Navigation – Plan du site

Géraud Magrin, Jacques Lemoalle, Roland Pourtier (éd.), Atlas du lac Tchad

Préface de Idriss Déby Itno, avant-propos Laurent Fabius, n° spécial de la revue Passages, n° 183, juin 2015, 228 p., résumés des chapitres en anglais et en arabe
Bernard Lemartinel
p. 123-124
Référence(s) :

Géraud Magrin, Jacques Lemoalle, Roland Pourtier (éd.), Atlas du lac Tchad, préface de Idriss Déby Itno, avant-propos Laurent Fabius, n° spécial de la revue Passages, n° 183, juin 2015, 228 p., résumés des chapitres en anglais et en arabe.

Texte intégral

1Le plan de cet atlas est fort classique, divisé en six ­sections qui vont du fait naturel (notamment hydrologie et biodiversité) aux territoires de projet, en passant par la démographie et les activités économiques. On y trouve une somptueuse illustration iconographique (dessins de Christian Seignobos) et photographique, qui ne se contente pas d’être belle ; elle est aussi utile au propos. Puisqu’il s’agit d’un atlas, est présent un très riche appareil cartographique dû au talent de Nouchka Pourtier ; c’est évidemment un des intérêts majeurs du volume.

2Celui-ci a une double originalité. Il est d’abord à la pointe de l’actualité et traite des enjeux présents de l’espace frontalier dont le lac est le centre névralgique. N’y sont oubliés, ni les interrogations relatives au climat et les conséquences cruciales de ses variations dans une zone marginale, ni les questions foncières, géopolitiques et géostratégiques qui peuvent miner un territoire disputé. Le lecteur y trouvera une information vraiment très complète, compilée et/ou rédigée par les meilleurs spécialistes de la région. Il n’est pas possible dans le cadre d’un bref compte-rendu de dire tout le bien que nous pensons de chacun des chapitres. Certaines données ont fait l’objet d’une large publicité, comme celle relative aux découvertes paléoanthropologiques ; nous n’y reviendrons donc pas. D’autres sont moins connues, comme l’état présent des projets plus ou moins réalistes des transferts d’eau entre le bassin du Congo et celui du Tchad, qui visent à donner à ce dernier des caractéristiques qui n’ont peut-être jamais existé, au moins en termes de constance de l’étendue lacustre.

3Outre la qualité et l’actualité de l’information, l’ouvrage se distingue par l’effort évident de ne pas tomber dans les clichés à la mode et la vulgate diplomatique. En l’ouvrant on a pu avoir quelques craintes, dans la mesure où il a été préfacé par le Président de la République du Tchad et le ministre français des Affaires Étrangères. Ce genre de « haut patronage » est parfois, voire souvent, propice à ce que soient ressassés les poncifs des grandes organisations internationales (notamment les guerres ou les migrations climatiques) et les discours alarmistes des instances scientifiques en quête de financement. Ce n’est pas le cas ici. Par exemple, l’analyse climato-hydrologique, si elle n’ignore pas les délicats problèmes liés au réchauffement climatique, est mesurée, s’inscrivant à la fois dans le temps long de l’Holocène et dans les variations à court terme de la surface lacustre, d’ailleurs vouée à s’étendre si l’on suit les modèles ombrologiques prédictifs du GIEC (p. 41). Les deux photos de la page 35 montrent ainsi combien doivent être considérées avec prudence les images partout reproduites des satellites de la NASA, qui pourraient laisser croire à la rétraction inéluctable et mortifère du lac Tchad. Même si les choses sont dites avec une certaine réserve, la prédation économique des forces armées régulières n’est pas occulté (p. 152) et la légitimité des pouvoirs politiques interrogée. Les conflits frontaliers, souvent dus aux déplacements de population, sont examinés ; il est vrai que ce sujet, souvent masqué par le dogme de l’intangibilité des frontières postcoloniales est aujourd’hui secondaire au regard des coopérations rendues nécessaires par la violence extrême des islamo-affairistes, quelle que soit la mouvance dont ils se revendiquent. Enfin, les menaces, si elles sont clairement décrites dans la section six, ne font pas tomber l’ouvrage dans le catastrophisme si cher à telle génération antérieure d’africanistes.

4Au total, nous ne pouvons que recommander la lecture des textes et l’étude des cartes d’un si beau travail, certainement indispensable aux spécialistes du continent africain, mais accessible et enrichissant à ceux qui ne le sont pas, même si, comme moi, ils ont suivi les merveilleux enseignements du très regretté Paul Pélissier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lemartinel, « Géraud Magrin, Jacques Lemoalle, Roland Pourtier (éd.), Atlas du lac Tchad », Sud-Ouest européen, 39 | 2015, 123-124.

Référence électronique

Bernard Lemartinel, « Géraud Magrin, Jacques Lemoalle, Roland Pourtier (éd.), Atlas du lac Tchad », Sud-Ouest européen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://soe.revues.org/1938

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org