Navigation – Plan du site

Nacima Baron, Sylvia Desazars, Les Espagnols déterminés

HD Ateliers henry dougier, 2015
Philippe Dugot
p. 124-125
Référence(s) :

Nacima Baron, Sylvia Desazars, Les Espagnols déterminés, HD Ateliers henry dougier, coll. « Lignes de vie d’un peuple », 2015, 143 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage bénéficie d’un a priori favorable par ses deux auteures bien connues du lectorat francophone intéressé par l’Espagne. Nacima Baron, géographe, a plusieurs fois travaillé sur l’Espagne avec à la clé un Atlas de l’Espagne paru en chez Autrement (2009) et un ouvrage plus récent, L’Espagne en crise, chez Armand Colin (2015). Quant à Sylvia Desazars, politologue et enseignante à l’Essec, on peut notamment signaler sous sa plume un ouvrage de grande qualité, Madrid et le monde (Autrement, 2007). Elle y témoigne déjà d’un réseau de connaissances de personnalités espagnoles tout à fait exceptionnel. Celui-ci se devine toujours vivant au travers des personnes ici sollicitées pour livrer leur regard et leurs impressions sur l’Espagne.

2Le propos de l’ouvrage en question s’inscrit dans une ­collection à l’ambition démesurée : il s’agit rien moins que de « raconter les peuples d’aujourd’hui ». Aux côtés des « Allemands décomplexés », de « Polonais audacieux », d’ « Israéliens hypercréatifs » ou d’ « Inuits résistants », il s’agit donc d’apprécier des « Espagnols déterminés ». L’intérêt de l’ouvrage est ainsi d’apporter sa contribution à la connaissance d’un pays encore trop souvent empêtrée dans un certain nombre de clichés, ce qui a l’air, d’ailleurs, d’énerver les auteures. Mais, et c’est même la première phrase de l’ouvrage, « c’est un défi proprement insurmontable que de chercher à dévoiler l’âme du peuple espagnol » (p. 9), de n’importe quel peuple d’ailleurs, est-on tenté d’ajouter. D’autant qu’il s’agit de répondre à ce défi au travers de quelques témoignages, une douzaine, rassemblés par Sylvia Desazars.

3Cet ouvrage intervient en outre à un moment important de l’histoire d’un pays affecté, après une période économique faste, par une terrible crise dont un chômage massif constitue l’élément le plus saisissant mais qui renvoie aussi à l’essence d’un modèle de croissance trop inféodé à une frénésie immobilière et d’équipements qui ne pouvait avoir qu’un temps. C’est aussi toute la construction institutionnelle du pays découlant de la constitution de 1978 qui est interrogée d’une façon de plus en plus pressante par l’évolution du jeu électoral national et la montée de revendications nationalistes, la question catalane au premier plan. D’ailleurs, dès l’introduction Nacima Baron et Sylvia Desazars n’économisent guère l’inquiétude des lecteurs, évoquant une « identité espagnole mise à l’épreuve » (p. 14), ou une « onde destructrice qui déstabilise [les] vies quotidiennes [des Espagnols] et fissure leurs croyances et leurs habitudes » (p. 15). Les témoignages mobilisés doivent aider le lecteur à saisir « quelque chose de la violence de la désintégration actuelle de l’Espagne » (p. 16). Occupant une large partie de l’ouvrage, ils participent à ce tableau d’une Espagne en quête de renouvellement. Volontairement, deux questions seulement ont été posées à ces témoins : « Racontez-moi votre vie et dites-moi ce que le fait d’être espagnol(e) signifie pour vous ? » Les réponses données se déroulent sur plusieurs pages. Divers textes intercalaires apportent des points de repère utiles à des propos qui pourraient, sinon, désarçonner le lecteur qui ne disposerait pas de repères suffisants. Parmi les thèmes abordés, relevons, la question démographique, les migrations, un point sur les institutions espagnoles, les questions basque et catalane, un état de l’économie et quelques pages très utiles autour de la langue et de la vivacité plurielle de la culture espagnole. L’ensemble constitue un ouvrage qui se laisse lire avec beaucoup de plaisir par un lectorat potentiel assez large.

4Est-ce à dire que ce livre est totalement dépourvu de reproches ? Sans doute pas. On peut d’abord regretter que le panel des témoins ne soit pas plus étendu. Sans doute ne s’agit-il pas ici de reproduire une enquête sociologique avec les moyens du CIS (Centro de Investigaciones Sociológicas), bien connu des chercheurs intéressés par l’Espagne. Pour autant, il semble que les regards portés sur l’Espagne sont déviés par les choix effectués. Certes, on relève bien la présence d’une immigrée colombienne, femme de ménage, celle d’une couturière à la retraite disposant d’un niveau de vie modeste ou d’un auto-­entrepreneur dans le domaine de la construction et ayant connu le chômage. Mais parmi ces Espagnols, ce sont surtout des témoins membres de la grande bourgeoisie espagnole. Plusieurs ont fait des études à l’étranger, l’un a été ministre du gouvernement Rajoy et directeur du CIS, évoqué ci-dessus, un autre fut directeur de l’INI (Instituto Nacional de Industria). Tel autre est un fils de ministre du gouvernement de Félipe Gonzalez alors qu’un autre est la troisième fortune ­d’Espagne. Plusieurs sont ou ont été des hommes politiques.

5En bref, une certaine élite espagnole nous semble ­surreprésentée. Sans doute que les parcours personnels des uns et des autres sont parfois remarquables, mais à moins de considérer que leur position sociale et ces parcours hors-normes leur donne des clés diagnostiques particulières, on peut tout de même se questionner sur la capacité de ces quelques témoignages à embrasser toute la « détermination » du peuple espagnol. De fait, des pans entiers du champ socio-politique espagnol sont laissés de côté, à commencer par une jeunesse peu ­présente. Il n’y a pas de place pour les Indignés et Podemos dans cet ouvrage. Et lorsqu’ils apparaissent, c’est, au détour de témoignages, où transparaît la caricature d’un mouvement, quoiqu’on en pense, populaire, et peut-être en train de s’inscrire dans le champ politique espagnol : pour l’un, Podemos est un amalgame « d’intellectuels proches du Venezuela révolutionnaire » ! (p. 67) ; pour un autre, (p. 94), le parti Podemos, « contrairement à sa modernité de surface, représente un monde anachronique, celui d’un marxisme-léninisme périmé, passé à la sauce vénézuélienne ». Le cadre de l’ouvrage est celui d’une parole libre des témoins retenus. Et c’est tant mieux, car c’est bien une Espagne qui est ainsi donnée à voir. Mais les textes intercalaires auraient parfois dû apporter un contrepoint ou en tous les cas un éclairage plus élargi, pour ne pas parler d’une prise de hauteur. Dans l’introduction, les auteures invitent à se « libérer d’une vision bipolaire » qui encombrerait les représentations de l’Espagne. On retrouve en tous les cas quelques Espagnols, fortement polarisés dans leurs convictions et représentations d’autres… Espagnols.

6Cela enlève-t-il quelque chose à la qualité d’ensemble de l’ouvrage ? Nous ne le pensons pas. Il faut ­simplement prendre en compte qu’il s’agit là de regards ciblés qui en disent tout autant sur le pays que sur ceux qui ambitionnent de lui donner une figure, parfois un ­destin. L’ensemble donne à voir, si ce n’est l’Espagne et les Espagnols, une Espagne vue par des Espagnols. Mais n’est-ce pas là la conclusion logique d’un essai qui par ses objectifs, contingentés par les contraintes d’une édition limitant le nombre de pages, ne pouvait conduire qu’à une succession de choix, forcément non consensuels ? À la suite des auteures de l’ouvrage, nous engageons donc les lecteurs à poursuivre le périple et « à rencontrer à [leur] tour des Espagnols et poursuivre l’enquête » (p. 157). Ils disposent avec ce travail d’une base stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dugot, « Nacima Baron, Sylvia Desazars, Les Espagnols déterminés », Sud-Ouest européen, 39 | 2015, 124-125.

Référence électronique

Philippe Dugot, « Nacima Baron, Sylvia Desazars, Les Espagnols déterminés », Sud-Ouest européen [En ligne], 39 | 2015, mis en ligne le 23 juin 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://soe.revues.org/1943

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org