Navigation – Plan du site

Le programme Pyrénées : Laboratoire de ­l’Olympisme 1988-1994 et les Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993 : ­retour sur la très courte vie de l’un des grands projets sportifs et ­touristiques des Pyrénées

Looking back at the ­project named Pyrénées: Laboratoire de l’Olympisme 1988-1994, and notably at the 1993 Pyrenean Adventure Games, a shorttlived yet major ­sporting and tourist project for the range
El programa Pyrénées: Laboratoire de l’Olympisme 1988-1994 y los Juegos Pirenaicos de la Aventura 1993: la corta vida de un gran proyecto para el deporte y el turismo en los Pirineos
André Suchet
p. 97-108

Résumés

Les Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993, compétition singulière dans l’histoire du mouvement olympique, émanent du programme de développement sportif et touristique Pyrénées : Laboratoire de l’olympisme formulé en France à la fin des années 1980. Élaboré par un acteur relativement local, ce dossier évolue en projet transfrontalier avec l’Espagne dans une intention de développement territorial global de la chaîne pyrénéenne, un projet précurseur resté sans lendemain. Dans le cadre d’une géographie sociale du sport et du tourisme, cet article retrace le contenu et quelques-uns des enjeux de cette histoire méconnue.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

deporte, turismo, Pirineos, proyecto, territorio
Haut de page

Texte intégral

1L’importance de la notion de « projet » dans les ­dynamiques territoriales en France et en Europe n’a pas cessé de se confirmer à la fois au plan pratique parmi les acteurs politiques ou économiques et au plan théorique parmi les concepts mobilisés en géographie et en sciences de l’aménagement.

  • 1   Loi n° 83-8 du 7 janvier 1983 relative à la répartition de compétences entre les communes, les dé (...)
  • 2   Loi d’orientation n° 92-125 du 6 février 1992 relative à l’administration territoriale de la Répu (...)

2Dans la pratique, l’action publique régionale autant que locale repose de plus en plus sur l’idée de projet. Depuis les lois de décentralisation au début des années 19801, et surtout depuis la loi Joxe en 1992 consacrée à l’intercommunalité2, les discours politiques multiplient les intentions territoriales et le soutien aux initiatives locales. La programmation sous forme de projet ­s’impose à tous les niveaux administratifs de la France (Vanier, 1995 ; Vlès, 1996 ; Lajarge, 2000) et de l’Europe (Denéchère, Vincent, 2010). Dans le secteur privé, les sciences de gestion s’accordent à dire la fin des méthodes tayloriennes ou néo-fordistes en faveur d’un management transversal par projet (Evaristo, van Fenema, 1999 ; Cordelier, Gramaccia, 2012), ce qui pousse même Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999), dans une intention éminemment critique, à dire que le nouvel esprit du capitalisme se caractérise par le projet.

3Sur un plan théorique, le concept de projet trouve ­également de l’importance, avec notamment les travaux de Hervé Gumuchian et Bernard Pecqueur (2004, 2007), dont l’objectif n’était pas de traiter du projet mais plutôt des ressources, et dont la conclusion porte finalement sur l’importance des projets. À la suite des réflexions de Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry (1992, p. 391) au sujet du caractère relatif d’une ressource, Hervé Gumuchian et Bernard Pecqueur établissent qu’une spécificité locale n’est jamais directement ­ressource, mais qu’elle s’active par le projet pour faire territoire. À travers le principe de ressource territoriale, le projet serait même au fondement du territoire. Sur l’ensemble de ces deux volumes coordonnés par Hervé Gumuchian et Bernard Pecqueur (2004, 2007), les différentes études de cas rassemblées traitent de parcs naturels, de pays, ­d’intercommunalités, mais aussi de projets plus ­éphémères comme un festival. Auteurs d’un texte dans chacun des deux volumes, Romain Lajarge et Emmanuel Roux ­formulent l’idée d’un système au centre duquel se trouve le projet, un système circulaire Ressource / Projet / Territoire. Une autre proposition théorique qui confirme encore l’importance du projet se trouve dans le texte ­quasiment épistémologique rédigé par Bernard Debarbieux (2004) sur la question d’un effet géographique. Selon cet auteur, l’identification et l’inscription d’un objet dans une catégorie donnée produit tout un ensemble d’actions concrètes sur la matérialité de cet objet qui tendent à conforter l’objet dans son ­statut, c’est-à-dire une sorte de prophétie auto-réalisatrice socio-spatiale qu’il nomme effet géographique. Là encore le projet se trouve au centre de l’effet. Bref, le projet constitue désormais l’une des notions tout à fait centrales dans la recherche en géographie sociale.

4Enfin, parmi les différents contenus mobilisés par les acteurs dans des projets qui tentent de faire territoire, le tourisme et les pratiques sportives semblent un thème particulièrement important. Les travaux de Jean-Pierre Augustin (1995, 2002a et 2002b), Philippe Bourdeau, Jean Corneloup, Pascal Mao et Éric Boutroy (2002, 2004) ou encore Olivier Bessy (2010, 2013) sur les liens entre sport, tourisme et territoires sont formels : le sport et le tourisme sont des domaines particulièrement fréquents de mise en projet public et privé, à tous les niveaux, et surtout des domaines particulièrement puissants ­d’identification territoriale au plan culturel et social.

5Dans l’intention de contribuer à une géographie ­cognitive indissociablement culturelle et sociale (au sens de Di Méo et Buléon, 2005 ; Di Méo, 2008), ce travail vise à comprendre les dynamiques de projet, les moments de production territoriale et les stratégies possibles d’innovation touristique et sportive à partir du cas du programme Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme. Ce programme, qui portait un projet de territoire à l’échelle pyrénéenne, date de la fin des années 1980 et débouche notamment sur l’organisation des Jeux Pyrénéens de l’Aventure en 1993. Pour la première fois, un projet international rassemblait les nouvelles activités sportives telles que l’escalade, le vol libre, le canyoning, le BMX ou le skateboard autour du drapeau olympique, et – au-delà du plan sportif –, l’ambition de ce programme était de jouer un rôle majeur dans la concurrence des territoires de nature et de montagne en France (les Pyrénées ­vis-à-vis des Alpes), puis de participer à un développement transfrontalier de la chaîne (entre la France et l’Espagne). Un projet qui reste cependant sans lendemain.

  • 3   Mentionnées en note de bas de page au cours du texte.

6Réalisé à partir d’une thèse de doctorat en géographie soutenue à l’université de Grenoble (Suchet, 2012), cet article repose sur un ensemble de sources écrites, orales et audiovisuelles3. Le traitement qualitatif de ces données respecte une méthode historiographique de croisement des sources, de cohérence chronologique, d’analyse ­thématique et transversale.

I - L’idée du projet Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme

  • 4   Né à Vire en 1953 dans le Calvados d’une famille de petits commerçants, devenu militaire dans les (...)
  • 5   Au titre de Expédition France (un circuit touristique qui comprend la traversée de l’Henne Morte, (...)

7La formule et les principes de ce programme Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme sont l’idée d’un moniteur de spéléologie installé dans la région Midi-Pyrénées : Jacques Marion4. Lauréat du Soleil d’or 1986 pour la meilleure innovation touristique française5, fondateur notamment de la Maison des gouffres et de Ouarnède Loisirs, Jacques Marion regrette le « déficit d’image des Pyrénées vis-à-vis des Alpes » qui handicape les ­prestataires locaux du tourisme de montagne. Inspirée par les Jeux olympiques d’hiver en préparation pour 1992 à Albertville, Rhône-Alpes, et par les Jeux méditerranéens prévus en 1993 à Agde, Languedoc-Roussillon, l’idée de départ consiste à lancer des Jeux olympiques de printemps (Suchet et al. 2010). Il s’agit de rassembler différentes compétitions en surf, escalade, VTT, rafting, canyoning, vol libre, roller, BMX, skateboard… autour d’un troisième événement olympique.

  • 6   Jacques Marion, entretien, 2007 ; 1er Jeux olympiques de Printemps, dossier non publié, 1988.

« Comme il y a des Jeux olympiques d’été avec l’athlétisme, les sports collectifs… et des Jeux d’hiver pour le ski, le patinage, le bobsleigh,... l’idée était de faire des Jeux olympiques avec les nouveaux sports, ces sports d’aventure [et de freestyle]… des Jeux de printemps6. »

8Au début de l’année 1989, grâce à l’aide d’un ­consultant en tourisme nommé Yves Janvier, Jacques Marion va convaincre la DATAR de lui accorder une subvention pour l’étude de faisabilité. Dans le cadre de la construction européenne, la DATAR impose toutefois une dimension transfrontalière avec l’Espagne (Suchet, 2011 ; Suchet, Jorand, 2012). Dans les discussions, ces Jeux de printemps deviennent les Jeux Pyrénéens de l’Aventure pour mieux souligner l’ancrage territorial du projet. Plus précisément, Jacques Marion crée en octobre 1989 une association sous le nom de AJPA (Association pour les Jeux Pyrénéens de l’Aventure), et mobilise les directions départementales des fédérations sportives concernées.

  • 7   Jacques Marion, Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme, rapport non publié de l’entreprise Nouvell (...)

9À plus long terme, Jacques Marion propose un plan de développement et de communication pour les Pyrénées alliant les nouvelles pratiques de nature / aventure ou de freestyle et les principes de l’Olympisme sur une période de dix ans. Contre l’avis de plusieurs responsables de l’époque, il considère ces nouvelles pratiques comme le futur du sport. « À l’époque, on disait que c’était juste une mode, que tout ça allait disparaître très vite, je pensais le contraire » rappelle-t-il. Le projet s’intitule Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme7. Il s’agit d’attirer ou de ­soutenir plusieurs manifestations nationales d’escalade, de BMX ou de vol libre dans les Pyrénées (tabl. 1), puis de financer des opérations de nettoyage et de valorisation de l’environnement local, mais surtout d’organiser tous les deux ans une olympiade internationale avec ­l’ensemble de ces nouvelles activités sportives sous le nom de Jeux Pyrénéens de l’Aventure et avec pour slogan « les Pyrénées, le nouveau souffle de l’Olympisme ».

10Suivant la formule “think globally, act locally”, les acteurs qui entourent progressivement Jacques Marion partagent une ambition olympique internationale dans l’intention d’un développement global et à long terme des vallées pyrénéennes. Les premiers Jeux, de ce qui devait être une longue suite d’événements transfrontaliers à travers la chaîne, sont programmés pour 1993 en vallée d’Aure, du côté français, et dans le haut du Sobrarbe en Espagne (fig. 1). En 1990, Jacques Marion ouvre une structure privée, intitulée Nouvelles Pyrénées, ­prestataire de l’association AJPA afin de pouvoir dégager des bénéfices. L’AJPA devient coprésidée par le maire d’Aulon, Maurice Dubarry, et par Luis Escalona, maire de Laspuña, avant qu’il ne s’agisse quelques mois plus tard du président de la mancomunidad du Sobrarbe, Jose-Luis Sierra. Les responsables politiques et sportifs espagnols composent efficacement, mais relativement séparément des responsables français (Suchet, 2011), une petite équipe afin d’assurer l’organisation des Jeux sur le versant sud (principalement les épreuves ou démonstrations d’escalade, de parapente et de ­deltaplane, ainsi que les festivités d’ouverture). Mais les implications espagnoles dans cette affaire ne dépassent pas le niveau régional et l’ensemble des ambitions et des enjeux portés par le projet Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme ne concerne que la France.

Fig. 1 – Aperçu d’une plaquette de promotion des Jeux Pyrénéens de l’Aventure diffusée en 1992

Fig. 1 – Aperçu d’une plaquette de promotion des Jeux Pyrénéens de l’Aventure diffusée en 1992

Source : archives privées de Jacques Marion.

II - Le contenu d’un programme sportif et touristique innovant

11Concrètement, ce programme imaginé par Jacques Marion tente un double processus : premièrement une alliance ou hybridation stratégique entre compétition olympique et nouvelles pratiques dans le champ ­sportif, et deuxièmement une fixation territoriale de cette ­hybridation sportive dans les Pyrénées.

  • 8  Bernard Tourte, champion de France de spéléologie 1992, actuellement directeur de MTE (marque de m (...)

« L’idée, c’était de lancer des Jeux olympiques de l’Aventure, des nouveaux Jeux olympiques […]. Ce n’était pas d’opposer nature, aventure ou freestyle et compétition mais de créer une sorte de concept en commun : un Olympisme des nouveaux sports, un nouvel Olympisme8. »

  • 9   Voir à ce sujet les nombreuses analyses en sociologie et ­histoire du sport, notamment les études (...)
  • 10Charte des Jeux Pyrénéens de l’Aventure, rédigée par Jean-Pierre Monteil, p. 3.

12À l’inverse d’opposer les sports olympiques fortement institutionnalisés et les nouvelles pratiques sportives nées dans les années 1960 ou 1970 (surf, escalade, ­funboard, rafting, canyoning, vol libre, roller, skateboard, BMX…) tel que cela était alors d’usage9, l’ambition du projet Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme consiste à tenter le rapprochement stratégique entre ces deux formes culturelles d’activité physique. La charte des Jeux Pyrénéens de l’Aventure annonce clairement vouloir se situer dans la tradition de l’esprit olympique et de l’Olympisme tel que défini par Pierre de Coubertin10. Pour cela, Jacques Marion imagine un dénominateur commun original : l’exploit, traduit en espagnol par proeza et en anglais par achievement. L’iconographie officielle du programme puis des Jeux Pyrénéens de l’Aventure montre des moments d’efforts extrêmes ou spectaculaires, des paysages ou des portraits, mais parvient à éviter à la fois les visuels archétypes du sport institutionnel (podium, médailles, drapeaux, départ en ligne, juges, chronomètre, etc.) et ceux des pratiques alternatives (relâchement, symboles contestataires, références sexuelles, objets illicites, etc.).

13D’ailleurs, l’évolution des réalités montre que l’idée d’un rapprochement entre logique de compétition et nouvelles pratiques n’était pas impossible. Parvenir à cette alliance dans les Pyrénées, avant qu’elle ne soit consommée dans l’ensemble du champ, aurait logiquement imposé les initiateurs de ce projet au tout devant de la scène internationale. L’un des bénévoles dans l’organisation des Jeux en 1993 raconte ainsi :

« On avait le drapeau olympique, l’accord du CIO… c’est la seule compétition reconnue par le CIO qu’il n’y a jamais eue de tous les nouveaux sports ».

  • 11   Maurice Dubarry, « Il faut réussir les premiers », interview, Sport et Vie, no 18, mai/juin 1993, (...)

14Au sein de la structure Nouvelles Pyrénées et de l’AJPA, tous partagent de grandes ambitions. Maurice Dubarry, élu politique et vice-président des Jeux, affirme dans le magazine Sport et Vie, qui consacre un dossier au projet, « il faut réussir les premiers »11

15Parmi les compétitions sportives soutenues par le programme et l’AJPA (tabl. 1), se trouve le quatrième championnat de France d’escalade mais aussi le premier Grand prix de France de descente de canyon qui attirent l’attention du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) (fig. 2).

Tableau 1 – Liste des compétitions sportives soutenues par l’AJPA entre 1990 et 1992

Nom de la compétition

Lieu

Année

5to Campeonato de Espeleología deportiva

Oliete, province de Teruel

1991

4e Championnat de France d’escalade

Sarrancolin, Hautes-Pyrénées

1991

5e Championnat de France de VTT

Saint-Lary, Hautes-Pyrénées

1991

5e Trophée du Vignemale

Cauterets, Hautes-Pyrénées

1991

Compétition nationale de parapente

Vielle-Aure, Hautes-Pyrénées

1991

6to Campeonato de Espeleología deportiva

Oliete, province de Teruel

1992

1er Championnat de France de Spéléologie

Saint-Gaudens, Haute-Garonne

1992

1er Grand prix de France de descente de canyons

Gavarnie, Hautes-Pyrénées

1992

Course du Pic du Midi

Bagnères-de-Bigorre, Hautes-Pyrénées

1992

Accessoirement, plusieurs rencontres départementales de BMX en 1992 et 1993 auraient bénéficié du ­soutien de l’AJPA. Il en serait de même en VTT au titre de réunions ou rencontres préparatoires.

Liste établie hors partenariats à seul titre de promotion (notamment avec le Raid Gauloise 1991).

Source : AJPA, Dossier de presse France, p. 6.

16Le contenu du dossier Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme comporte aussi l’idée de faire durer cette hybridation sportive. Pour cela, une méthode ­singulière de composition du ­programme est imaginée. À chaque nouvelle édition, la compétition se renouvellerait ­d’activités sportives émergentes. Le ­principe consiste à ne pas conserver au sein des Jeux les activités ayant consommé leur assimilation au ­système sportif (par exemple le VTT après 1996). Comme le précise l’un des anciens responsables de l’organisation :

  • 12   Pierre-Yves Dallas, entretien, 2007.

« Ce serait aujourd’hui, ce ne serait pas funboard ou VTT… ce serait BASE jump, kite surf, sauts en wingsuit, speed riding l’hiver… des trucs qui font peur… ou même tout simplement une épreuve de slackline au dessus du vide, ça, par exemple, c’est un truc tout simple qui monte12. »

Fig. 2 – Photographie d’une équipe au départ du premier Grand prix de France de canyon, Gavarnie, 1991

Fig. 2 – Photographie d’une équipe au départ du premier Grand prix de France de canyon, Gavarnie, 1991

Source : archives privées de Guy Quer.

17L’intérêt de cette démarche sur un plan socio-­marketing est notable : elle permet de ne pas souffrir d’un vieillissement d’image en conservant intact son capital de lancement par renouvellement des publics, des ­secteurs marchands concernés et des supports média. Il s’agit de jouer le positionnement attractif des nouveautés sportives.

  • 13   Sandrine Valentie, chargée de mission traductions au sein de Nouvelles Pyrénées, entretien, 2009.

« L’idée de Marion c’était de relancer les Pyrénées en leader sur le marché du tourisme. […] De classer les Alpes en destination ringarde, dépassée, avec le ski alpin classique, le “planté de bâton”, l’alpinisme ­vieillot… comme nous (les Pyrénées) on est ringard avec le ­thermalisme. L’idée c’était de dire que le nouveau tourisme sportif, le tourisme nature/aventure, jeune, branché, freestyle, un peu écolo déjà… ça se passait dans les Pyrénées et nulle part ailleurs. Son truc : c’était un peu de mener le putsch des Pyrénées13. »

18Territorialement, il s’agit de fixer cette hybridation ­culturelle dans les Pyrénées (les Pyrénées françaises), contre les Alpes (du Nord). À l’époque, le porteur du projet affirme ainsi, devant les caméras de télévision :

  • 14   Jacques Marion, interviewé par FR3 Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, Estivales.

« Je crois que les Pyrénées vont être, pour les années à venir, le grand terrain de référence pour la pratique de ces nouveaux sports14. »

  • 15   Etienne Follet, « Les Pyrénées entrent en jeu », Montagnes Magazine, mai 1993.

19L’enjeu porte clairement sur un projet global de ­développement et de valorisation de la chaîne donnant suite au rayonnement passé des stations thermales. Avec la ­création de l’association AJPA puis de Nouvelles Pyrénées, les personnes qui entourent progressivement l’initiateur de ce projet témoignent d’une réelle compréhension des dynamiques du tourisme et de l’opportunité stratégique offerte à la chaîne des Pyrénées au ­tournant des années 1980 et 1990 par le renouvellement des pratiques sportives. Il s’agit notamment d’Yves Janvier, Jean-Pierre Monteil, Françoise Henry, Maurice Duchêne, Pierre-Yves Dallas, Brigitte Mauret, Jean-Louis Brunin. Selon les témoignages « c’était devenu le think tank des Pyrénées ». L’éditorial du numéro de Sport et Vie consacré aux Jeux Pyrénéens de l’Aventure annonce clairement l’intention de ce projet de s’inscrire dans l’histoire et de participer à une relance majeure des Pyrénées, notamment vis-à-vis de la concurrence alpine. L’article qui annonce les Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993 dans Montagnes Magazine s’intitule par exemple « Les Pyrénées entrent en jeu15 ». Un jeu de mots qui reflète la nouvelle ambition des Pyrénées dans le jeu de concurrence des destinations de nature et de ­montagne en France, au sens de la géographie sociale des territoires. On peut y lire des interviews de l’équipe d’organisation qui explique profiter d’un « domaine encore libre de droit ».

  • 16   Thierry Dupuy, Raymond Springinsfeld, « Jeux Pyrénées de l’Aventure : un laboratoire de l’Olympis (...)
  • 17   Anonyme, « Les Pyrénées, l’autre pays de l’Olympisme », Grands Espaces, no 3, décembre 1992, p. 5

20Avec la pratique de l’escalade rocheuse toute saison, l’invention du canyoning, la traversée des Pyrénées en vol libre… la chaîne transfrontalière bénéficie en Europe d’une légitimité territoriale dans le champ des nouvelles pratiques, mais le porteur du projet doit aussi défendre la dimension olympique du territoire porteur. L’AJPA et l’entreprise Nouvelles Pyrénées engagent donc à partir de 1992 une « stratégie de l’Olympisme » pour les Pyrénées16. À travers différentes actions culturelles, scolaires et parascolaires, les Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme tentent un transfert du capital symbolique des cinq anneaux sur le territoire (fig. 3). La presse qui relate la présence du drapeau olympique dans les Pyrénées lance la formule de « Pyrénées Olympiques » et la revue Grands Espaces intitule son article à ce sujet « Les Pyrénées, l’autre pays de l’Olympisme17 », mais le texte montre surtout qu’il s’agit d’élaborer le pays de « l’autre Olympisme ».

  • 18Ibidem, p. 1 ; voir aussi : AJPA, Le concept des Jeux Pyrénéens de l’Aventure, rapport non publié (...)
  • 19   « Les Pyrénées, la chaîne de la liberté », Sport et Vie, 18, mai / juin 1993, p. 46.
  • 20   Pour des études à ce sujet, voir notamment Suchet (2009) et Arnauld de Sartre (2011).
  • 21   Patrice de Bellefon, entretien, 2010. Ce dernier n’approuve pas pour autant la notion de pyrénéis (...)
  • 22   Ivan et Boris Thomas, Ansabère, un siècle de conquêtes, Monhélios, Oloron-Sainte-Marie, 2010, p.  (...)

21La communication faite autour de ce projet utilise à partir de fin 1991 le vocable de « pyrénéisme » ou celui de « nouveau pyrénéisme ». La charte 1993 annonce ainsi : « Le concept des Jeux Pyrénéens de l’Aventure est indissolublement lié à l’idéal du pyrénéisme qu’il fait ­entièrement sien18 », et l’un des communiqués affirme « comme l’alpinisme est né de l’exploration systématique des plus hauts sommets du massif alpin, le pyrénéisme s’impose aujourd’hui pour décrire un nouveau mouvement sportif issu d’un besoin d’air pur et de liberté19 ». Au fur et à mesure, le pyrénéisme devient l’intitulé de cette hybridation sportive définie par Jacques Marion. Évidemment, le pyrénéisme tel qu’il existe historiquement20 ne correspond aucunement à cet Olympisme des nouvelles pratiques de vol libre ou de canyoning. Les documents du programme Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme et les communiqués de presse rédigés par l’AJPA tentent délibérément une redéfinition en force de cette notion. Si cela représente « un grossier détournement historique21 » pour les uns, ou une ­nouvelle définition positive et « moderne22 » pour d’autres, cette manœuvre de redéfinition correspond bien au ­principe même de l’innovation (Schumpeter, 1935 ; Alter, 2000). L’innovation territoriale, tout comme ­l’explique Schumpeter (1951) pour l’innovation économique, est créatrice mais aussi destructrice des pratiques et des idées antérieures.

Fig. 3 – Photographie d’une séance ­d’activités ­autour du drapeau olympique dans un ­établissement scolaire des Hautes-Pyrénées, 1993

Fig. 3 – Photographie d’une séance ­d’activités ­autour du drapeau olympique dans un ­établissement scolaire des Hautes-Pyrénées, 1993

Source : archives privées de Jacques Marion.

  • 23   Jacques Marion, entretien, 2008 ; Jacques Marion, Françoise Henry, Les premiers Jeux Pyrénéens de (...)
  • 24   Pierre-Yves Dallas, ancien chargé de mission de l’AJPA, entretien, 2007.

22Dès l’annonce du projet, la requalification du pyrénéisme, historiquement défini, ne vise pas seulement l’actualisation des pratiques pyrénéennes, Jacques Marion envisage aussi une refonte du projet de territoire pyrénéiste. Il souhaite élargir « l’image des Pyrénées, trop réduite à ce qu’elle offre de pareil aux Alpes23 ». L’idée était de ­montrer autre chose que la montagne telle que socialement construite avec les Alpes pour étalon ­paysager (Briffaud, 2010 ; Debarbieux, Rudaz, 2010). Selon ­Pierre-Yves Dallas : « l’idée consistait à valoriser ce que nous avons, plutôt que de chercher à combler ce qui nous manque pour ressembler aux Alpes24 ». À ­travers les ­activités et le choix des sites de compétition, les Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme veulent montrer des sierras désertiques, des vasques d’eau et des canyons, mais aussi des vallonnements de forêt méditerranéenne ou de hautes falaises surplombant l’océan. Parallèlement quelques formulations malveillantes envers les massifs alpins s’échappent systématiquement : « boulevards à ski », « usines à touristes » « anciennes vallées industrielles […] très renfermées, assez glauques », « vieil alpinisme classique ». Les acteurs de ce projet visent délibérément à renverser l’état des hiérarchies territoriales jusqu’alors défavorables aux Pyrénées.

III - Les premières actions du programme

  • 25   Jean-Louis Amella, « Hautes-Pyrénées : nettoyage des Nestes. De l’écologie à l’économie », La Dép (...)

23Au cours des années 1991 et 1992, le programme Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme engage un ­partenariat avec des groupes associatifs afin d’organiser localement des opérations bénévoles de nettoyage de sites ou de cours d’eau supports d’activités ­sportives25, mais surtout participe à l’organisation de différentes compétitions sportives d’aventure, de nature ou de freestyle en Aragon ou en Midi-Pyrénées. Un des ­consultants de l’équipe Nouvelles Pyrénées raconte :

  • 26   Jean-Pierre Monteil, entretien, 2007.

« on avait tenté d’attirer toutes les compétitions nationales d’escalade, de parapente, de VTT, de trail… pour lancer un signe fort, pour fixer une image des Pyrénées autour de ces activités jeunes26 ».

  • 27   La spéléologie, qui n’est pas une activité nouvelle, figure également au programme en tant que te (...)

24Selon les cas, il s’agit d’un parrainage, d’une implication technique de Nouvelles Pyrénées ou de membres de l’AJPA, mais aussi d’une aide financière. L’enjeu porte sur le triptyque : Nouvelles pratiques–Olympisme–Pyrénées27.

  • 28   Patrick Bécheau, entretien, 2011.

25Par exemple, un premier Grand prix de France de ­descente de canyons est organisé autour de Gavarnie en 1992. De même, entre 1991 et 1992, l’AJPA ­favorise l’organisation du 1er Championnat de France de Spéléologie, du 5e Championnat de France de VTT et du 4e Championnat de France d’escalade. En Espagne, le programme Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme ­participe également au 5e et 6e Campeonatos nacionales de espeleología deportiva dans la province de Teruel. Il se trouve aussi une rencontre nationale de parapente organisée sous la direction de Jean Verdier dans le cadre de Nouvelles Pyrénées (structure délégataire de l’AJPA dirigée par Jacques Marion). Il s’agissait d’une compétition préparatoire aux Jeux Pyrénéens de ­l’Aventure et surtout d’une « occasion pour tirer la couverture en faveur des Pyrénées sur le terrain du vol libre […] parce que derrière tout ça, l’enjeu, c’était toujours la concurrence Alpes – Pyrénées28 ». Enfin, l’AJPA s’engage en faveur d’autres rencontres sportives de rayonnement moindre, le 5e Trophée du Vignemale, la Course du Pic du Midi 1992 et différentes compétitions de BMX ou de VTT. Toujours dans l’idée lancer ce Laboratoire de l’Olympisme dans les Pyrénées (tabl. 1).

IV - Les Jeux Pyrénéens de ­l’Aventure 1993

  • 29   Juan Antonio Samaranch, courrier à Maurice Dubarry, 25 mars 1993.

26À partir de 1992, l’organisation prend de l’envergure. L’étude de faisabilité, qui donne une conclusion positive, estime le coût général de l’événement à 60 millions de francs. Le projet est ambitieux. La charte des Jeux, puis plusieurs autres documents affichent une prise en compte de l’environnement culturel des sites et des préoccupations environnementales. L’esprit est novateur, olympique et international. Ayant acquis le soutien de Jean Glavany, délégué interministériel aux Jeux olympiques 1992, par le biais du vice-président Maurice Dubarry, le dossier circule dans les ministères en France. Les contacts ­envisagés avec le mouvement olympique se concrétisent. Dès 1991, dans un courrier, Nelson Paillou, président du CNOSF, s’engage en faveur des Jeux. Surtout, son texte remonte au sein du mouvement olympique jusqu’à obtenir le parrainage des comités olympiques espagnol, andorran et européen. Enfin, le président du Comité international olympique (CIO), Juan Antonio Samaranch, décide de patronner l’ensemble de la manifestation29. Dès lors, la majorité des fédérations sportives nationales concernées accorde son soutien aux Jeux. Des affiches et des plaquettes sont diffusées à ­destination des professionnels du tourisme (fig. 1). Plusieurs articles de presse dans l’Équipe, l’Humanité, Sport et Vie, La Dépêche du Midi, des émissions de radio sur RMC, puis des reportages télévisés d’Antenne 2 ou de France 3 commencent à médiatiser l’événement. Matériellement, deux pistes (une de roller et une de BMX) sont construites en vallée d’Aure et un mur d’escalade est installé à Aínsa en Espagne. Bien que réduits, au dernier moment, par manque de budget, les Jeux comportent également un programme scientifique et culturel en marge des compétitions (un cycle de conférences sur les Pyrénées, une chorale d’enfants, plusieurs expositions artistiques sur le sport, l’Olympisme et les Pyrénées, puis le spectacle scolaire Voyage aux Pyrénées).

  • 30 The Pyrenean Adventure Games, documentary film, PC-PAL, 58 mn, Hans Koraeus, filmmaker, Internati (...)
  • 31   Discours de Juan Antonio Samaranch représenté par Carlos Ferrer, propos retranscrits dans La Dépê (...)

27La cérémonie d’ouverture transfrontalière comportait un défilé des délégations au son de l’hymne olympique, des discours officiels et un spectacle pyrotechnique (fig. 4a). Pour la première fois le drapeau blanc aux cinq anneaux flottait au dessus des nouvelles pratiques de nature / aventure, de glisse ou de freestyle en Pyrénées. Les photographies et les reportages de l’époque montrent assez bien le déroulement de ces journées30. L’événement réunissait de très nombreux élus locaux venus de France et d’Espagne ; des personnalités politiques jusqu’au ministre français de l’Intérieur, Philippe Marchand ; des personnalités du mouvement olympique, en ­particulier Nelson Paillou, Isidre Baro Cabanes et Carlos Ferrer qui représentait le président du CIO Juan Antonio Samaranch, empêché mais dont le discours affirmait « C’est un grand honneur pour le CIO d’être présent pour l’ouverture de ces Jeux. […] Je suis heureux d’avoir pu contribuer à la création de cet événement31 » ; des personnalités du monde sportif ( cadres, dirigeants et ­présidents de fédérations sportives nationales en France ou en Espagne, aussi plusieurs présidents de fédérations internationales comme Jani Soderhall et Isidro Oliveras ) ; des personnalités du monde de ­l’industrie comme André Trigano, frère de Gilbert Trigano et ­président de la confédération pyrénéenne du tourisme ; puis également des officiers supérieurs de l’armée ou de la ­gendarmerie dont les services avaient été sollicités au cours de l’organisation.

  • 32   Christian Carrère, « L’Aventure fait ses Jeux », L’Humanité, 21 mai 1993 ; et l’ensemble des sour (...)
  • 33   Données tirées de Maurice Duchêne, Document de travail. Bilan des 1er JPA …Quel avenir pour les J (...)
  • 34Guide des distinctions décernées par le Comité international olympique. CIO, Lausanne, 1998.

28Avec plus de 1 000 athlètes (dont 650 invités), 26 pays représentés, les Jeux attirent 21 000 visiteurs, mais presque toujours un public local ou « de passage32 » et quelques-unes des épreuves, comme la descente de canyon ou la spéléologie qu’il est totalement impossible d’observer de l’extérieur, amènent évidement très peu de monde. Malgré quelques aléas météorologiques du printemps qui perturbent le trail, l’ensemble des Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993 est une réussite ­sportive33. Filip Meirhaeghe, John Gilmour, Roger Hickey, Luca Giammarco, Ian Holmes, François Legrand, Yuji Hirayama, Robbin Erbesfield, Nicolas Vouilloz, Arnaud Gicquel, Daniel Rojas, In Hee Lee, Anne-Caroline Chausson… la plupart des champions connus de l’époque se trouvaient réunis. Dans les disciplines déjà structurées au plan sportif, plus de 30 champions du monde en titre étaient présents, et dans les activités comme la spéléologie ou le canyoning, les Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993 demeurent la seule et unique compétition internationale jamais organisée. Dans chaque épreuve, les trois premières places sont récompensées par une pyrène d’or, d’argent ou de bronze. Le vainqueur du combiné VTT reçoit la Coupe du président du CIO Juan Antonio Samaranch. Il s’agit de la plus importante récompense sportive décernée par le CIO en dehors des médailles d’or, d’argent ou de bronze des Jeux olympiques d’été ou d’hiver34. Différentes récompenses annexes sont également distribuées en marge des épreuves sportives, notamment un ours de cristal décerné par France 3 Midi-Pyrénées au comité de skateboard pour son fair play.

Fig. 4a et 4b – Images de la cérémonie d’ouverture et de l’épreuve d’escalade des Jeux Pyrénéens de l’Aventure, Aínsa, 1993

Fig. 4a et 4b – Images de la cérémonie d’ouverture et de l’épreuve d’escalade des Jeux Pyrénéens de l’Aventure, Aínsa, 1993

Source : archives privées de Maurice Duchêne, Archives France 3/France 3 Sud, 1993.

  • 35  Claudius Volontarius (Claude Labagnère), « Les 1er Jeux Pyrénéens de l’Aventure », Le Pire est né, (...)

29Les moyens matériels, sécuritaires et sportifs regroupaient environ 300 bénévoles et 60 organisateurs35 pour 41 épreuves finales, ou démonstrations, sur 15 disciplines : escalade, canyoning, rafting, ­hydrospeed, mountain bike ou VTT, trail, spéléologie, kayak, BMX, roller, skateboard, deltaplane, parapente, gliding et ­parachutisme en sky surf. Sur le modèle des Jeux ­olympiques d’été ou d’hiver, un village des athlètes et des accompagnateurs (entraîneurs, assistants…) était basé à Saint-Lary. Le grand gymnase de la commune abritait un stand restaurant et différentes buvettes. Le village ainsi constitué accusa 7 000 nuitées et une moyenne de 650 personnes par jour pour un total de 18 000 repas. La guardia civil avait mis à disposition certaines fréquences radio et l’organisation utilisait du matériel militaire de télécommunication entre la France et l’Espagne.

  • 36   Jean-Louis Amella, Jean-Christophe Thomas, Gilles, « Sanders donne une première médaille à la Fra (...)

30Avec 34 pyrènes dont 14 en or et 11 en argent le bilan sportif est exceptionnel pour la France, ce dont se vante largement la presse quotidienne régionale36. Elle ­surpasse largement l’Italie qui obtient 14 pyrènes dont 6 en or, l’Allemagne avec 11 pyrènes dont 2 en or et les USA, 9 pyrènes dont 4 en or. L’Espagne avec une ­délégation de grande taille pour ne retirer que 6 pyrènes dont une seule en or se situe à l’inverse du Japon et de l’Australie qui obtiennent un nombre de récompenses relativement important eu égard à leur nombre réduit de participants. Le Brésil ou le Chili ne retirent qu’une seule pyrène, mais surtout beaucoup de pays ne bénéficient d’aucune récompense comme la Suède, l’Argentine, la Hongrie et plusieurs autres anciens pays soviétiques, mais aussi la Russie elle-même, le Canada ou paradoxalement l’Andorre dont le comité olympique parraine également les Jeux. Dans plusieurs disciplines les premières places sont le fait d’un même pays : les USA en skateboard, la France en descente de canyon, les Britanniques en trail ou encore les Belges en VTT, dont un des compétiteurs remporte la coupe du président du CIO.

V - Fin de l’histoire, désorganisation locale et avortement du programme

  • 37  Depuis 1991, la gestion des partenaires privés, ou sponsors, est confiée à la société internationa (...)
  • 38  Maurice Duchêne, Bilan des premiers Jeux Pyrénéens de l’Aventure… Quel avenir pour les Jeux Pyréné (...)

31En dépit de la réussite des Jeux, le déroulement du projet rencontre plusieurs difficultés sur un plan organisationnel. Dès 1991, malgré la progression du dossier, une première forme de rapport de force ­s’instaure imperceptiblement entre Jacques Marion qui ­souhaite rester maître du projet, et les élus politiques qui financent les Jeux et considèrent que « c’est celui qui paye qui décide ». Conjointement, les changements de ­responsables politiques qui soutiennent plus ou moins le projet, notamment au sein du conseil général des Hautes-Pyrénées, déstabilisent fortement l’organisation. En particulier, Jean Glavany, déjà cité en tant que délégué interministériel aux Jeux olympiques 1992, est en fait maire Maubourguet, engagé dans une concurrence avec François Fortassin, maire de Sarp, pour la présidence du département. Entre les deux, Pierre Forgues, député de la circonscription où se déroulent les compétitions n’est pas neutre. Enfin, la mise en redressement judiciaire de l’entreprise LLA chargée de commercialiser l’événementiel au cours de l’année 1993  l’affaire dite des sponsors37  ne ­permet pas de retirer des bénéfices financiers et surtout déclenche une vaste situation de conflit. L’ensemble des acteurs se démobilise en l’espace de quelques mois. Les relations franco-espagnoles nouées durant le montage se distendent. D’ailleurs l’Espagne ne reprend pas le projet et ne renfloue pas le déficit de l’AJPA pour continuer le programme. Au final, avec un coût global – France et Espagne – de 13,2 millions de francs38, sans compter la construction des pistes de roller et de BMX autour du lac de Vielle-Aure, estimée 1,2 millions de francs , et le ­traitement des personnels détachés à hauteur de 1,1 millions de francs, l’événement accuse un déficit de 2 millions de francs. Loin de retirer des bénéfices, la structure Nouvelles Pyrénées dépose cessation d’activité l’année suivante, et plusieurs contentieux émaillent les relations entre les chargés de mission, le porteur du ­projet, les élus politiques et les responsables sportifs.

  • 39   Maurice Dubarry, entretien, 2007 ; Jean-Louis Amella, « Dans deux ans, des Jeux en Andorre ? », L (...)

32Par la suite, avec le soutien du conseil général des Hautes-Pyrénées, l’ancien directeur technique des Jeux, Maurice Duchêne, tente de reproduire l’événement sur une autre zone. L’objectif est de « revendre les Jeux en Andorre39 ». Mais la réputation polémique du dossier et le déficit accusé par l’association font reculer les investisseurs. Quelques années après, l’AJPA est dissoute faute d’activité. Jacques Marion est dépossédé de la marque Jeux Pyrénéens de l’Aventure par les élus. Il continue sa carrière dans d’autres projets, toujours liés au sport et au tourisme, d’abord au Maroc, puis à nouveau en France. Malgré ce bilan sportif exceptionnel, les Jeux Pyrénéens de l’Aventure ne connaîtront pas de seconde édition, et conjointement c’est l’ensemble du projet Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme qui avorte. Évidemment, le bilan territorial est très mince et toutes les ambitions affichées au départ du projet restent sans suite.

33Au final, méconnu de la majorité des personnes dans le domaine du sport ou du tourisme en France, ce projet de Laboratoire de l’Olympisme et ces Jeux Pyrénéens de l’Aventure de 1993 restent, par contre, un ­souvenir marquant pour celles directement impliquées. Les ­performances impressionnantes, la présence du drapeau olympique et tous les conflits autour de ce dossier laissent une image très forte. Un certain nombre d’acteurs garde en mémoire les polémiques et les impayés, mais pour beaucoup des personnes ce projet olympique représente aujourd’hui une « formidable opportunité » perdue pour les activités sportives concernées et surtout pour la chaîne des Pyrénées.

34Dans tous les cas, « le temps des Jeux est passé ». La configuration stratégique à laquelle répondait ce programme Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme n’est plus. Ce projet reste une ambition inachevée des années 1990 et il n’est pas vraisemblable de le voir renaître. Les motivations énoncées dans ce programme se trouvent désormais dans d’autres événements ou d’autres démarches (Le Festival Olympique de la Jeunesse Européenne puis les Jeux olympiques de la Jeunesse organisés maintenant directement par le CIO, les X Games aux États-Unis concernant les nouvelles activités ou, localement, le Trophée Desman, en tant que course d’aventure transfrontalière à travers les Pyrénées, financé à l’aide des fonds européens). Sachant aussi, que les Jeux olympiques d’été ou d’hiver tentent, eux-mêmes, d’intégrer un nombre certain d’activités nouvelles (le VTT déjà cité, mais aussi la planche à voile ou le snowboard).

Conclusion

35Impulsé sous la responsabilité d’un acteur relativement local, le projet Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme constitue un essai peu connu de réunir les nouvelles pratiques sportives d’aventure et de nature (escalade, canyoning, rafting, vol libre, skateboard, trail, BMX…) dans la logique de l’Olympisme, et surtout une tentative de relancer les Pyrénées au devant des Alpes dans le secteur du tourisme à partir de cette nouvelle hybridation sportive. Ce programme constituait un véritable projet de territoire thématique autour du sport et du tourisme à l’échelle de l’espace transfrontalier pyrénéen. Mais, en dépit de ces enjeux importants pour le mouvement sportif international et pour le développement territorial des Pyrénées, ce sont des difficultés organisationnelles de niveau local qui seront responsables de l’interruption du projet.

36L’histoire du lancement de ce programme de Laboratoire de ­l’Olympisme dans les Pyrénées illustre comment un acteur, puis une organisation, mobilise une culture donnée – ou ­plutôt une culture fabriquée par hybridation entre deux autres – pour jouer dans le système des hiérarchies et des concurrences territoriales, notamment dans le ­rapport Alpes / Pyrénées. Ces données montrent que les cultures sportives ne ­s’affranchissent pas des rapports de domination au sens de Guy Di Méo et Pascal Buléon (2005). Ce cas d’étude illustre également les liens entre dynamique de projet et tentative de production territoriale (Di Méo, 1998 ; Vanier, 1995, 2009). En l’occurrence, ce projet, fut-il innovant, n’a pas fait innovation puisque resté sans suite et sans effet. À ce sujet, le constat de cette tentative de redéfinition en force du pyrénéisme historique rappelle qu’une innovation est créatrice mais aussi destructrice (Schumpeter, 1951, 1935 ; Alter, 2000). Enfin, le détail du contenu et des qualités d’un projet, dont la très courte vie ressemble à un avortement, rappelle surtout à quel point, dans tous les domaines de la société, ce n’est pas tant les qualités propres d’une invention qui assurent ­l’innovation, mais bien la qualité du dispositif organisationnel de diffusion sociale et territoriale de cette invention.

Haut de page

Bibliographie

Alter N., L’innovation ordinaire, Presses universitaires de France, Paris, 2000.

Arnauld de Sartre X., « Le pyrénéisme est-il un ­possibilisme ? Quand un regard construit et hérité médiatise le rapport au milieu », Sud-Ouest Européen, 32, 2011, p. 117-128.

Augustin J.-P., Sport, géographie et aménagement, Nathan, 1995.

Augustin J.-P., « La diversification territoriale des ­activités sportives », L’Année sociologique, 52 (2), 2002, p. 417-435.

Augustin J.-P. (éd.)., « Territoires et pratiques sportives », Sud-Ouest Européen, 13, numéro ­thématique, 2002.

Augustin J.-P., « Assiste-t-on vraiment à un rejet de la culture sportive traditionnelle ? », in Terret T. (éd.), Éducation physique, sport et loisir 1970-2000, AFRAPS, Clermont-Ferrand, 2003, p. 325-331.

Bessy O., « Les loisirs sportifs de nature, vecteurs du renouvellement des contours du tourisme », ­Sud-Ouest Européen, 29, 2010, p. 105-114.

Bessy O. (éd.), L’innovation dans l’événementiel sportif. De l’attractivité touristique au développement ­territorial, Presses universitaires du sport, Voiron, 2013.

Boltanski L., Chiapello, É., Le nouvel esprit du ­capitalisme, Gallimard, Paris, 1999.

Bourdeau P., Corneloup J., Mao, P. “Adventure Sports and Tourism in the French Mountains : Dynamics of Change and Challenges for Sustainable Development”, Current Issues in Tourism, 5 (1), 2002, p. 22-32.

Bourdeau P., Corneloup J., Mao P., Boutroy E., ­« Les interactions entre cultures sportives de montagne et territoires : un état des lieux de la recherche française depuis 1990 », Cahiers de géographie du Québec, 48 (133), 2004, p. 33-46.

Briffaud S., « Une montagne de paradis », Communications, 87, 2010, p. 129-135.

Brunet R., Ferra R., Théry H. Les mots de la ­géographie, La documentation Française, Reclus, Paris, Montpellier, 1992.

Cordelier B., Gramaccia G. (éd.), Management par projet. Les identités incertaines, Presses de l’université du Québec, 2012.

Debarbieux B., « De l’objet spatial à l’effet géographique », in Debarbieux B., Fourny M.-C. (éd.), L’effet géographique, Maison des Sciences de l’Homme des Alpes, Grenoble, 2004, p. 11-33.

Debarbieux B., Rudaz G., Les faiseurs de montagne. CNRS Éditions, Paris, 2010.

Defrance J. (éd.), « Se représenter les activités ­physiques des années 1970 », Sciences sociales et sports, 4, numéro thématique, 2011.

Denéchère Y., Vincent M.-B. (éd.), Vivre et construire l’Europe à l’échelle territoriale de 1945 à nos jours, PIE Peter Lang, Bruxelles, 2010.

Di Méo G., Géographie sociale et territoires, Nathan, Paris, 1998.

Di Méo G., « La géographie culturelle : quelle approche sociale ? », Annales de Géographie, 117 (660-661), 2008, p. 47-66.

Di Méo G., Buléon P. (éd.), L’espace social : une lecture géographique des sociétés, Armand Colin, Paris, 2005.

Evaristo R., van Fenema P. C., “A typology of ­project management: emergence and evolution of new forms”, International Journal of Project Management, 17(5), 1999, p. 275-281.

Gumuchian H., Pecqueur B. (éd.), « La notion de ressource territoriale », Montagnes Méditerranéennes, 20, numéro thématique, 2004.

Gumuchian H., Pecqueur B. (éd.), La ressource territoriale, Anthropos, Paris, 2007.

Lajarge R., « Les territoires aux risques des projets : les montagnes entre Parcs et pays », Revue de géographie alpine, 88 (1), 2000, p. 45-59.

Loret A., Génération glisse. Dans l’eau, l’air, la neige... la révolution du sport des « années fun », Autrement, Paris, 1995.

Schumpeter J. A., Théorie de l’évolution économique, Dalloz, Paris, 1935.

Schumpeter J. A., Capitalisme, socialisme et ­démocratie, Payot, Paris, 1951.

Schut P.-O., L’exploration souterraine. Une histoire culturelle de la spéléologie, L’Harmattan, Paris, 2007.

Suchet A., « De Louis Ramond de Carbonnières à la Pléiade des Pyrénées ou l’invention du pyrénéisme selon Henri Béraldi », Babel, 20, 2009, p. 118-128.

Suchet A., « Sports d’aventure et tourisme au début de la construction européenne en Pyrénées. La coopération transfrontalière entre la France et l’Espagne durant les Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993 », Revue de géographie alpine, 99 (4), 2011, p. 455-484.

Suchet A., Acteurs, gouvernance et dynamiques de ­projet dans la concurrence des territoires en tourisme. Étude autour du programme sportif « Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme » ­1988-1994 et des Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993, thèse de ­doctorat, université de Grenoble, 2012.

Suchet A, Jorand D., « Les relations franco-espagnoles dans la gouvernance locale des Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993 », in Attali M., Bazoge N. (éd.), Diriger le sport. Perspectives sur la gouvernance du sport du xxe siècle à nos jours, CNRS Éditions, Paris, 2012, p. 205-218.

Suchet A., Jorand D., Tuppen J., “The History and Geography of a Forgotten Olympic Project : The Spring Games”, Sport in History, 30 (4), 2010, p. 570-587.

Vanier M. , « La petite fabrique de territoires en Rhône-Alpes : acteurs, mythes et pratiques », Revue de géographie de Lyon, 70 (2), 1995, p. 93-103.

Vanier M. (éd.), Territoires, territorialité, territorialisation, Presses universitaires de Rennes, 2009.

Vlès V., Le projet de station touristique, Presses ­universitaires de Bordeaux, 1996.

Haut de page

Notes

1   Loi n° 83-8 du 7 janvier 1983 relative à la répartition de compétences entre les communes, les départements, les régions et l’État. Loi n° 83-663 du 22 juillet 1983 complétant la loi n° 83-8 du 7 janvier 1983.

2   Loi d’orientation n° 92-125 du 6 février 1992 relative à l’administration territoriale de la République (suivie de la loi Pasqua en 1995 et de la loi Voynet portant modification de cette dernière à la toute fin des années 1990, toujours dans le même sens).

3   Mentionnées en note de bas de page au cours du texte.

4   Né à Vire en 1953 dans le Calvados d’une famille de petits commerçants, devenu militaire dans les Alpes du Sud par goût de l’aventure, puis militant pour des ONG à Marseille (Terre des Hommes puis l’Unicef), il s’installe dans les Pyrénées à partir de 1977 comme moniteur de spéléologie. Suivant les périodes, il travaille également à l’office national du tourisme du Burundi, puis dans une agence de voyage à Toulouse et participe à diverses expéditions à l’étranger, notamment à Bornéo en 1982.

5   Au titre de Expédition France (un circuit touristique qui comprend la traversée de l’Henne Morte, la descente des gorges du Verdon et l’ascension du sommet du mont Blanc) au Salon mondial du tourisme et des voyages de Paris 1986.

6   Jacques Marion, entretien, 2007 ; 1er Jeux olympiques de Printemps, dossier non publié, 1988.

7   Jacques Marion, Pyrénées : Laboratoire de l’Olympisme, rapport non publié de l’entreprise Nouvelles Pyrénées, 1992 ; Jacques Marion, Les Pyrénées : Le laboratoire de l’Olympisme, 10 ans de communication événementielle pour les Pyrénées, rapport non publié de l’entreprise Nouvelles Pyrénées, 1992. Voir notamment aussi l’article de presse : Jean-Philippe Louis, « L’avenir des JO se jouera dans les Pyrénées », La Dépêche du Midi, 2 janvier 1992.

8  Bernard Tourte, champion de France de spéléologie 1992, actuellement directeur de MTE (marque de matériel), entretien 2007.

9   Voir à ce sujet les nombreuses analyses en sociologie et ­histoire du sport, notamment les études contradictoires, mais selon nous très complémentaires, de Loret (1995), Augustin (2003) et Defrance (2011).

10Charte des Jeux Pyrénéens de l’Aventure, rédigée par Jean-Pierre Monteil, p. 3.

11   Maurice Dubarry, « Il faut réussir les premiers », interview, Sport et Vie, no 18, mai/juin 1993, p. 32-33.

12   Pierre-Yves Dallas, entretien, 2007.

13   Sandrine Valentie, chargée de mission traductions au sein de Nouvelles Pyrénées, entretien, 2009.

14   Jacques Marion, interviewé par FR3 Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, Estivales.

15   Etienne Follet, « Les Pyrénées entrent en jeu », Montagnes Magazine, mai 1993.

16   Thierry Dupuy, Raymond Springinsfeld, « Jeux Pyrénées de l’Aventure : un laboratoire de l’Olympisme ». La Nouvelle République des Pyrénées, 17 mai 1993 (en une) ; « Jeux Pyrénées de l’Aventure : la volonté d’être un laboratoire de l’Olympisme », La Lettre de l’économie du sport, no 200, 10 février 1993 ; Christian Carrere, « Olympisme : les premiers Jeux Pyrénéens de l’Aventure », L’Humanité, 24 février 1993.

17   Anonyme, « Les Pyrénées, l’autre pays de l’Olympisme », Grands Espaces, no 3, décembre 1992, p. 5.

18Ibidem, p. 1 ; voir aussi : AJPA, Le concept des Jeux Pyrénéens de l’Aventure, rapport non publié, 1990.

19   « Les Pyrénées, la chaîne de la liberté », Sport et Vie, 18, mai / juin 1993, p. 46.

20   Pour des études à ce sujet, voir notamment Suchet (2009) et Arnauld de Sartre (2011).

21   Patrice de Bellefon, entretien, 2010. Ce dernier n’approuve pas pour autant la notion de pyrénéisme et formule différentes critiques à son encontre.

22   Ivan et Boris Thomas, Ansabère, un siècle de conquêtes, Monhélios, Oloron-Sainte-Marie, 2010, p. 410.

23   Jacques Marion, entretien, 2008 ; Jacques Marion, Françoise Henry, Les premiers Jeux Pyrénéens de l’Aventure, dossier, Toulouse, juin 1989.

24   Pierre-Yves Dallas, ancien chargé de mission de l’AJPA, entretien, 2007.

25   Jean-Louis Amella, « Hautes-Pyrénées : nettoyage des Nestes. De l’écologie à l’économie », La Dépêche du Midi, 21 octobre 1992 ; Jean-Louis Amella, « Confluence au bord de la Neste », La Dépêche du Midi, 25 juillet 1992.

26   Jean-Pierre Monteil, entretien, 2007.

27   La spéléologie, qui n’est pas une activité nouvelle, figure également au programme en tant que terrain d'une concurrence ­historique entre les Alpes et les Pyrénées (Schut, 2007).

28   Patrick Bécheau, entretien, 2011.

29   Juan Antonio Samaranch, courrier à Maurice Dubarry, 25 mars 1993.

30 The Pyrenean Adventure Games, documentary film, PC-PAL, 58 mn, Hans Koraeus, filmmaker, International Skateboard Slalom Association images ; ainsi que les articles de presse : Thierry Dupuy, « Jeux Pyrénéens de l’Aventure. Une ouverture dans la simplicité. L’épreuve à saute-frontière », La Nouvelle République des Pyrénées, 17 mai 1993 ; « Cérémonie d’ouverture. Que l’Aventure commence », La Dépêche du Midi, 16 mai 1993 ; Fréderic Larsimont, « Rencontre au sommet. Les Jeux Pyrénéens de l’Aventure : mariage réussi de la nature et des disciplines non Olympiques », Le Soir [de Bruxelles], 15 mai 1993.

31   Discours de Juan Antonio Samaranch représenté par Carlos Ferrer, propos retranscrits dans La Dépêche du Midi, 16 mai 1993.

32   Christian Carrère, « L’Aventure fait ses Jeux », L’Humanité, 21 mai 1993 ; et l’ensemble des sources orales s’accorde à ce sujet.

33   Données tirées de Maurice Duchêne, Document de travail. Bilan des 1er JPA …Quel avenir pour les Jeux Pyrénéens de l’Aventure ?, rapport non publié de l’AJPA, 1994.

34Guide des distinctions décernées par le Comité international olympique. CIO, Lausanne, 1998.

35  Claudius Volontarius (Claude Labagnère), « Les 1er Jeux Pyrénéens de l’Aventure », Le Pire est né, n° 23, 1993, p. 11-14. ; Maurice Duchêne, Document de travail. Bilan des 1ers JPA. Op. cit.

36   Jean-Louis Amella, Jean-Christophe Thomas, Gilles, « Sanders donne une première médaille à la France », La Dépêche du Midi, 18 mai 1993 ; Raymond Springinsfeld, « Course de montagne : Pyrène de bronze aux Françaises », La Nouvelle République des Pyrénées, 24 mai 1993 ; « L’événement : escalade, le sommet des Jeux », La Dépêche du Midi, 22 mai 1993 ; et les pages spéciales quotidiennes « Jeux Pyrénéens de l’Aventure » dans La Dépêche du Midi.

37  Depuis 1991, la gestion des partenaires privés, ou sponsors, est confiée à la société internationale spécialisée Quarterback. Mais au début de l’été 1992, celle-ci demande une ­rémunération supplémentaire et l’exclusivité sur deux prochaines éditions. Face à cette nouvelle exigence, Jacques Marion refuse et s’adresse en urgence à une autre entreprise : la société LLA. Mais celle-ci s’avère un mauvais choix ! Et à cinq mois des compétitions, l’organisation des Jeux ne dispose d’aucun sponsor.

38  Maurice Duchêne, Bilan des premiers Jeux Pyrénéens de l’Aventure… Quel avenir pour les Jeux Pyrénéens de l’Aventure, rapport non publié, 1994, p. 15.

39   Maurice Dubarry, entretien, 2007 ; Jean-Louis Amella, « Dans deux ans, des Jeux en Andorre ? », La Dépêche du Midi, 8 mai 1993 ; « Jeux Pyrénéens : l’aventure continue », La Nouvelle République des Pyrénées, 29 janvier 1994.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Aperçu d’une plaquette de promotion des Jeux Pyrénéens de l’Aventure diffusée en 1992
Crédits Source : archives privées de Jacques Marion.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1922/img-1.png
Fichier image/png, 5,9M
Titre Fig. 2 – Photographie d’une équipe au départ du premier Grand prix de France de canyon, Gavarnie, 1991
Crédits Source : archives privées de Guy Quer.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1922/img-2.png
Fichier image/png, 873k
Titre Fig. 3 – Photographie d’une séance ­d’activités ­autour du drapeau olympique dans un ­établissement scolaire des Hautes-Pyrénées, 1993
Crédits Source : archives privées de Jacques Marion.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1922/img-3.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Fig. 4a et 4b – Images de la cérémonie d’ouverture et de l’épreuve d’escalade des Jeux Pyrénéens de l’Aventure, Aínsa, 1993
Crédits Source : archives privées de Maurice Duchêne, Archives France 3/France 3 Sud, 1993.
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/1922/img-4.png
Fichier image/png, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Suchet, « Le programme Pyrénées : Laboratoire de ­l’Olympisme 1988-1994 et les Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993 : ­retour sur la très courte vie de l’un des grands projets sportifs et ­touristiques des Pyrénées », Sud-Ouest européen, 39 | 2015, 97-108.

Référence électronique

André Suchet, « Le programme Pyrénées : Laboratoire de ­l’Olympisme 1988-1994 et les Jeux Pyrénéens de l’Aventure 1993 : ­retour sur la très courte vie de l’un des grands projets sportifs et ­touristiques des Pyrénées », Sud-Ouest européen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://soe.revues.org/1922 ; DOI : 10.4000/soe.1922

Haut de page

Auteur

André Suchet

Post-doctorant CMIRA, Département de géographie, GRATET, université Rovira i Virgili, Tarragone, Espagne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org