Navigation – Plan du site

Les phénomènes de dédoublement ­résidentiel dans les ­trajectoires de plusieurs systèmes ­touristiques ­pyrénéens : Cerdagne (P.O.), ­Vicdessos (Ariège) et haute vallée ­d’Ossau (P.A.)

Examining second homes in several tourist areas of the Pyrenean mountains
El fenomeno de las residencias secundarias en las trayectorias de varios sistemas turísticos del Pirineo (Cerdaña [Pirineo oriental], Vicdessos [Ariège] y el Alto Valle de Ossau [Pirineo occidental]
Philippe Bachimon, Pierre Dérioz et Vincent Vlès
p. 81-95

Résumés

Phénomène particulièrement développé en France, la « résidence secondaire » paraît consubstantiellement liée au développement des stations touristiques. Beaucoup de diversité se cache pourtant derrière les chiffres des enquêtes et des recensements, et la catégorie statistique « résidence secondaire » apparaît bien insuffisante pour rendre compte des multiples formes de la résidence temporaire. L’approche qualitative qui a été conduite depuis plusieurs années dans les Pyrénées en Cerdagne, en Vicdessos et en vallée d’Ossau, montre que les profils des propriétaires sont très hétérogènes. Constitutifs des systèmes touristiques quelles que soient leurs dynamiques (spatiale, socio-économique, culturelle, paysagère), les phénomènes de dédoublement résidentiel participent ainsi de manière variée aux trajectoires multiformes des aires touristiques en montagne

Haut de page

Texte intégral

1Le phénomène de la résidence secondaire, ou de la double résidence (du point de vue des usages) et de la résidentialité temporaire (du point de vue des territoires), présente en France une ampleur et une ancienneté très spécifiques. Avec plus de 3 millions de résidences secondaires, c’est 12 à 15 % des ménages qui ont une deuxième résidence dont ils sont généralement propriétaires (plus rarement locataires). Dans les années 2000, ce phénomène séculaire a même connu une progression spectaculaire (augmentation d’environ 100 000 ­résidences/an, principalement en stations), liée en grande partie à des acquisitions réalisées par des étrangers : Anglais dans le Sud-Ouest, Espagnols dans les Pyrénées, Allemands dans l’Est et le Sud-Est. Dans le même temps, les Français se portaient de plus en plus acquéreurs d’une résidence secondaire hors de France continentale (Corse, Antilles, Maroc, Polynésie...). Au cours des dernières décennies, une grande partie de ces acquisitions s’est insérée dans une démarche d’optimisation fiscale souvent associée à un projet héliotropique (se déclinant en sous-catégories alpines, marines, arides...) en vue de la retraite. Ce phénomène a pris une importance considérable dans les Pyrénées (Vlès, 2014, p. 145-155).

  • 1  « Une résidence secondaire est un logement utilisé pour les week-ends, les loisirs ou les vacances (...)

2Ce phénomène résidentiel « à temps partiel », s’il a intéressé bon nombre de chercheurs, en particulier des sociologues, n’a en définitive pas fait l’objet d’un continuum d’observations et donc d’une production scientifique abondante. Les publications ont principalement porté sur les phases spéculatives du phénomène (Barbichon, 1978 ; Dubost, 1998 ; Vlès, 2014) ou sur le caractère « non marchand » des « lits vides », « froids », et le faible taux d’occupation des « volets clos » (Atout France, 2013). Tous ces travaux concluent à la diversité du fait difficile à saisir. À tel point que les statistiques ne parviennent pas à le circonscrire précisément au-delà de son ampleur. Tout au plus, la littérature technique et l’action publique tiennent-elles pour vérité la nécessité de « mettre sur le marché locatif » cet hébergement « non marchand », sans toutefois y parvenir de manière significative (Miquel, 2010), et en s’intéressant peu aux autres aspects de cette modalité résidentielle1. Les mots « ­résidence secondaire » apparaissent d’ailleurs insuffisants pour recouvrir cette diversité qu’on devrait compléter avec ceux de « ­dédoublement ­résidentiel » (Sansot, 1978) et de « nomadisme résidentiel » (Bachimon, 2008).

3L’objet de la recherche est de montrer, à partir d’un espace montagnard unique – les Pyrénées, où les « ­résidences secondaires » tiennent une place déterminante dans la production ou la réhabilitation d’espaces bâtis –, l’extraordinaire diversité des situations, des usages et des fonctions du dédoublement résidentiel. Elle l’envisage d’abord sous l’angle des mutations ­paysagères, qui hésitent entre modernité fonctionnelle et apparence de patrimonialisation. Elle rendra compte de la grande variété du marché foncier soumis à de fortes fluctuations selon les pressions spéculatives, et à des cycles décennaux (Fablet, 2011). Elle interroge l’image « négative » qu’en ont les habitants (qui ­toutefois la favorisent par la cession de tout ou partie de leur foncier), mais aussi les gestionnaires des stations qui déplorent ces lits qualifiés de « froids » en raison de leur faible durée d’occupation moyenne (42 nuits/an selon l’enquête Ipsos Marketing pour Atout France en 2010). Enfin, elle montre que la mutirésidentialité s’avère aujourd’hui entrée dans une normalité d’itinéraires de vie qui dépasse la seule résidentialité secondaire et révèle plutôt l’extraordinaire variété des évolutions sociétales contemporaines (familles recomposées, distension entre lieu de travail et de vie, mobilités accrues notamment grâce au numérique).

4Trois hypothèses ont guidé les choix méthodologiques de la recherche :

  • La diversité des formes de dédoublement résidentiel, si elle prend en montagne des aspects spécifiques, n’est pas fondamentalement différente de ce qu’elle est à l’échelle de la France entière.

  • Le dédoublement résidentiel joue un rôle majeur, à divers titres, dans le fonctionnement de systèmes touristiques variés.

  • Il revêt une grande importance dans la trajectoire contemporaine de ces systèmes touristiques.

  • 2  Cet article a été réalisé dans le cadre du programme interdisciplinaire de recherches TRATSO de la (...)

5En termes de méthodes, la compréhension fine du ­phénomène et de sa place au sein de systèmes territoriaux complexes en mutation impose une approche à grande échelle. Aussi cette recherche s’appuie-t-elle sur des enquêtes de terrain, des entretiens, des études de cas approfondies (à la parcelle ou au lot cadastral près) réalisées in situ sur plusieurs années (entre 2007 et 2014), tandis que la prise en compte de la diversité du phénomène justifie une approche comparative dans trois systèmes touristiques très différents du massif ­pyrénéen : en Cerdagne (Pyrénées-Orientales), en Vicdessos (Ariège) et dans la haute vallée d’Ossau (station de ski de Gourette et station thermale des Eaux-Bonnes, Pyrénées-Atlantiques). Pour n’avoir pas négligé de prendre appui sur les données statistiques disponibles, la recherche met également en œuvre une méthode combinant notamment l’observation méticuleuse de l’occupation des résidences (à différentes saisons) à une enquête exhaustive sur la base du plan cadastral à l’échelle de quelques villages, des visites complètes des localités retenues en compagnie d’une personne-ressource (en général un élu du conseil municipal) capable d’apporter, maison par maison, les informations essentielles (origine, profession, âge, degré d’investissement local…). La richesse de l’information recueillie de la sorte dépasse toutefois très largement ces seules données de base et offre dans le même temps un aperçu très complet du fonctionnement social global des villages2.

I - Dédoublement résidentiel et trajectoire des systèmes touristiques d’échelle locale : cadre théorique

6L’ensemble des travaux prennent appui sur la ­conception de la commune comme plus petit niveau scalaire de recensement, donc en tant qu’entité spatiale au sein de laquelle se déploie de manière cohérente et organisée le fonctionnement d’une société, entité suffisamment identifiable pour qu’il soit envisageable de tenter de la caractériser en tant que système sociospatial (Rolland-May, 2000 ; Moine, 2007 ; Dérioz, 2012). Pour autant, ces données communales ont été regroupées à l’échelle des constructions intercommunales plus ou moins récentes (communautés de communes) qui les intègrent et les démultiplient (Vlès, 2014, p. 94-108).

1. Une approche des « systèmes touristiques » en tant que systèmes territoriaux à finalité touristique dominante

7Le territoire est dans cette optique le produit d’un ­processus plus ou moins complexe d’appropriation d’une portion d’espace à la délimitation plus ou moins nette, appropriation à la fois effective (pratique et usages) et symbolique (représentations), au service des besoins fonctionnels et/ou identitaires de groupes sociaux de nature et d’échelle diverses (Di Méo, 1998). La grande diversité des formes territoriales induites en France par la mise en œuvre de la décentralisation et la production des « nouvelles mailles du pouvoir local » (Vanier, Scherrer, 1995) a généralement conduit les études comparatives à identifier différents facteurs de territorialisation, dont le jeu différencié engendre différents types de territoire (Klein et al., 2003 ; Lardon, Piveteau, 2005 ; Lima, 2006). La cristallisation d’un territoire découle ainsi du jeu de phénomènes de nature différente, qui imposent une définition multicritères (Dérioz, 2012), à la croisée de la plasticité éventuelle de sa délimitation spatiale, de son ancrage historique, de la reconnaissance de son identité par ses habitants (interne) ou depuis l’extérieur (externe), de sa cohérence fonctionnelle socio-économique, de son incarnation dans un pouvoir politique ou de son ­activation par des logiques de projet. De multiples interactions se manifestent entre ces sept champs, dessinant une très large gamme de configurations territoriales. Tantôt étonnamment rigides, tantôt extrêmement ­plastiques, les territoires bougent, résistent ou se déforment, et leurs évolutions s’apparentent en effet assez bien à l’image de la « tectonique des territoires » que développe l’économiste Claude Lacour (1996), qui préfère parler « d’intermédiation territoriale » plutôt que de territoire pour mieux signifier cette mobilité sur toutes les échelles de temps, cachée ou apparente :

« Un territoire », écrit-il, « c’est un espace qui, à un moment donné, pour certaines raisons, pour une ­certaine durée, peut réaliser une intermédiation ­multiple “globale” entre de multiples trajectoires possibles, sous l’effet de comportements variés et variables (…). Au lieu de le considérer comme une totalité inscrite dans des cheminements déterministes, on le perçoit comme la concrétisation d’un grand nombre d’enchaînements plus ou moins permanents, apparents, repérables, formés de comportements et de sa globalité environnementale. »

8Une telle définition, qui met l’accent sur le caractère dynamique (trajectoires) du territoire en tant qu’émergence spatiale momentanée produite par un « processus d’acteurs », suggère aussi le jeu multiple des interactions dont il est tissé, et conduit à l’appréhender comme un système complexe.

9Le « système territorial » dont il est ici question ­correspond à un ensemble d’éléments en interaction dynamique qui qualifie une portion d’espace comme un territoire, parce que ce système est structuré et ­fonctionne avant tout à cette échelle-là : indissociable de son échelle sociospatiale, il identifie donc le territoire en tant que structure fonctionnelle cohérente. L’ « identité » est à la fois l’une de ses composantes et la première de ses productions, parce que le système l’alimente en retour. Dès lors, l’ensemble d’éléments mis en jeu par ce « système-cardinal » peut être d’une grande ­diversité, mais il ne regroupe pas nécessairement la totalité des dimensions, des objets et des processus qui y sont repérables. Les systèmes territoriaux étudiés ici ont en commun d’être des systèmes montagnards au sein desquels la fonction touristique et récréative occupe une place motrice centrale, dont l’importance se lit sur des plans multiples (identité territoriale, politiques publiques, fonctionnement économique, aménagement de l’espace, etc.). Parce qu’elle implique la venue temporaire de ­clientèles extérieures, la fonction touristique implique a priori une dépendance relativement forte vis-à-vis de variables extérieures pour les systèmes territoriaux qu’elle façonne (François, 2007), d’autant plus forte que leur spécialisation est poussée. Forme achevée de cette spécialisation, le modèle de la station d’altitude fonctionnant comme une sorte d’isolat territorial doit être envisagé dans une perspective dynamique, d’abord parce que son histoire montre sa croissance et son extension, mais surtout parce que de nombreux ­phénomènes viennent aujourd’hui remettre en cause ces mécanismes : effets de la crise économique structurelle que traversent nos sociétés, mutations des attentes de la clientèle, montée en puissance des préoccupations environnementales et du souci de la « durabilité » aux impacts locaux – avérés, redoutés ou anticipés – du changement bioclimatique global. Dans un contexte marqué par l’élargissement des systèmes stationnels au bénéfice d’ensembles spatiaux plus étendus (Vlès, 2016), que sous-tendent des fonctionnements plus complexes, l’étude des phénomènes de dédoublement résidentiel et des différentes manières dont ils interviennent dans le fonctionnement et l’évolution de ces systèmes territoriaux émergents permet de préciser et de nuancer la question de la dépendance externe de ces systèmes territoriaux spécifiques.

2. Des trajectoires contemporaines des systèmes touristiques pyrénéens en bifurcation nette

10Depuis les années 1985-1990, le tourisme en montagne en Europe est entré dans une phase de changement global marqué par de multiples facteurs, tels que la concurrence accrue entre les destinations, le vieillissement de la population touristique, l’affaiblissement des dynamiques internes, l’insuffisance des initiatives d’investissement, les déficits chroniques d’exploitation, les exigences croissantes de qualité esthétique et environnementale ou encore la gestion des risques (Perret, 1992 ; Bourdeau, 2007, 2009, 2011, 2013 ; Clarimont, Vlès, 2008 ; Vlès, 2010, 2012, 2014 ; Bachimon et al., 2013 ; Botti et al., 2012 ; Achin et al., 2013). L’avenir urbain de ces stations, l’adaptation de leur architecture, de leur parc immobilier, leur insertion dans le paysage sont aujourd’hui confrontés à trois mutations dans lesquelles le facteur résidentiel joue un rôle prépondérant.

11L’obsolescence du cadre bâti des stations produit un décalage entre l’image de la montagne, la représentation que s’en font les visiteurs et la réalité du paysage. La manière dont le « touriste » évalue le paysage de la ­station change et les représentations qu’il élabore révèlent la conscience qu’il a de cette déconnexion des temps (Hatt et al., 2011). L’opposition entre le temps figé d’une part – qui type le village ou la station dans la pierre ou le béton, marqué par son urbanisme initial – et le temps en mouvement, celui qui porte l’évolution des pratiques touristiques et de loisirs, prend aujourd’hui un caractère très sensible et touche la grande majorité des lieux de séjours de montagne. Des recherches récentes (Vlès, 2010 ; Fablet, 2011) ont permis de connaître les perceptions des espaces paysagers urbains des plus grandes stations de sports d’hiver des Alpes et des Pyrénées ainsi que leur représentation dans l’imaginaire des ­visiteurs. Des images représentatives de la montagne sont issues de ces recherches et apparaissent aujourd’hui essentielles pour les visiteurs : la présence de la nature est toujours plébiscitée, évaluée comme importante et très attractive par plus de 80 % des visiteurs enquêtés (Hatt, 2011, p. 371) ; le cadre bâti lui-même est apprécié ­lorsqu’il a recours à des matériaux traditionnels, tels le bois ou la pierre.

12Lorsqu’ils sont touristes, les futurs résidents secondaires arrivent sur un site avec des images préétablies et cherchent à adapter leur représentation du village ou de la station à ces images (Frochot, Kréziak, 2009). On sait ainsi que le touriste recherche en station un paysage différent, typé, « authentique », « traditionnel » (Hatt, 2011, p. 376) et c’est pourquoi il s’accommode facilement du style néo-savoyard dans les Pyrénées (Bolquère, Eyne, La Pierre Saint-Martin, Saint-Lary-Soulan, etc.), paysage valorisé par les orientations architecturales des stations (Vlès, 2010, p. 45) ou les brochures touristiques. Le chalet, par exemple, fait partie des images d’Épinal que le touriste s’attend désormais à rencontrer dans toutes les montagnes. Le besoin de dépaysement des citadins, la recherche d’une confrontation permanente à la nouveauté et parfois à « l’authenticité » apparaissent omniprésents dans les enquêtes. Élément paradoxal qui se lit dans le paysage, ces nucléus touristiques de montagne répondent à une logique de plus en plus internationale, normée et standardisée : extension par lotissements, enclaves urbaines porteuses de conformité et normalisées autour d’une réinvention kitsch du bâti, architecture qui n’existe pas par elle-même, ­affirmation d’une autochtonie factice. Cette urbanisation crée en montagne des enclaves porteuses de conformité, ­l’architecture pastiche des nouvelles opérations s’insère dans un temps et un espace mondialement partagés. Les valeurs symboliques patrimoniales, synonymes des ­premières formes de tourisme en Europe, ont été remplacées par la conformité et la marchandisation.

13L’insertion de cette conformité dans un espace touristique qui était initialement attractif grâce à sa non-­conformité est sans doute une belle métaphore des effets de la résidentialisation et de la normalisation qui l’accompagne lorsqu’il atteint ces lieux encore vierges. Ces excroissances qui se ressemblent, ces stations génériques, des « vrais-faux » villages-stations, apparaissent partout : les modes modernes de construction en chaîne de la résidence secondaire standardisée y ont produit une architecture de marketing répondant aux stratégies commerciales de la promotion immobilière, souvent standardisées, adaptées à des concepts réducteurs de convivialité, de sociabilité et à un retour aux sources parfois très artificiel. Ce mouvement s’oppose, dans la grande majorité des vallées (Haut-Béarn, Haute-Bigorre, Haute Vallée d’Aure, Haut Comminges, Haute Ariège, Cerdagne, Haut-Aragon, Pays Basque), à l’art de bâtir de chaque village ancien où des caractères bien affirmés et très différents de ce style « mondialisé » se dégagent, depuis les simples matériaux jusqu’à la composition des maisons, du village, du paysage, principes de l’adaptation au lieu et à la forme qui ne sont pas repris dans les ­évolutions urbaines récentes liées à la résidence secondaire (Vlès, 2014). Ce problème de déconnexion de référentiel d’image, les modifications de la fonctionnalité urbaine peuvent être pris pour les deux effets de la situation de transition qui marque les stations aujourd’hui.

14Autre infléchissement des trajectoires des aires touristiques en montagne, la « fuite en avant » immobilière constitue une tendance qui a récemment provoqué une bulle immobilière encore non résorbée et qui touche le phénomène de la résidentialité touristique, notamment dans les Pyrénées (Pamir Conseil, 2012). D’un côté on assiste à une déprise du tourisme en montagne partout avérée. En quatre ans, la montagne française a perdu près de 6 millions de nuitées, soit 5 % de sa fréquentation. Sur les dix dernières années, ce chiffre est d’environ 10 %. L’évolution chaotique liée à des problèmes d’aléas d’enneigement et de températures élevées n’explique pas tout ; les tendances d’évolution de la saison d’été indiquent également une baisse sur l’ensemble des périmètres. Outre les impacts économiques directs, cette érosion de la fréquentation (qui peut atteindre 35 % entre 2004 et 2007 à Gavarnie) implique aussi un désinvestissement dans l’immobilier de loisirs, donc la sortie des hébergements des standards de confort lorsque l’effort de réinvestissement n’a pas été consenti par les propriétaires. En conséquence, les attentes des clientèles sont plus difficiles à satisfaire, les biens se louent ou se vendent plus difficilement, ils se disqualifient progressivement : cette spirale place les destinations touristiques de montagne dans une logique « d’exténuation » de l’offre ; le phénomène est particulièrement massif dans les Pyrénées (Pamir Conseil, 2012). Le processus d’urbanisation liée à la double résidentialité a permis un temps de payer les aménagements collectifs qui agrémentent l’accueil de ces nouveaux habitants, de couvrir les frais et d’amortir les investissements réalisés dans les équipements de ­loisirs ou le domaine skiable. Mais cette trajectoire classique des stations est dorénavant confrontée à la diminution de la demande solvable et à une fréquentation en baisse qui génèrent des contre-performances économiques. Les tentatives de requalification se sont d’ailleurs soldées par deux échecs dans les Pyrénées : celui des opérations de requalification de l’immobilier de loisirs qui n’ont pas pu adapter l’immobilier ancien (particulièrement dans la vallée d’Ossau) et celui des opérations de défiscalisation de l’investissement dans les résidences de tourisme, qui affectent l’immobilier neuf marchand en l’ayant placé, au plus mauvais moment (années 2007-2012), dans une bulle spéculative largement sous influence du marché espagnol (ce phénomène ne touche pas que la Cerdagne).

15Les difficultés de l’immobilier de loisirs sont ainsi ­devenues la caractéristique principale de l’évolution des systèmes touristiques en montagne pyrénéenne. Or les résidences secondaires y représentent au minimum aujourd’hui entre 54 % et 95 % de leur capacité d’accueil totale.

16Par ailleurs, sur la pression des lobbies immobiliers, les gouvernements successifs ont, depuis une douzaine d’années, agi sur une nouvelle forme de résidence secondaire, la résidence de tourisme, faite de logements secondaires mis en location pendant neuf ans mais dont l’usage peut au-delà revenir totalement à son propriétaire, et ils ne s’en privent majoritairement pas. Soutenu par défiscalisation, ce dispositif a favorisé dans le massif pyrénéen une bulle immobilière importante : sur les 111 000 lits construits en résidence de tourisme en France entre 2000 et 2010 dans les seules zones de montagne, 30 000 sont dans les Pyrénées (Pamir Conseil, 2012). C’est beaucoup trop eu égard au potentiel touristique du massif, qui n’est pas de 30 % mais de 10 %, et qui reste très marqué par le tourisme de nature, éloigné de l’investissement immobilier. Autre bifurcation de trajectoire touristique des vallées pyrénéennes, la défiscalisation de la résidence secondaire y a produit, par cet effet d’aubaine fiscale, des surcapacités reconnues par les professionnels : en vallée d’Aure, on compte ainsi 10 000 lits largement inoccupés et la surcapacité totale actuelle y est évaluée à plus de 30 000 lits ; on relève des faillites de résidences, à Gourette, en vallée d’Aure ou en Cerdagne-Haut Conflent et le taux moyen d’achèvement des résidences secondaires en résidence de tourisme, fin 2013, n’était que de 55 % dans les Pyrénées, 45 % dans les Pyrénées-Orientales, contre plus de 98,4 % dans les Alpes.

17Ce tableau permet de saisir qu’aujourd’hui l’hybridation en station pyrénéenne s’opère sur l’affirmation de son hyperréalité. Soit un amalgame entre le modèle stéréotypique de la « Montagne » (elle est alpine, enneigée – c’est-à-dire « blanche » quand elle fait l’objet de sa médiatisation –, parsemée de chalets... peuplée de montagnards) et le modèle issu de son imitation qui repose sur le lotissement résidentiel temporaire (aux volets clos), l’enneigement artificiel de pentes rendues ainsi skiables : un décor kitsch, une réalité qui n’est pas vécue comme une falsification... mais au contraire comme un ­arrangement contingent du présentiel.

II - L’extrême variété du parc du dédoublement résidentiel

18La diversité des situations, des usages et des fonctions de la résidence secondaire a des impacts qui débordent les seules mutations paysagères : trois études de cas exhaustives des parcs de résidences montrent que la mutirésidentialité révèle également des normalités d’itinéraires de vie en montagne très variées, qui dépassent la seule résidentialité secondaire pour refléter des évolutions sociétales contemporaines disparates et changeantes.

1. L’obsolescence résidentielle des stations de Gourette3 et des Eaux-Bonnes4

  • 3  Ski alpin, 97 % de résidences secondaires.
  • 4  Thermalisme, 95 % de résidences secondaires.

19Dans les Pyrénées béarnaises, la vallée d’Ossau est symptomatique des modes de double résidentialité rencontrés dans les Pyrénées. La beauté de la vallée, la variété de ses sites, la présence du parc national et la notoriété des randonnées qui s’y déploient lui ont donné un fort attrait depuis les débuts du pyrénéisme au xixe siècle. Aujourd’hui, les sports de neige y constituent une ressource majeure pour le haut Ossau, pratiqués par 88 % des touristes, le ski de fond par 26 % et les autres formes de glisse par 12 % des visiteurs (200 000 nuitées, 5e station du versant français de l’ouest de la chaîne). La très grande majorité de ces visiteurs y ont développé une double résidentialité concentrée à Eaux-Bonnes–Gourette, qui regroupe quatre villages (Assouste, Aas, Eaux-Bonnes et Gourette : 426 habitants en 2012).

Une clientèle significative de résidents secondaires

20La résidence secondaire a fabriqué ces deux stations. Son poids y est considérable, même si elle est surtout le fait d’habitations sous la forme d’appartements. À Gourette, seulement 34 des 1 320 propriétés (2,5 %) sont désignées comme des résidences principales par leurs propriétaires. Les résidences secondaires représentent donc plus de 97 % des lots de la station. Neuf lots seulement sont des maisons ou des chalets. Les propriétaires ont en moyenne 63 ans et résident à 73 % en région Aquitaine, 13 % en région Poitou-Charentes. Gourette a du mal à renouveler les clientèles qui résident dans ces appartements non marchands (enquête auprès de la direction de la station). Les relevés cadastraux montrent que les propriétaires qui ont acheté dès l’origine de la station (années 1960) transmettent majoritairement les lots à leurs familles (Loope, 2014).

21Aux Eaux-Bonnes, située à une dizaine de kilomètres en aval de Gourette, 5 % seulement des 534 lots sont ­identifiés comme des résidences principales. Comme pour la station de sports d’hiver, les propriétaires résident en majorité dans des appartements dont la surface est proche des 60 m². Leur âge moyen, 68 ans, est à l’image de celle de la station thermale vieillissante. Les résidences secondaires sont en grande majorité des appartements (22 lots sont des maisons ou chalets). Dans les hameaux dispersés du reste du territoire (Aas, Assouste et quelques habitations à l’écart d’un des quatre villages), le taux de résidence principale est plus élevé : 20 %. Les résidences secondaires dans cet habitat dispersé représentent 185 lots occupés par des familles nombreuses. En conséquence, les biens ont une surface supérieure à 110 m². Leurs propriétaires sont presque aussi âgés que dans les deux stations, leur âge moyen est de 65 ans, 78 % viennent de la région Aquitaine, 8 % de la région Poitou-Charentes, 3 % de la région Rhône-Alpes.

22L’hébergement touristique de la commune multipolaire des Eaux-Bonnes–Gourette est donc constitué à 95 % de ­résidences secondaires. Comme pour ­l’hébergement marchand, ces lits révèlent des taux ­d’occupation extrêmement faibles. Pendant ­l’hiver ­2013-2014, il était seulement de 8,2 % et l’été 2013, de 2 % (Loope, 2014) !

Un parc délaissé, une fréquentation en berne

  • 5  Pour bénéficier de la défiscalisation, le lit secondaire en résidence de tourisme ne doit être mis (...)

23Face à des coûts d’investissement et de fonctionnement d’équipements collectifs en constante augmentation – notamment en station de ski –, la fréquentation de ce parc immobilier stratégique (puisqu’il représente 95 % de la capacité d’hébergement de l’économie touristique) pose un problème d’avenir essentiel à la vallée : clairement, son modèle de développement est remis fortement en question par le délaissement en cours. Par ailleurs, du fait des sorties du marché locatif des hébergements marchands5, les deux stations perdent annuellement 2 % de lits marchands (Comète, 2014). Les représentants des copropriétés eux-mêmes n’ont d’ailleurs pas réussi à mettre ­d’accord l’ensemble des propriétaires afin d’effectuer des rénovations et entretiens jugés jusqu’ici trop coûteux. À Eaux-Bonnes–Gourette, la question de la requalification des lits résidentiels avait déjà été évoquée dans les années 1990. Mais, faute d’intérêt de la part des propriétaires, seuls les espaces publics et les accès ont pu être requalifiés entre 2010 et 2012. Cet investissement sur le domaine public s’est avéré insuffisant pour enrayer la baisse de fréquentation qui est estimée à 15,7 % entre 2009 et 2012. Gourette–Les Eaux-Bonnes a perdu en l’espace de 5 ans près de 26 500 nuitées. Depuis l’année 2006, cette baisse est plus inquiétante encore puisqu’elle représente une diminution d’environ 28 % de sa fréquentation alors que l’enneigement y a été excellent (Comète). L’enquête auprès des résidents secondaires montre que le vieillissement de cette clientèle est au cœur de ce processus de délaissement.

Fig. 1 – Valcebollère

Fig. 1 – Valcebollère

Valcebollère et ses résidences secondaires dans des maisons de village restaurées (Cerdagne française, 1500 m).

Cliché : V. Vlès, octobre 2009.

2. Dualité du dédoublement résidentiel et effets de dissociation spatiale entre station et développement résidentiel en Cerdagne française

Aux marges de la « métastation »

24Dans les villages de Cerdagne étudiés en 2014 (Valcebollère et Nahuja), le rapport à la station de ski alpin n’est pas absent, même si ces villages n’appartiennent pas formellement à une station. Les deux communes en sont plus ou moins dépendantes par la topographie, par la route d’accès et par la participation ou non à la dette. Ainsi, du fait de son appartenance au syndicat intercommunal gestionnaire de la station du Puigmal, Nahuja a, pour 49 habitants permanents, contracté une dette colossale de trois millions d’euros à rembourser... ce qui représente sa part du déficit accumulé par la station dont elle relève, fermée depuis 2013 par arrêté préfectoral en raison de sa dette. Mais la proximité réelle de cette station a joué comme facteur discriminant positif pour l’implantation dite « espagnole » (elle est le fait de ressortissants de la Generalitat) en résidence secondaire (Bachimon et al., 2013). Ainsi, à Nahuja, elle représente 39 des 58 résidences secondaires alors qu’à Valcebollère elle n’est que de 52 % (37 résidences catalanes pour 70 secondaires). Dans le premier village, le plus poche de la station, la multirésidentialité prend deux formes. Celle d’une installation dans les maisons « abandonnées » du vieux village et celle d’un investissement dans un lotissement d’adosados (maisons accolées, forme urbaine très courante en Espagne) qui leur est quasiment dédié et qui a lui seul représente plus des deux tiers du parc (soit 27 des 39 résidences secondaires « espagnoles »). Les 12 résidences catalanes du village ancien sont pour leur part indistinctes des 19 « françaises » (qui pour 14 d’entre elles appartiennent à des habitants des « P.O. »). En ce sens elles ne sont pas « anonymes » contrairement aux « espagnoles », par exemple pour le maire du village qui n’a pu identifier de mémoire aucun habitant du lotissement... mis à part l’unique Français qui y a installé sa résidence principale.

25La résidence secondaire française relève d’un ancrage plus ancien que celle des Barcelonais arrivés depuis peu (le lotissement espagnol de Nahuja a été habité en 2008). Mais pour la résidence barcelonaise sise dans le cœur des vieux villages, il y a peu de différence visible avec celle des Français, si ce n’est un investissement financier très souvent supérieur. Ainsi le bien immobilier est-il partagé en studios ou multiples appartements qui sont en général prêtés aux amis et parfois loués hors déclaration (quand ils n’ont pas fait l’objet d’un projet de vente à la découpe comme à Valcebollère). La rénovation soignée des vieux bâtiments et la décoration archétypée des nouvelles bâtisses, l’entretien régulier et méticuleux des pelouses et jardins par des jardiniers professionnels... tout cela permet de reconnaître « au premier coup d’œil » la nationalité du propriétaire : un mode d’occupation de l’espace très éloigné de celui du haut Ossau. C’est par contre sur l’invisible que se fait la césure. En particulier la résidence française s’est souvent mise en place en fonction de liens amicaux et/ou intrafamiliaux anciens, de quasi « filières », comme celle qui a progressivement amené à Valcebollère plusieurs personnes de Montauban.

Le gradient résidentiel

26L’inversion entre résidentialité réelle et résidentialité légale est rare (un cas identifié, dans chacun des villages étudiés, d’un résident principal déclaré comme résident secondaire), mais à vrai dire le gradient résidentiel, soit le présentiel avéré, est particulièrement ouvert et ­rapproche, aux extrêmes, les situations de certains résidents principaux de celles de résidents secondaires.

27L’absentéiste est décrit comme celui qui ne vient pas une seule fois dans l’année, ou alors de manière tout à fait aléatoire, laissant passer plusieurs mois voire plusieurs années sans venir et dont la maison reste inoccupée quasi en permanence. Il représente un cas extrême qui assimile son bien à la catégorie des logements vacants. En fait on le rencontre dans les trajectoires de fin de vie, lorsque l’absence est liée au très grand âge et à la maladie, dans le cas où les enfants, et parfois les petits-enfants, eux aussi déjà âgés et retraités, ne prennent pas la suite. L’étape ultérieure qui découle de cet absentéisme s’avère être celle de la cession, si possible à un « Espagnol », celui-ci étant réputé « payer mieux et cash ». L’irrégularité et la rareté extrêmes de la venue apparaissent donc comme un désinvestissement social avant la mise sur le marché du bien, si des modes d’indivision ne viennent pas ralentir le processus.

28Le type du vacancier régulier caractérise plutôt le ­propriétaire barcelonais d’une résidence secondaire. Il n’est présent qu’à deux courtes périodes, invariables dans l’année : autour « des Rois » (jour de l’an et les 5 jours suivants) pour le ski, et souvent après le 15 août, pour les deux semaines qui précèdent la rentrée des classes, et ce afin d’échapper à la chaleur du littoral méditerranéen, littoral où il a quelquefois une maison de famille. Cette « vague » remplit d’enfants le village qui s’anime de manière assez éphémère. Mais à cette ­catégorie se rattachent les « Français » qui viennent en léger décalage selon une rythmicité comparable aux vacances de février et entre la mi-juillet et la mi-août. Pour le coup, ces deux groupes ne se croisent quasiment pas et finalement ne se connaissent pas, même s’ils résident dans des quartiers proches ou mitoyens.

29Le passionné correspond à celui qui vient dès qu’il peut. C’est un amoureux du pays, surtout pour les activités de pleine nature. Il vient ­parfois de Catalogne, mais plus ­souvent des pays d’Oc. Sur le qui-vive, il « monte » à l’occasion d’une météo propice à son sport préféré, pour la cueillette des champignons, pour « être » d’une fête de village ; il va parfois aussi s’impliquer plus en avant dans la vie du village en participant aux activités collectives, voire en devenant conseiller municipal.

30Le résident à mi-temps représente une catégorie de résidents qui partagent leur temps entre « le haut » et « le bas ». On le retrouve indifféremment dans l’une ou l’autre des catégories résidentielles, avec parfois le cas de couples dont l’un est résident principal du village quand l’autre y est secondaire. Évidemment, le village étant considéré comme lieu de loisir plutôt que de ­travail (mais il y a des cas de télétravail), c’est en fonction des opportunités climatiques et saisonnières que se fait l’alternance. Les retraités et les jeunes séniors constituent le gros de la cohorte. Ici la hiérarchie résidentielle s’avère caduque, car les aléas de la vie et le vieillissement font évoluer, parfois assez brusquement, ce qui semblait devoir perdurer. Cette population n’apparaît pas comme « étrangère » aux habitants les plus sédentaires, elle a assez souvent d’ailleurs des liens familiaux avec eux et bénéficie d’une image « positive ». Elle est présente aux bons moments, s’investit dans les relations sociales, bénéficie d’un réseau de « connaissances » et amène avec elle un « souffle de l’extérieur », de la nouveauté qui est appréciée lorsque le long hiver paraît ne jamais devoir se terminer. Ces résidents à mi-temps peuvent être à l’occasion de simples locataires de leur résidence de montagne.

31Enfin les résidents à plein temps se recrutent d’abord dans la catégorie des résidents principaux, et en ­particulier chez les « natifs », les quasi natifs et les « naturalisés » du fait d’un présentiel qui peut remonter à leurs parents. Mais même si cette catégorie peut se définir comme regroupant « ceux qui restent quand tous les autres sont partis », une proportion importante de ses membres n’est pas strictement sédentaire. Certains sont propriétaires d’une résidence secondaire « en bas », côté français ou en Espagne. D’autres quittent les montagnes à la mauvaise saison, à l’étiage des activités de plein air (à l’intersaison). Ici, le sentiment qui prévaut est qu’il faut s’échapper de temps à autre des ces villages endormis, repliés sur eux-mêmes, quasi déserts, et qui en basse saison peuvent sembler à certains d’un ennui profond.

Fig. 2 – Bolvir

Fig. 2 – Bolvir

Village de résidences secondaires « barcelonaises » neuves à Bolvir (Cerdagne ­espagnole, 1000 m).

Cliché : V. Vlès, 23 décembre 2013.

Le nomadisme résidentiel et sédentarité représentationnelle

32Les multiples déplacements qu’induit le dédoublement résidentiel (il y a des cas de triplement, plutôt du côté espagnol que français) peuvent s’apparenter à un nomadisme au rythme plus ou moins régulier et aux fréquences plus ou moins élevées si l’on se réfère aux cas de figure évoqués précédemment.

Un jeu de présence absence

33L’ubiquité reste peut-être un idéal poursuivi par les acteurs du dédoublement résidentiel. Il est convoqué en matière de surveillance de la villa vide par le biais de l’abonnement à une société de gardiennage et le recours à une caméra vidéo. Mais il l’est aussi par la ­consultation des webcams des stations qui donnent une idée de l’état du domaine skiable ou de l’état de la route des cols. Cette réalité augmentée n’est pas non plus ignorée par le résident une fois qu’il est sur place. Le SIG (système d’information géographique) est désormais utilisé de manière ordinaire en randonnée, mais c’est le recours au télétravail qui lui permet plus de souplesse dans ses modes de séjour, et ce surtout depuis que le câblage de la Cerdagne française par la fibre optique à permis d’améliorer grandement les débits. Le résident temporaire peut ainsi travailler par vidéo, par e-mail, par texto... et opérer à partir de son sweet home cerdan comme s’il était à son bureau « en bas » – parfois mieux, même, parce qu’en haut le calme règne, ce qui change la donne en matière de mobilités (elles peuvent être plus fréquentes, plus imprévisibles, moins sécantes...). L’isolat ne perdure plus que dans sa dimension géographique, voire plutôt dans celle de la distance/temps à parcourir pour aller d’une résidence à l’autre, qui devient la principale contrainte et qui conserve un coût. Un subtil jeu de cache-cache spécifie finalement la place qui est donnée à la deuxième résidence. Elle est souvent la réplique idéale à la montagne de la résidence principale en matière d’équipement (en particulier pour les télécommunications qui les lient l’une à l’autre) et de confort, au point de pouvoir donner l’illusion d’un dédoublement (ici est un autre là), alors que localement elle se spécifie plutôt du point de vue des proxémies relationnelles qu’elle autorise... le pedibus y retrouvant ses fonctions sociales par-delà celles de loisir de la randonnée.

Fig. 3 – Vicdessos

Fig. 3 – Vicdessos

Habitats d’estives en cours de reconquête. Une tendance à la reprise en résidences secondaires des anciens habitats pastoraux en montagne (Vallée de l’Artigues ­(Auzat), 1400 m).

Cliché : P. Dérioz, octobre 2010.

Le hors-saison de la station

34« Je ne monte que si la météo est bonne » nous dit un résident secondaire de la catégorie des passionnés. Remplacer ­l’astreinte du temps contraint des vacances par celui du temps choisi des loisirs apparaît comme une prophétie réalisée, un privilège du résident secondaire. En effet ces hauts lieux, quoiqu’en disent les institutionnels du tourisme, deviennent hors saison inaccessibles à qui n’a pas son propre hébergement. Le randonneur pédestre d’automne ou celui à ski le printemps ne trouve pas à se loger facilement, encore moins à se restaurer et ne peut espérer trouver des équipementiers ou des services de loisirs ouverts. Et ce tout particulièrement dans les ­stations désertées, où la ­partie équipée de la montagne en ­dormance donne un air de délaissement ou de rivage des Syrtes. Aussi faut-il bénéficier de sa propre autonomie, de celle induite par sa résidence, pour pouvoir accéder à cette montagne réservée plutôt aux connaisseurs. La résidence dédoublée est le lieu où l’on stocke son équipement de pleine nature (VTT, ski, cartes...), où l’on trouvera un lit pour la nuit et un ­couvert pour le soir, où l’on bénéficiera d’un confort moins spartiate que celui d’un camping-car, où l’on recréera un peu de convivialité en « montant avec ses invités ». Aussi, et c’est là peut-être un paradoxe qui n’a pas été suffisamment exploré, il se pourrait finalement que la résidence secondaire soit l’accessoire le mieux adapté, certes sous employé, aux fréquentations de loisir en arrière-saison. Une réponse en apparence non marchande (du point de vue de l’hôtellerie, de la restauration ou des loisirs, mais pas du marché immobilier et des autres services... sans parler de la fiscalité) à la question de la désaisonnalisation.

3. Le Vicdessos, entre Station sport nature du Montcalm et usage intermittent des « maisons de famille »

  • 6  Le principal animateur de cette politique est Bernard Piquemal, maire d’Auzat dès 1985, et conseil (...)

35Tout autre est le cas du Vicdessos, tant dans les formes que dans l’histoire de la double résidentialité et de ses modalités présentielles. La « station » dont il est ­question à propos du Vicdessos (Ariège) apparaît aussi tout à fait particulière, puisqu’elle est issue de la politique de reconversion économique vers les activités récréatives et touristiques mises en place à l’initiative de quelques élus de la vallée6, dès les années 1990, pour faire face au traumatisme social majeur que représente la fermeture de l’usine Pechiney d’Auzat (définitive en 2003), après un siècle marqué par la présence industrielle (Dérioz et al., 2012, 2015).

Un territoire touristique, où les résidents secondaires sont majoritaires

36L’ensemble du secteur représente en tout une bonne centaine d’emplois – une étude de 2012 évalue leur nombre total à 125 (Stromboni, 2012). Mais le caractère saisonnier de certains d’entre eux, et le fait que les équipements de la ­Station sport nature attirent aussi bien les professionnels du territoire (moniteurs de canyoning, d’escalade, de spéléologie) que ceux de territoires voisins, n’en facilitent pas le décompte, pas plus qu’ils ne favorisent leur « visibilité » pour les habitants du Vicdessos. De l’aveu même des gestionnaires, la fréquentation reste un peu juste pour certains équipements (Parc aventure, Plaine des sports…), le nombre de lits marchands est encore insuffisant et la saison touristique, centrée sur les deux mois d’été, est trop courte. Pour autant, le Vicdessos n’en constitue pas moins un territoire touristique à part entière, lieu de séjour, mais aussi destination accessible à la journée pour des clientèles excursionnistes proches (Foix, Pamiers…) ou plus lointaines (l’agglomération ­toulousaine se trouve à une heure trente d’autoroute depuis l’ouverture du tunnel de Foix).

  • 7  Avec un ratio minimal de 2,5 personnes par résidence secondaire comme base de calcul, on obtient 3 (...)

37La prépondérance contemporaine des résidences secondaires telle que les enregistre l’INSEE au sein de la communauté de communes d’Auzat et du Vicdessos (fig. 4) correspond donc à un état de fait vieux de près d’un demi-siècle, qu’il faut regarder comme structurel dans ce territoire : avec quelques 1492 résidences secondaires (66 % du parc résidentiel en 2011), le phénomène du dédoublement résidentiel concerne en Vicdessos un potentiel de population dont l’importance numérique, certes difficile à estimer, apparaît supérieure tant à celle des habitants permanents qu’à celle des touristes séjournant (si on évalue leur effectif maximal sur la base du nombre des lits marchands connus7).

Fig. 4 – Un parc immobilier aux deux tiers composé de résidences secondaires

Fig. 4 – Un parc immobilier aux deux tiers composé de résidences secondaires

Des résidents secondaires dont le rôle dans ­l’animation du territoire est essentiel

  • 8  Olbier, Sem, Lercoul, Saleix.
  • 9  Ces résultats sont très cohérents avec la carte de la location des résidences secondaires des Toul (...)

38Au-delà de l’analyse des données INSEE, l’étude de ces modalités a combiné observation directe pour différentes saisons (comptages de maisons fermées, de véhicules, relevés de plaques minéralogiques), entretiens avec des acteurs clés du territoire et enquêtes exhaustives sur quatre villages8 (2013-2014). Ces différentes approches ont dessiné de manière complémentaire le portrait de cette population, et confirmé le rôle déterminant qu’elle joue dans l’animation du territoire. Même si ces ­dernières années semblent indiquer un début d’ouverture sur l’extérieur du marché des résidences secondaires à l’occasion du règlement de certaines successions, leurs propriétaires restent encore aujourd’hui très majoritairement issus de familles enracinées localement : à la maison de famille s’ajoutent parfois des granges restaurées ou des maisons rachetées à des voisins lorsque les enfants d’une même famille ont souhaité s’établir à leur tour dans le village d’origine. Il n’est pas rare de recenser dans le même village trois ou quatre maisons relevant d’une même parentèle, auxquelles s’ajoutent aussi celles achetées par des amis venus en vacances et qui ont fini par profiter d’une opportunité pour sauter le pas et s’installer à leur tour. À cet enracinement local s’ajoute une fréquente proximité géographique, dans la mesure où les résidences principales de ces personnes se situent majoritairement dans ou à proximité de ­l’agglomération toulousaine9, parfois en Ariège même (Foix, Pamiers, Tarascon-sur-Ariège…). Le grand Sud-Ouest (Auch, Bordeaux, Montauban…), le sud-est languedocien et provençal (Marseille) sont également bien représentés, ainsi, sans surprise, que la région parisienne.

39Cette proximité géographique, pourtant, n’implique pas nécessairement des durées de présence ou une fréquence des séjours dans les résidences secondaires particulièrement élevées. Le constat dominant est en réalité celui d’une durée de présence sur place assez réduite, centrée sur l’été, avec un spectaculaire pic de fréquentation durant la première quinzaine d’août, qui se trouve logiquement être celle de toutes les festivités locales. À Goulier, où l’on dénombre 39 habitants permanents, le maire considère que la population peut monter à près de 700 personnes durant la première semaine d’août, au moment de la fête du village. Le contraste avec ­l’ambiance du reste de l’année, et particulièrement des mois d’hiver, est alors saisissant.

40Bien que les volets des résidences secondaires soient souvent fermés, l’enracinement local de leurs propriétaires ne s’en traduit pas moins par un fort désir d’appartenance à ce territoire, revendication identitaire omniprésente non seulement dans leur discours, mais aussi dans la manière dont ils s’impliquent de diverses manières dans la vie locale : en tant que propriétaires d’un foncier très morcelé dont ils ont hérité en même temps que de leur maison, ils sont nombreux à être membres des quatre associations foncières pastorales (AFP) mises en place sous l’égide des municipalités (Auzat) et de la communauté de communes pour installer des éleveurs autour des villages et lutter contre leur encerclement par des accrus forestiers plus ou moins denses (Dérioz et al., 2014). Majoritaires au sein des AFP, à Sem comme à Goulier, Saleix ou Olbier, les résidents secondaires sont aussi parmi les principaux animateurs des associations locales, notamment celles qui prennent en charge l’organisation de la fête du village. Bon nombre d’entre eux, enfin, ont fait le choix de s’inscrire sur les listes électorales – ou même celui de se présenter sur une liste municipale –, et leur vote s’avère souvent déterminant. À Lercoul, par exemple, où ne résident en permanence que 23 personnes, la liste électorale en comptait 92 lors des dernières municipales, qui ont vu l’affrontement de deux listes composées l’une comme l’autre d’un mélange de résidents permanents et secondaires.

  • 10  Compétition de trail.
  • 11  Course cycliste, dont les retombées pour le territoire sont évaluées à 300 000 euros pour l’éditio (...)

41Il n’est donc pas excessif d’affirmer que les résidents secondaires constituent le socle, au sens presque ­géologique du terme, de ce système touristique. C’est avant tout à leur présence que le Vicdessos doit une bonne partie de son animation estivale, au-delà des courtes flambées de fréquentation extérieure liée aux manifestations qui accompagnent le Marathon du Montcalm10, ou le passage de l’Ariégeoise11. Complexe à évaluer, leur part dans le chiffre d’affaires des diverses activités de pleine nature qui sont proposées n’est peut-être pas prépondérante, mais celle qu’ils prennent dans les rentrées financières des commerces, ou dans la part de vente directe que réalisent les éleveurs locaux ne fait aucun doute. Ils participent aussi directement à ­l’hébergement touristique, dans la mesure où nombre de résidences secondaires se trouvent souvent prêtées à des amis durant les semaines (plutôt estivales) où elles auraient été inoccupées, plus rarement louées. Si réduit que soit le marché immobilier qu’elles représentent, enfin, elles continuent à faire l’objet de transactions, à des prix relativement élevés ; la rénovation plus ou moins licite de granges et de bergeries, qui se développe depuis une petite dizaine d’années assez haut sur les versants, semble alors offrir une solution à moindre coût.

42Au bilan, entre Vicdessos et Cerdagne, si l’on en reste aux petits villages, la différence est sensible. Avec les stations de la vallée d’Ossau, elle l’est encore plus. D’abord si la population résidente principale peut sembler équivalente dans son caractère minoritaire, la population secondaire a une dimension exogène en Cerdagne et en Ossau, qu’elle a moins en Vicdessos. En Ossau, elle ne vient d’ailleurs pratiquement plus. Mais on se gardera d’ériger ces différences en catégories, car chaque vallée semble avoir ses problématiques propres ; par exemple, il y a un effet de frontière en Cerdagne que l’on ne retrouve pas en Vicdessos, même s’il s’agit depuis 15 ans d’un ­artefact dont on peut faire abstraction. Barcelone, Toulouse et Bordeaux, à la dissemblance près de leur importance démographique et économique, se ressemblent en tant que métropoles émettrices, l’une pour la Cerdagne, l’autre pour le Vicdessos, la troisième pour le Haut-Béarn. Et même si l’on prend le point de vue des racines montagnardes des résidents secondaires – peu présentes en Ossau –, on pourrait retrouver des Barcelonais, en particulier ceux implantés depuis longtemps au cœur des villages, ayant un lien familial revendiqué et admis avec la Cerdagne française. Ce que l’on ne retrouve pas dans les lotissements d’adosados et encore moins dans les stations de ski.

Conclusion

43Au-delà de ces différences, un certain nombre de points communs apparaissent néanmoins : le fort taux de double résidentialité, qui culmine dans les stations de ski ou thermales, a permis de créer des « stations » ou de maintenir en vie des villages, ne serait-ce que par l’entretien du patrimoine ; l’économie traditionnelle (agricole, industrielle ou les deux) a pu être, dans les trois cas et pendant quelques décennies, remplacée par celle de la construction et par celle des services de loisirs ; les difficultés immobilières sont partout déjà visibles sous des formes variées mais décelables, liées ici à l’âge des propriétaires, là aux changements des pratiques de loisirs des nouvelles générations. Si à chaque fois le dédoublement résidentiel est apparu comme un « ressort », voire un « moteur » du système touristique, on voit s’affirmer aujourd’hui quelques-unes de ses fragilités pour l’économie locale. Finalement, les double résidents « solides », ceux qui tiennent les villages, ces quelques « passionnés » minoritaires ou « résidents à temps – presque – plein », ceux-là même qui constituent ce que Laurent Davezies et Christophe Terrier nomment « l’économie présentielle » des territoires touristiques pyrénéens, ne sont-ils pas tout simplement les résidents principaux de demain ?

44Pour l’heure, les politiques publiques nationales n’abordent pas réellement la question de l’avenir de ces parcs et de leur apport économique en dehors de leur possible mise en marché locative (rapport Miquel, investissement défiscalisé), pas plus qu’elles ne savent comment prendre en compte la diversité des situations hors de l’application de procédures de réhabilitation qui, comme les opérations de réhabilitation de l’immobilier de loisirs (ORIL), relèvent dans les Pyrénées de l’échec patent. C’est donc à l’échelon territorial des vallées que peuvent naître des politiques d’encadrement de la double résidentialité, tout au moins si elles l’intègrent dans un système plus large prenant en compte non seulement l’économie de services que représente le tourisme, mais également les services écosystémiques qu’apportent à la collectivité le maintien des agrosystèmes et de la biodiversité. Les parcs (parc national comme parcs naturels régionaux) pourraient être pour cela d’une grande utilité, s’ils en avaient les moyens, car ce projet induit, à n’en pas douter à l’issue de la présente enquête, une maîtrise forte des transformations du milieu local issues de la rencontre entre deux mondes au cœur de la double résidentialité : monde urbain mobile et monde rural qui tient le « pays ».

Haut de page

Bibliographie

Achin C., Georges-Marcelpoil E., « Sorties de piste pour la performance touristique des stations de sports d’hiver », Tourisme et Territoires, n3, 2013, p. 67-92.

Atout France, Panorama du tourisme de la ­montagne, Cahier n1 : l’offre et la fréquentation, coll. « Observation touristique » n° 31, Éd. Atout France, Paris, 2013.

Bachimon P., “Foreign Multiresidents in the Luberon Region : Distinction, Assimilation”, Les étrangers dans les campagnes, CERAMAC, n25, Clermont-Ferrand, 2008, p. 37-52.

Bachimon P., « Indicateurs géographiques de la résidence temporaire » in Maby J. (dir.), Objets et indicateurs géographiques, UMR Espace, Actes Avignon, 2003, p. 121-132.

Bachimon P., Dérioz P., Vlès V., « Quelle place pour les patrimoines culturels et paysagers dans le développement touristique de la Cerdagne ? Pyrénées - France. Rémanences, fragilités contemporaines et interrogations sur la durabilité du modèle » in Ressources patrimoniales et alternatives touristiques : entre oasis et montagne, université de Savoie, coll. « Edytem » n° 14, 2013, p. 15-24.

Barbichon G. (dir), Blanchet A., Karsenty S., Periañez M., L’autre habitat. L’habitat bi-local des résidents secondaires en France, Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), Ministère de l’Environnement et du cadre de vie, Direction de la construction, Paris, 1978.

Botti L., Goncalves O., Peypoch N., « Analyse comparative des destinations “neige” pyrénéennes », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, n100-4, 2012.

Bourdeau P., « Interroger les mutations et recompositions en cours », in François H., Bourdeau P., Perrin-Bensahel L., Fin ( ?) et confins du tourisme. Interroger le statut et les pratiques de la recréation contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2013, p. 17-39.

Bourdeau P., « De l’après-ski à l’après-tourisme, une figure de transition pour les alpes ? », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, n97-3, 2009, p. 1-11.

Bourdeau P., « L’après-ski a commencé », in Bourdeau P., Les sports d’hiver en mutation. Crise ou révolution géoculturelle ? Hermès, Lavoisier, Cachan, 2007, p. 207-231.

Bourdeau P., Christin P., Le tourisme : émancipation ou contrôle social ? Éd. du Croquant, Paris, 2011.

Clarimont S., Vlès V., Tourisme durable en montagne : entre discours et pratiques. Préambule et ­introduction, Afnor, Paris, 2008.

Davezies L., « Temps de la production et temps de la consommation : les nouveaux aménageurs du territoire ? », Futuribles, n295, 2004, p. 43-56.

Dérioz P., L’apparence des choses. Analyser les paysages pour comprendre les systèmes territoriaux, habilitation à diriger des recherches, ENS de Lyon, 2012.

Dérioz P., Bachimon P., Loireau M., « Mise en scène du paysage montagnard et valorisation sélective des patrimoines dans une vallée pyrénéenne en reconversion économique (Vicdessos, Ariège) », Projets de paysage, n11, 2015, [en ligne], URL : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/mise_en_scene_du_paysage_montagnard_et_valorisation_selective_des_patrimoines_dans_une_vallee_pyreneenne_en_reconversion_economique_].

Dérioz P., Bachimon P., Loireau M., Laques A.-E., Dessay N., « La mise en tourisme d’un territoire montagnard fragilisé. Sports de nature et patrimoine au cœur du projet de développement et de la politique de communication en Vicdessos (Ariège, France) », Revue des Régions Arides, n28 (2/2012, no spécial), 2012. p. 17-31, [en ligne], URL : http://www.ira.agrinet.tn/imgcommon/files/Colloque_LOTH_2012.pdf.

Dérioz P., Loireau M., Bachimon P., Cancel É., « Quelle place pour les activités pastorales dans la reconversion économique du Vicdessos (Pyrénées ariégeoises) ? Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, n102-2, 2014.

Di Méo G., Géographie sociale et territoires, coll. « Géographie », Nathan Université, 1998.

Dubost F. (dir.), L’autre maison. La « résidence ­secondaire », refuge des générations, n178, Autrement, coll. « mutations », avril 1998.

Dubost F., Bonnain R., Cice C., Cloarec J., Perrot M. et al. Les résidences secondaires. Nouvelles ­orientations. Rapport final à la DATAR, Groupe de prospective sur l’avenir, 1995.

Fablet G., Les dynamiques foncières et immobilières comme clefs de lecture du devenir des stations touristiques. Contexte, enjeux et perspectives de recherche, Irstea, Grenoble, 2011.

François H., De la station ressource pour le territoire au territoire ressource pour la station. Le cas des stations de moyenne montagne périurbaines de Grenoble, thèse de doctorat, université Joseph Fourier, Grenoble, 2007.

Frochot I., Kreziak D., “Customers Perceptions of Ski Resorts’ Images: Implications for Resorts’ Positioning Strategies”, Tourism and Hospitality Research, vol. 8(4), 2008, p 298-308.

Hatt É., Requalifier les stations touristiques contemporaines : une approche des espaces publics. Application à Gourette et Seignosse-océan, thèse de doctorat d’aménagement et urbanisme, université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, 2011.

Hatt É., Vlès V., Clarimont S., Deletraz G., « Retour sur images. Les stations touristiques de Seignosse et Gourette sous le regard des touristes », EspacesTemps.net, Travaux, 12/10/2011, [en ligne], URL : http://www.espacestemps.net/articles/retour-sur-images/

Klein J.-L., Tardif C., Carrière J., Lévesque B., « Les milieux d’appartenance au Québec. Une perspective méthodologique », in Lasserre F., Lechaume A. (dir.), Le territoire pensé. Géographie des représentations territoriales, introduction, Presses de l’université du Québec, coll. « Géographie contemporaine », Sainte-Foy, 2003, p. 133-163.

Lacour C., « La tectonique des territoires : d’une ­métaphore à une théorisation », in Pecqueur B. (éd.), Dynamiques territoriales et mutations économiques, coll. « Géographies en liberté », L’Harmattan, Paris, 1996, chap. 1, p. 25-48.

Lardon S., Piveteau V., « Méthodologie de diagnostic pour le projet de territoire : une approche par les modèles spatiaux », Géocarrefour, revue de Géographie de Lyon, vol. 80, n2, 2005, p. 75-90.

Lima S., « La “fabrique” de territoires politiques au Mali. Quelles articulations entre les espaces de vie des habitants et les mailles fonctionnelles de l’État », in Bleton-Ruget A., Commercon N, Gonod P., Territoires institutionnels, territoires fonctionnels, Institut de Recherche du Val de Saône-Mâconnais, Mâcon, 2006, p. 187-197.

Loope J., Diagnostic et stratégie de développement de l’hébergement touristique à Eaux-Bonnes-Gourette, mémoire de master 2 Loisirs, tourisme et développement territorial, sous la dir. de Vincent Vlès, université de Pau et des Pays de l’Adour, 2014.

Lévêque C., Muxart T., Abbadie L., Weil A., Van Der Leeuw S., « L’anthroposystème : entité structurelle et fonctionnelle des interactions sociétés-milieux », in Lévêque C., Van Der Leeuw S. (dir.), Quelles natures voulons-nous ?, Elsevier, Paris, 2003, p 110-129.

Moine A., Le territoire : comment observer un système complexe, L’Harmattan, coll. « Itinéraires géographiques », Paris, 2007.

Miquel F., Mouge J., Ribière G., La réhabilitation de l’immobilier de loisirs en France, Ministère de l’Écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, Paris, 2010.

Pamir Conseil, Bilan et perspectives des résidences de tourisme. Massif des Pyrénées. Synthèse 2012, Direction départementale des territoires des Hautes-Pyrénées, 1er mars 2012.

Perret J., Le développement local - les stations de sports d’hiver, thèse de doctorat en économie du développement, université Pierre-Mendès-France  Cemagref, Grenoble, 1992.

Rolland-May C., Évaluation des territoires. Concepts, modèles, méthodes, Hermès Science, Paris, 2000.

Stromboni M., Valorisation de la ressource paysagère et place de la filière touristique dans le système territorial du Haut-Vicdessos, mémoire de master 1 Géomatique et conduite de projets territoriaux, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, 2012.

Terrier C., « L’économie présentielle, un outil de gestion du territoire », Cahier Espaces, n90, éd. Espace tourisme et loisirs, Paris, 2006.

Vanier M., « La petite fabrique de territoires, en Rhône-Alpes : acteurs, mythes et pratiques », Géocarrefour, revue de géographie de Lyon, vol. 70, no2, 1995, p. 93-103.

Vanier M., Scherrer F., « Les nouvelles mailles du pouvoir local », Géocarrefour, revue de géographie de Lyon, vol. 70, n2, 1995, p. 91-92.

Vlès V., “Intermunicipal Cooperation and Tourism: New Local Roots”, in Dissart J.-C., Dehez J., Marsat J.-B. (eds), Tourism, Recreation and Regional Development: Perspectives from France and Abroad, London, Ashgate, 2015, p. 1-22.

Vlès V., Métastations. Mutations urbaines des stations de montagne. Un regard pyrénéen, Presses universitaires de Bordeaux, 2014.

Vlès V., “Ski Resorts in Crisis and Territorial Construction in French Catalonia”, Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, n100-2, 2012.

Vlès V., « Du moderne au pastiche : questionnement sur l’urbanisme des stations de ski et d’alpinisme », Mondes du tourisme, n1, juin 2010, p. 39-48.

Vlès V., Bouneau C. (éd.), Stations en tension, Peter Lang, Bruxelles, 2016.

Haut de page

Notes

1  « Une résidence secondaire est un logement utilisé pour les week-ends, les loisirs ou les vacances. Les logements meublés loués (ou à louer) pour des séjours touristiques sont également classés en résidences secondaires. La distinction entre logements occasionnels et résidences secondaires est parfois difficile à établir, c’est pourquoi les deux catégories sont souvent regroupées. » (INSEE, 2014)

2  Cet article a été réalisé dans le cadre du programme interdisciplinaire de recherches TRATSO de la MSHA, financé par le conseil régional d’Aquitaine et codirigé par Vincent Vlès et Christophe Bouneau.

3  Ski alpin, 97 % de résidences secondaires.

4  Thermalisme, 95 % de résidences secondaires.

5  Pour bénéficier de la défiscalisation, le lit secondaire en résidence de tourisme ne doit être mis en location que pendant neuf ans. Au terme de ce délai, le propriétaire peut à nouveau disposer de son bien comme il l’entend. Par ailleurs, ce phénomène de déperdition s’explique aussi par le vieillissement du parc qui touche la résidence secondaire. La plupart des grands ensembles d’immeubles collectifs construits autour des années 1960-1970 sont aujourd’hui dégradés du fait de leur âge et du manque d’entretien, leurs appartements deviennent difficiles à louer.

6  Le principal animateur de cette politique est Bernard Piquemal, maire d’Auzat dès 1985, et conseiller général depuis 1992.

7  Avec un ratio minimal de 2,5 personnes par résidence secondaire comme base de calcul, on obtient 3 730 résidents secondaires, pour 1440 résidents permanents (2011), et quelques 2 000 lits marchands.

8  Olbier, Sem, Lercoul, Saleix.

9  Ces résultats sont très cohérents avec la carte de la location des résidences secondaires des Toulousains établie par l’étude d’Atout France (2010, p. 24).

10  Compétition de trail.

11  Course cycliste, dont les retombées pour le territoire sont évaluées à 300 000 euros pour l’édition 2013 (source OT Montagnes de Tarascon et du Vicdessos).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Valcebollère
Légende Valcebollère et ses résidences secondaires dans des maisons de village restaurées (Cerdagne française, 1500 m).
Crédits Cliché : V. Vlès, octobre 2009.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1912/img-1.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Fig. 2 – Bolvir
Légende Village de résidences secondaires « barcelonaises » neuves à Bolvir (Cerdagne ­espagnole, 1000 m).
Crédits Cliché : V. Vlès, 23 décembre 2013.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1912/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 3 – Vicdessos
Légende Habitats d’estives en cours de reconquête. Une tendance à la reprise en résidences secondaires des anciens habitats pastoraux en montagne (Vallée de l’Artigues ­(Auzat), 1400 m).
Crédits Cliché : P. Dérioz, octobre 2010.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1912/img-3.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Fig. 4 – Un parc immobilier aux deux tiers composé de résidences secondaires
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1912/img-4.png
Fichier image/png, 554k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bachimon, Pierre Dérioz et Vincent Vlès, « Les phénomènes de dédoublement ­résidentiel dans les ­trajectoires de plusieurs systèmes ­touristiques ­pyrénéens : Cerdagne (P.O.), ­Vicdessos (Ariège) et haute vallée ­d’Ossau (P.A.) », Sud-Ouest européen, 39 | 2015, 81-95.

Référence électronique

Philippe Bachimon, Pierre Dérioz et Vincent Vlès, « Les phénomènes de dédoublement ­résidentiel dans les ­trajectoires de plusieurs systèmes ­touristiques ­pyrénéens : Cerdagne (P.O.), ­Vicdessos (Ariège) et haute vallée ­d’Ossau (P.A.) », Sud-Ouest européen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://soe.revues.org/1912 ; DOI : 10.4000/soe.1912

Haut de page

Auteurs

Philippe Bachimon

Professeur de géographie, UMR Espace-Dev 228 IRD, université d’Avignon, 74 rue Pasteur, 84000 Avignon.

Pierre Dérioz

Professeur de géographie, UMR Espace-Dev 228 IRD, université d’Avignon, 74 rue Pasteur, 84000 Avignon.

Articles du même auteur

Vincent Vlès

Professeur d’aménagement et d’urbanisme, UMR CERTOP 5044, université Toulouse-Jean Jaurès, 5 allée A. Machado, 31058 Toulouse cedex 09, vincent.vles@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org