 17 janvier 1957.

Paris E., Touriste pyrénéen ou Choix de dessins sur les Pyrénées, Paris, 1841.

Poictevin F., Derniers songes, A. Lemerre, Paris, 1888.

Poujade P., Le voisin et le migrant, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Puig R., “¿Qué verde era mi valle ?”, Cuadernos de arquitectura y urbanismo, no 95, 1973, p. 20-24.

Ramond de Carbonnières L., Observations faites dans les Pyrénées, Belin, Paris, 1789.

Roma i Casanovas F., Del paradís a la nació : la muntanya a Catalunya, Cossetània edicions, Valls, 2004.

Roigé X., “Identidad, frontera y turismo en el Valle de Arán”, in Frigolé J., Roigé X. (coord.), Globalizacion y localidad. Perspectiva etnografica, Universitat de Barcelona., Barcelona, 2006, p. 33-60.

Sahlins P., Frontières et identités nationales, Belin, Paris, 1996.

Sanguin A.-L., « Le Val d’Aran (Catalunya) ou la réémergence politico-culturelle du fait occitan dans les Pyrénées », Géographie et cultures, no 12, 1994, p. 8.

Sanllehy M. A., Comunitats, veïns i arrendataris a la Val d’Aran (s. xvii-xviii), Universitat de Barcelona, 1996.

Sanllehy M. A., « Communautés et maisons du Val d’Aran (xviie-xviiie siècle) : un jeu d’équilibre entre le patrimoine communal et le patrimoine privé », in Minovez J.-M., Souriac R., Les hommes et leur patrimoine en Comminges, no 2, 2000, p. 151-167.

Sanllehy M. A., “El Banhs ed Les : un establiment termal de la Val d’Aran al segle xix”, Annals del Centre d’Estudis Comarcals del Ripollès, 2012, p. 269-308.

Schrader F. Pyrénées, Privat, t. I, Toulouse, 1936.

Semir R. de, La Vall d’Aran turística y documental, 6e éd., Gronollers, Editorial Alpina, 1987.

Soler i Santaló J., La Vall d’Aran : guia monogràfica de la comarca, L’Avenç, Barcelona, 1906.

spain.info France, Station de ski Station de ski de Baqueira Beret à Vielha e Mijaran en Espagne, [en ligne], URL : http://www.spain.info, consulté le 27 octobre 2014.

Thiesse A.-M., La création des identités nationales. ­Europe, xviiie-xxe siècle, Éd. du Seuil, Paris, 2001.

Torrebadella X., “Els inicis de l’esqui al Port de la ­Bonaigua”, Nabius, no 4, 2007, p. 4-6.

Viladevall A., “La Valle de Aran”, Razon y Fe, t. xviii, 1907, p. 492-506.

Vlès V., « Du moderne au pastiche. Questionnement sur l’urbanisme des stations de ski et d’alpinisme », Mondes du Tourisme, no 1, 2010, p. 39-48.

Walter F., Les figures paysagères de la nation, Éd. de l’EHESS, Paris, 2004.

Archives

Archives départementales de la Haute-Garonne (AD31), liasses 4M 92, 4M 94, 4M 95, 4M 126 (­frontière, casinos, funiculaires), 6 306W 90 (rapport de J. Sermet sur les routes transpyrénéennes, 21 octobre 1959).

Haut de page

Notes

1  En 2010.

2  Voir par exemple les différents Guides Joanne, Paris, 1841, Lambron, 1860.

3  Archives Départementales 31, 4M92, 4M94 et 4M95 : ­rapports de la police aux frontières.

4  AD31, 4M 126.

5  Traductions de l’auteur.

6  AD31, 6306W90.

7Normes Subsidiàries i complementàries de la Vall d’Arán.

8  Pionnier, le Val a reçu en janvier 2014 le label Biosphere Responsible Destination attribué par l’Institut du tourisme responsable, entité associée à l’UNESCO et à l’OMT. Ce label, nouveau, ne concerne pour l’heure qu’un nombre restreint de destinations dans le monde et semble avant tout être un outil marketing fondé sur une déclaration de principes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte simplifiée du Val d’Aran
Crédits Source : S. Hagimont.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1845/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 2 – Fréquentation de la station Baquereira-Beret entre 1995-1996 et 2013-2014
Crédits Source : S. Hagimont.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1845/img-2.png
Fichier image/png, 224k
Titre Fig. 3 – Les Bains d’Arties, 2014
Crédits Source : S. Hagimont.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1845/img-3.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 4 – Église romane de Bertren et urbanisation contemporaine, 2014 et fig.5 – Lac artificiel au Port de Bonaigua, 2014
Crédits Source : S. Hagimont.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1845/img-4.png
Fichier image/png, 6,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Steve Hagimont, « Les processus d’appropriation touristique d’un territoire frontalier. La trajectoire du Val d’Aran (Catalogne, XIXe-XXIe siècle) », Sud-Ouest européen, 39 | 2015, 31-44.

Référence électronique

Steve Hagimont, « Les processus d’appropriation touristique d’un territoire frontalier. La trajectoire du Val d’Aran (Catalogne, XIXe-XXIe siècle) », Sud-Ouest européen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://soe.revues.org/1845 ; DOI : 10.4000/soe.1845

Haut de page

Auteur

Steve Hagimont

Agrégé d’histoire, doctorant contractuel chargé d’enseignement en histoire, FRAMESPA, UMR 5 136, université Toulouse Jean Jaurès, steve.­hagimont@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org