Navigation – Plan du site

Le patrimoine foncier comme marqueur des relations identitaires au terroir, l’exemple du vignoble de Bandol

How land ownership may reveal identity relations: the case of wine growing in Bandol
El patrimonio territorial como indicador de las relaciones identitarias del terruño, el ejemplo del viñedo de Bandol
Paul Minvielle, Éric Carroll et Jacques Daligaux
p. 29-40

Résumés

Le terroir peut être envisagé du point de vue de l’identité et de l’enracinement. L’ancrage territorial des vignerons est une forme de résistance au sein d’une appellation Bandol fortement menacée par la progression de l’urbanisation. Grâce à l’importance de leur patrimoine foncier, les acteurs du vignoble peuvent non seulement protéger plus efficacement leur territoire de production, mais aussi peser sur l’économie locale résidentielle et touristique. La faiblesse des investissements non locaux étonne dans un vignoble de Bandol entièrement intégré dans l’agglomération de Toulon. Cet ancrage dans le terroir peut-être considéré comme un maintien vivace de la ruralité au cœur même de l’arc latin métropolisé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La relation identitaire dans les terroirs d’appellation peut être appréhendée via la notion de ‎‏« communauté humaine‏ ‏‎, ‎‎telle ‎qu’elle est envisagée dans la définition INRA/INAO :

« Un terroir est un espace géographique délimité, dans lequel une communauté humaine construit au cours de son histoire un savoir collectif de production… » La communauté est ancrée dans le terroir. « Cette notion évoque des liens de solidarité organique autour de destins, d’identité, d’histoires, d’élaborations collectives de règles partagées et acceptées » (Fluttet, 2007).

2Nous émettons l’hypothèse qu’un des fondements de la relation identitaire au terroir relève du patrimoine foncier de cette communauté. La propriété de la terre et son exploitation par l’activité agricole, est source d’enracinement, de facteurs de reconnaissance, de solidarité entre les membres d’une même communauté (relations familiales, interpersonnelles, réseau de voisinage…). À l’identité terroir qui s’appuie sur un produit agricole labellisé, répond une identité territoriale qui s’inscrit dans le patrimoine foncier, dans la gestion des fermages, dans la transmission, le partage, la restructuration d’une propriété de générations en générations.

3Nous considérons ensuite, que les territoires AOC peuvent se différencier fortement selon des critères de gestion et d’appropriation du sol. Certaines appellations viticoles comme les Côtes de Provence ou le Chianti ont fait l’objet d’investissements importants de non-autochtones. Cela modifie la dynamique identitaire territorialisée au profit de logiques et d’échanges qui s’appuient davantage sur des réseaux extra locaux plus ou moins diffus. D’autres territoires d’appellation sont au contraire, pour l’instant, peu pénétrés par des vignerons ou des investisseurs venus d’autres horizons. C’est le cas notamment des vignobles de Patrimonio et de Bandol.

I – Le contexte de l’étude : un vignoble urbain sur un littoral méditerranéen très prisé

4Ce vignoble de Bandol est désormais complètement intégré dans un environnement urbain, celui de l’agglomération toulonnaise dont il constitue la périphérie occidentale (fig. 1). La question de l’enracinement dans un terroir est d’autant plus intéressante à traiter que nous ne nous situons pas au cœur de la France rurale, mais sur un littoral provençal voué au tourisme balnéaire, au sein d’un arc latin fortement métropolisé. La spéculation foncière se traduit par une progression régulière de l’urbanisation. Certains acteurs de l’urbanisme local, notamment les maires des communes de l’aire d’appellation, sont parvenus ces dernières années à préserver l’essentiel de l’intégrité territoriale de l’AOC Bandol dans un contexte parfois conflictuel. Le SCoT TPM, Schéma de Cohérence Territoriale Toulon Provence Méditerranée, a provoqué un vif mécontentement chez les viticulteurs en prévoyant de consommer plus de 500 hectares de terres agricoles, souvent plantées en vigne, ces 10 prochaines années. La relation identitaire au terroir constitue un des facteurs de résistance de la viticulture locale face à la poussée de l’urbanisation. Encore faut-il pouvoir répondre à la question suivante : les défenseurs du vignoble ont-ils une véritable maîtrise du foncier ?

Fig. 1 – Carte de situation du vignoble de Bandol au sein de l’agglomération urbaine de Toulon

Fig. 1 – Carte de situation du vignoble de Bandol au sein de l’agglomération urbaine de Toulon

II – La problématique : un terroir comme lieu d’enracinement d’une communauté

5Un terroir est un système géographique complexe. On peut définir quatre composantes principales : un environnement physique original ; l’enracinement d’une communauté dans un territoire ; la valorisation d’une rente par cette même communauté et enfin un espace de projet collectif. Dans notre analyse nous allons privilégier cette composante enracinement, en n’oubliant pas qu’elle est indissociable des trois autres composantes dans une logique systémique.

« La délimitation d’un terroir fait à peu près toujours référence à une identité avec une valorisation globale et collective dans un contexte régional. C’est la force des identités et des appartenances locales qui le plus souvent fait la pertinence du terroir […] mais cet ancrage territorial n’a de sens que s’il s’articule sur la valorisation de la rente territoriale ainsi créée. » (Hinnewinkel, 2007).

6Nous aborderons la question de la rente, sous l’angle du patrimoine foncier.

7La notion de patrimoine est à comprendre dans son sens premier de transmission d’un bien de générations en générations. Nous ne nous positionnons donc pas sur la problématique de la mise en patrimoine d’un territoire, mise en patrimoine qui est souvent le fait d’acteurs urbains ou périurbains ayant une approche nostalgique d’un milieu rural disparu. Il s’agit de traiter du patrimoine foncier des acteurs agricoles, pour répondre à la question : à qui appartient le vignoble de Bandol ? La réponse à cette question fera l’objet d’un traitement spécifique de données, mais il convient auparavant d’émettre un certain nombre d’hypothèses :

  • L’espace viticole est-il essentiellement la propriété de familles d’agriculteurs, à l’instar de la situation que l’on observe dans une bonne partie de France rurale à la fin du xxe siècle ? (Perrier-Cornet P., 2002).

  • Quelle est la part de l’appropriation citadine dans le temps long, comme on l’a noté en Languedoc à partir du xixe siècle ? (Dugrand, 1963). Cette propriété urbaine existe-t-elle encore au début du xxie siècle ?

  • Enfin quelle est l’ampleur des investissements récents relevant de la dynamique touristique et résidentielle sur un littoral varois soumis à une forte pression foncière ?

8On connaît l’attrait exercé par un vignoble en Méditerranée auprès de certaines catégories d’investisseurs (Perrin, 2009). On a pu étudier lors d’une analyse des investissements dans le vignoble provençal, l’importance de l’installation de vignerons étrangers, tout particulièrement dans l’appellation des Côtes de Provence. Le vignoble de Bandol est-il soumis au même phénomène ?

9Notre hypothèse principale est que le vignoble de Bandol est très peu pénétré par la propriété foraine. Les relations de solidarité, la circulation de l’information, la gestion des exploitations sont autant de facteurs qui contribuent à faire de ce terroir un espace identitaire très marqué. Nous n’aborderons pas de façon détaillée le lien entre l’identité du produit et l’identité des acteurs du terroir. La forte typicité et la grande qualité du vin de Bandol sont des éléments déterminant pour comprendre la solidarité des producteurs et la défense de leur rente territoriale. Depuis 1941, date de la création de l’appellation, le syndicat a veillé à ce que l’intégrité de la délimitation soit préservée. Le refus de toute démarche de hiérarchisation au sein du vignoble dans le cadre de l’INAO en est un exemple significatif. Le président de l’appellation, nous affirmait en 2010, que l’appellation était une et indivisible et que toute procédure visant à faire des distinctions au sein de l’AOC Bandol était fortement malvenue.

10En filigrane, pointe l’idée que le vin de Bandol ne peut pas être hiérarchisé car il est bon partout, dans les cuvettes de marnes noires comme sur les éboulis calcaires. Pour reprendre le vocabulaire de J.-C. Hinnewinkel, on pourrait dire que le socio-terroir prime sur l’agro-terroir. (Hinnewinkel, 2004). Ce ne sont pourtant pas les études de sol et les cartes de potentiel agronomique qui manquent dans les tiroirs de l’ODG, l’Organisme de Gestion et de Défense. Mais ce sont les vignerons qui font le vin et ces vignerons s’identifient fortement à ce produit. Rappelons que le Var a longtemps été une terre de vins de table. À partir des années 1960, la notoriété du Bandol grandissant à l’échelle nationale, les vignerons ont eu le sentiment de faire partie d’une élite. Il a fallu attendre la fin des années 1970 pour que l’appellation des Côtes de Provence voit le jour et encore ne s’agit-il que d’un vignoble spécialisé dans la production de vin rosé. Vin rosé certes d’un excellent rapport économique, largement produit à Bandol aujourd’hui, mais qui ne saurait être comparé à l’excellence du rouge, vin symbolisant le lien à la terre. Ce « patriotisme » ou ce localisme vigneron n’est pas sans rappeler le parallèle que faisait naguère Roger Dion, à l’échelle de l’ensemble de la France, entre nationalisme et fierté viticole :

« Il nous plairait de voir, dans les vertus de nos vignobles, l’effet d’un privilège naturel, d’une grâce particulière accordée à la terre de France, comme s’il y avait plus d’honneur, pour notre pays, à recevoir du Ciel que de la peine des hommes cette renommée vinicole où nos ancêtres ont trouvé un sujet de fierté collective avant même que ne se fût éveillé en eux le sentiment d’une patrie française… ». (Dion, 1959, p. 8)

11Cette identité de l’AOC Bandol se manifeste aussi dans des pratiques collectives très actives, sous la forme de comités, de commissions, de réunions. Cette intense vie collective s’appuie sur des relations complexes entre acteurs du vignoble, qui ont très souvent des liens familiaux, une histoire commune parfois faite de tensions, de jalousies, de conflits dans la plus parfaite tradition d’une communauté villageoise. Cet esprit de village attaché à ces particularités, transparaît fortement dans les entretiens. Toute la question est de mesurer si cet ancrage dans le terroir de Bandol se traduit dans les faits par une maîtrise forte du patrimoine foncier. Les vignerons enracinés sont-ils maîtres de leur destin ou devront-ils composer avec d’autres acteurs de l’urbanisme local, avec des investisseurs, pour construire l’avenir du terroir ?

12La question de la mondialisation ne peut pas être éludée. L’existence d’une communauté de producteurs solidaires, ancrée dans un terroir, peut sembler bien fragile dans un univers où règne la libre circulation des hommes, des produits et des capitaux. Pourtant la réaction de défense face à la mondialisation génère du local, la mobilité de l’enracinement, et l’homogénéité de la différenciation (Guigou, 2002). L’analyse des relations complexes entre mondialisation et territorialisation est d’ailleurs à l’origine des études sur la glocalisation très répandues dans la communauté scientifique (Blasquez, 2012).

13Envisager le terroir comme un espace productif à forte dimension identitaire mérite une mise au point. La dimension idéologique de la relation à l’enracinement local rend toute étude sur ce sujet délicate. L’instrumentalisation du discours sur les valeurs paysannes par le régime pétainiste a longtemps rendu très suspecte toute référence explicite à la terre. La mondialisation lui a redonné toute sa mesure dans un contexte foncier bien particulier, celui de la défense du mouvement des « Sans Terre », en particulier au Brésil, dans le cadre de la nébuleuse altermondialiste. Par extension, la défense du terroir est assimilée aujourd’hui à la protection de toute activité de proximité dite non délocalisable en raison de sa forte dimension culturelle inimitable et inaliénable. Loin de se limiter à une seule mouvance politique, la référence à la terre se diffuse dans toute la société. Pour ne citer qu’un exemple, pour promouvoir l’agriculture de proximité dans les grandes et moyennes surfaces, la chambre d’agriculture du Var vient de créer une marque commerciale, dénommée « Terre du Var ». Il n’en demeure pas moins qu’il faut rappeler de façon plus générale, que l’identité a souvent été par le passé au service des discours de race, d’exclusion et de conflits :

« Les géographes devraient exercer leur activité critique sur la question de l’identité spatiale, alors même que beaucoup font plutôt montre d’une certaine fascination pour les identités locales et territoriales, voire d’une relative complaisance ». (Lussault, 2003, p. 480-481).

14Cette hypothèse principale d’une communauté humaine enracinée dans son terroir, alors que nous sommes situés dans l’agglomération toulonnaise, s’appuie sur des entretiens passés avec les acteurs du vignoble, entre 2010 et 2012. Une trentaine de vignerons ont été interrogés sous la forme d’entretiens non directifs, ce qui correspond à un quart des exploitations de plus de six hectares du bassin de Bandol. Il ressort de cette analyse qualitative initiale que les producteurs de Bandol ne facilitent pas toujours l’accueil des nouveaux arrivants dans le vignoble. La terre se transmet, lorsque cela est possible, de père en fils. Quand un vigneron n’a pas de repreneur, il se tourne vers son voisin ou vers la cave coopérative pour trouver un successeur. Citons l’exemple de M. KL, coopérateur de longue date, possédant au Castellet quatre hectares de vignes et gérant en fermage une superficie comparable. Il vient de transmettre son exploitation à un jeune, d’une famille bien connue du Castellet, actuellement gérant d’une cave particulière en Bandol. Ce jeune producteur travaillait auparavant à la cave coopérative dont M. KL était l’un des administrateurs.

15Néanmoins, ce milieu vigneron du Bandol, assez fermé, génère de l’intégration. Une famille issue de rapatriés d’Afrique du Nord est aujourd’hui un des piliers de la communauté. Les enfants ont toujours vécu au domaine et ont repris l’exploitation. Tel domaine, fondé dans les années 1950 par un vigneron du Beaujolais est aujourd’hui dans le même cas de figure. Plus récemment une famille issue d’une propriété renommée du Médoc, s’est installée dans les années 1990 sur les hauteurs de la Cadière-d’Azur, en fondant le domaine R. Rapidement devenue un des fleurons de l’appellation, la propriété s’est édifiée sur des terres boisées, jamais plantées en vignes auparavant. Ce domaine pionnier est non seulement créateur de nouveaux terroirs, mais aussi concepteur d’un nouveau style de vin de Bandol, grâce à un savoir-faire très maîtrisé dans l’élevage en fût. Sa volonté d’intégration est manifeste par une participation active à la vie du syndicat, en l’occurrence par la direction de la commission foncière. Ce domaine est d’autant plus apprécié, qu’il amène les grands prescripteurs internationaux à s’intéresser au vin de Bandol. L’identité du produit, en l’occurrence le Bandol sombre du domaine R, aux puissants arômes d’épices et de fruits noirs, parfaitement typique de l’appellation, est indissociable de l’identité territoriale en voie de construction sur les hauteurs de la Cadière.

16On le perçoit grâce aux entretiens, le caractère identitaire du terroir de Bandol se maintient par attachement à la terre et au vin qui y est produit. Cette approche qualitative doit maintenant être complétée par une étude quantitative pour valider et compléter les idées qui ont émergé lors des entretiens. Avant de présenter les résultats, il convient de faire quelques remarques méthodologiques.

Méthodologie : bases de données relationnelles, SIG et interdisciplinarité

Cette étude est réalisée dans le cadre d’un programme de l’ANR, l’Agence Nationale de la Recherche, intitulé PATERMED, Paysages et Terroirs Méditerranéens. Le caractère interdisciplinaire du projet scientifique doit être souligné : pour réaliser une analyse précise des structures d’exploitation et de propriétés, il a été nécessaire d’associer géographes et chercheurs informaticiens, spécialisés en architecture de bases de données relationnelles. Dans un premier temps, il a fallu accéder à des sources confidentielles, tout particulièrement les fichiers cadastraux de la base Majic 3 de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFip), mis à jour en 2010 et le Cadastre Viticole Informatisé (CVI). Ces données n’auraient pas été accessibles sans la collaboration étroite des organismes professionnels associés au programme PATERMED : le centre de l’Institut National de l’origine et de la qualité (INAO) d’Hyères, la chambre d’agriculture du Var, l’Organisme de Défense et de Gestion (ODG) des Côtes de Provence et de Bandol. Cela s’est traduit par la signature de conventions avec des protocoles précis pour un strict respect de la confidentialité. Les données ont fait l’objet de longs traitements, en particulier l’adéquation entre les références cadastrales du CVI, parfois anciennes, et celles de la base Majic 3. Un stage de Master a été consacré à la mise à jour du fichier des structures d’exploitation dans le CVI pour le compte de l’ODG de Bandol (Bourque N., 2010).

La principale difficulté méthodologique a été de concevoir l’architecture de la base de données relationnelle. Il a fallu développer une application spécifique sous SQL SERVER. La construction de la base a nécessité ensuite un important travail pour mettre en concordance les données : respect de l’intégrité référentielle, identification des relations entre propriétaires et exploitants. Insistons sur ce dernier aspect qui n’a pas pu être automatisé : des tables de concordance croisées ont permis de dresser un fichier des propriétaires de parcelles des exploitations, en s’appuyant sur les patronymes, les noms des exploitations (châteaux, domaines) et enfin sur les adresses. À l’intérieur d’une même exploitation, il n’est pas rare de trouver conjointement de la propriété en nom propre, de la propriété attachée au nom d’une SCEA, Société Civile d’Exploitation Agricole, de la propriété appartenant à la famille élargie aux parents et aïeux et enfin des fermages. Nous nous sommes focalisés sur l’identification des relations entre propriétaires et exploitants des structures ayant plus de 10 hectares, ce qui correspond à 70 % de la surface du vignoble et à 63 exploitations dont 42 caves particulières et 21 coopérateurs. Le traitement du reste du fichier est en cours de réalisation. La dernière étape a consisté à exploiter la base de données en l’intégrant à un SIG, Système d’Information Géographique. D’autres problèmes méthodologiques sont apparus lors de la réalisation de cartes, notamment la gestion de la multipropriété à l’échelle de la parcelle. Un des atouts de l’utilisation d’un SIG est la superposition de l’information. Nous avons pu superposer structures de propriété, occupation du sol et zonage du parcellaire classé en AOC. Enfin un important travail de numérisation a été réalisé dans le cadre du programme PATERMED : les parcelles de vignes ont été digitalisées sous SIG (fig. 2), à partir des orthophotographies de l’IGN, afin de disposer d’une base d’occupation du sol fiable à l’échelle parcellaire. (Gago, 2011).

Fig. 2 – Les parcelles classées en AOC possédées par les exploitants du nord de la commune de la Cadière-d’Azur en fonction de l’occupation du sol

Fig. 2 – Les parcelles classées en AOC possédées par les exploitants du nord de la commune de la Cadière-d’Azur en fonction de l’occupation du sol

Sources : INAO, Crige PACA, PATERMED

III – Des structures d’exploitation de tailles moyennes à petites et fortement morcelées

17Il est d’usage de différencier la propriété des résidants et la propriété foraine, lors de l’analyse du parcellaire d’une commune (Bonnemaison, 1952). Le traitement de la base cadastrale, nous permet de faire la même distinction à l’échelle de l’ensemble du vignoble de Bandol, et d’envisager d’un seul bloc les cadastres des huit communes de l’appellation : la propriété résidante est donc celle des habitants des communes de l’aire AOC par opposition à la propriété foraine des possesseurs de parcelles résidant à l’extérieur de ce territoire.

18Avant d’envisager les résultats de l’étude croisée du cadastre et du fichier exploitant, il faut faire une présentation synthétique des structures d’exploitation, pour mieux saisir le fonctionnement du vignoble. Sur un total de 337 exploitants déclarant une production en AOC Bandol, 51 correspondent à des exploitations de tailles moyennes comprises entre 10 et 30 hectares, soit 42 % des superficies plantées (tabl. 1). Les grandes exploitations sont assez peu nombreuses. Nous avons fixé le seuil de la grande exploitation à 30 hectares, ce qui correspond à la perception que l’on se fait localement des plus grands domaines, qui sont une douzaine, pour 26 % de la superficie. Il n’y a pas, à la différence de l’appellation voisine des Côtes de Provence, de grandes exploitations dépassant la centaine d’hectares. À Bandol, le plus grand domaine, formé par des rapatriés d’Afrique du Nord au début des années 1960, avoisine les 70 hectares. Il faut malgré tout souligner que la rémunération du vin de Bandol est particulièrement intéressante, comparée à celle des autres appellations provençales, que cela soit en vrac (3 à 4 euros/l) ou au détail au caveau (10 à 30 euros la bouteille selon les domaines). (Fig. 3).

Tableau 1 – Les structures d’exploitation en 2010 par taille en hectares

Taille en ha

Superficie en ha

en %

Nombre d’exploitations

en %

>30

527,30

26,40

12

3,56

[20-30]

275,14

13,77

11

3,26

[10-20]

561,82

28,13

40

11,87

[5-10]

322,31

16,14

46

13,65

[1-5]

256,91

12,86

112

33,23

<1

54,07

2,71

116

34,42

total

1997,55

100

337

100

Sources CVI, ODG Bandol

Fig. 3 – Les structures d’exploitations en 2010 selon la taille dans le vignoble de Bandol

Fig. 3 – Les structures d’exploitations en 2010 selon la taille dans le vignoble de Bandol

(Sources : CVI, ODG de Bandol)

19Notons enfin qu’il y a un grand nombre de petits exploitants qui possède une surface inférieure à cinq hectares. Pour mémoire rappelons que la SMI, Surface Minimale d’Installation a été fixée à 6 hectares pour l’appellation Bandol, et qu’il est possible de s’installer en viticulture à partir d’une demi-SMI. Ces petites exploitations ne représentent que 15 % de la surface du vignoble, mais correspondent aux deux-tiers du nombre. La majorité d’entre-elles sont gérées par de petits coopérateurs. Il existe néanmoins une petite cave particulière à la superficie plantée inférieure à trois hectares. À cette relative modestie de la taille des exploitations agricoles, il faut ajouter un grand morcellement du vignoble. Si la taille moyenne des parcelles est de l’ordre de 2500 m², les très petites parcelles inférieures à 500 m² sont très nombreuses. Ce morcellement s’explique en partie par l’existence d’un vignoble ancien en terrasses de cultures sur les coteaux les plus raides. Il n’est pas rare d’observer des micro-parcelles entourées de murets se limitant à deux ou trois rangées de vignes. Précisons qu’un nombre non négligeable de petits exploitants continue à exploiter des surfaces très réduites pour bénéficier d’un statut de cotisant solidaire auprès de la Mutualité Sociale Agricole. Ces exploitants parfois très âgés, dont les vignes sont en réalité gérées par leurs parents, voisins ou amis, contribuent à une surreprésentation des très petites exploitations.

20Les modes de faire-valoir sont particulièrement complexes à appréhender dans un contexte d’agrandissement régulier des exploitations agricoles. Les 58 exploitations installées en caves particulières en 2012 sont majoritairement en FVD, Faire-Valoir Direct, mais le FVI, Faire-Valoir Indirect progresse partout. Les vignerons retraités rechignent à vendre leurs parcelles dans un environnement marqué par la spéculation foncière. Une partie importante du vignoble est à une distance réduite de l’espace urbanisé, voire est insérée dans le bâti diffus. L’espoir d’un changement de statut au PLU, Plan Local d’Urbanisme, conduit bon nombre de vignerons retraités à garder leur patrimoine foncier. Les caves particulières ou les coopérateurs les plus dynamiques ont donc été amenés à prendre des fermages pour s’étendre, parfois au détriment de la concentration du parcellaires d’exploitation. Au sein d’une même structure, il est fréquent qu’une partie des parcelles soit en propriété et une autre en fermage. Si le statut du métayage a tendance à disparaître, on observe fréquemment le recours à des prestataires pour exploiter les vignes. Cela présente le double avantage de garder le statut d’agriculteur et de contrôler le foncier.

21Ces informations sur les modes de faire-valoir sont issus de l’exploitation du CVI et aussi des entretiens. La confrontation des données CVI et des données Majic 3 permet de confirmer cette mixité des modes de faire-valoir.

IV – Une propriété foraine très faible et des propriétaires résidants enracinés dans le terroir

22Le résultat le plus significatif de cette confrontation entre structure de propriété et structure d’exploitation est la part très élevée de la propriété résidante par rapport à la propriété foraine. Sur les 1 997 hectares du vignoble de Bandol, 82,5 % appartiennent aux résidants des huit communes de l’aire (tabl. 2).

Tableau 2 – La propriété selon l’origine géographique dans le vignoble de Bandol

LIEU DE RÉSIDENCE DES
PROPRIÉTAIRES

SUPERFICIE EN HECTARES

SUPERFICIE EN % DU TOTAL

SUPERFICIE DES EXPLOITATIONS (en ha)

SUPERFICIE EN % DU TOTAL

BANDOL

10,59

0,53

8,16

0,41

ÉVENOS

46,15

2,31

54,77

2,74

LE BEAUSSET

198,65

9,94

185,11

9,27

LA CADIÈRE D’AZUR

517,82

25,92

656,35

32,86

LE CASTELLET

502,76

25,17

722,65

36,18

OLLIOULES

30,60

1,53

22,43

1,12

SANARY SUR MER

31,29

1,57

47,25

2,37

SAINT CYR SUR MER

309,70

15,50

300,83

15,06

AOC BANDOL

1647,56

82,48

1997,55

100

VAR HORS BANDOL

77,85

3,90

 

 

DONT TOULON

19,88

1,00

 

 

BOUCHES DU RHÔNE

58,87

2,95

 

 

DONT MARSEILLE

27,08

1,36

 

 

VAUCLUSE

18,13

0,91

 

 

ALPES DE HAUTE PROVENCE

0,85

0,04

 

 

HAUTES ALPES

5,60

0,28

 

 

PACA HORS BANDOL

161,30

8,07

 

 

AUTRES RÉGIONS EN FRANCE

159,13

7,97

 

 

DONT PARIS

30,24

1,51

 

 

ÉTRANGER

29,51

1,48

 

 

TOTAL

1997,55

100

 

 

(Sources : Majic 3, 2010 et CVI 2010)

23Une majorité de propriétaires résidants est constituée par des viticulteurs. Les exploitations supérieures à 10 hectares possèdent à elles seules 1 072 hectares, sur 1 364 hectares en exploitation, soit une part de 78,6 % de parcelles en FVD. Les autres propriétaires sont soit d’autres agriculteurs (maraîchers, arboriculteurs…), soit des habitants des huit communes qui ne sont pas ou ne sont plus des exploitants agricoles. Tous en revanche sont des acteurs clés du terroir. La communauté qui structure un socio-terroir peut être élargie à tout un réseau de personnes qui participe de près ou de loin à la vie de l’appellation. Les critères qui permettent de la définir sont les relations interpersonnelles sur la base d’une structure familiale étendue, la participation aux manifestations organisées par l’ODG (évènements culturels, fête du millésime…), et bien-sûr la possession de parcelles de vignes confiées en fermage. Les propriétaires locaux non exploitants ont fréquemment les mêmes patronymes que les exploitants. Ces patronymes sont souvent inscrits sur le monument aux morts de la commune, image hautement symbolique de l’attachement à la terre. (Base de données Mémorial Genweb, 2012). Le vignoble appartient ainsi à une large majorité de résidants, résidants qui sont aussi les membres d’une communauté locale enracinée de longue date.

24Les propriétaires forains possèdent seulement 17,5 % de la surface totale du vignoble, soit 350 hectares. Quel est leur lieu de résidence : ils habitent d’abord la Provence, (160 hectares pour la région PACA) ; puis les autres régions de France pour une superficie comparable. La propriété foraine étrangère est très réduite (Suisse, Belgique, États-Unis).

25Cette propriété foraine n’est‏ généralement pas concentrée, Il s’agit dans la majorité des cas de petites parcelles isolées obtenues lors d’un partage successoral. Les villes de Marseille et de Toulon comptabilisent à elles seules 47 hectares de cette petite propriété successorale éclatée.

26Il existe néanmoins quelques rares exceptions de propriétés plus importantes. Deux domaines du vignoble de Bandol sont possédés par des notables parisiens. La première propriété située à Évenos, s’étend sur 15 ha. Apparue à la fin du xixe siècle, elle est gérée par une Société Civile Immobilière installée à Meudon, qui en a confié l’exploitation à une équipe de salariés. La seconde propriété, est localisée à la Cadière-d’Azur, et appartient à un ancien conseiller du président Giscard d’Estaing, banquier de renom. Il s’agit d’une vieille propriété familiale, d’une superficie de 10 hectares, confiée en fermage à un coopérateur. La relative rareté de ces exploitations possédées par des notables mérite un commentaire. Le vignoble varois à la différence du Languedoc, n’a pas connu au xixe siècle un investissement conséquent de la part des bourgeoisies urbaines marchandes. (Auriac, 1983).

27Les investissements provenant de domaines viticoles d’autres régions de France sont également limités. Nous ne tenons compte que de la propriété foraine. Cela signifie que nous excluons de l’analyse les domaines achetés depuis quelques décennies par des Bordelais ou des Bourguignons qui résident dans le vignoble. (Deux domaines identifiés à Bandol, installés respectivement en 1954 et en 1991). Deux caves particulières sont de véritables propriétés foraines. La première est un investissement d’un domaine viticole installé à Nans-les-Pins ‎(appellation ‎‏« Coteaux Varois‏ »‏‎). ‎Le chef d’exploitation de ce domaine a acheté une exploitation de 15 hectares, classée en AOC Bandol, située à La Cadière-d’Azur, et l’a confiée à l’un de ses enfants. L’autre propriété foraine appartient à un groupe qui est un des fleurons de la viticulture provençale, installé sur trois sites : Le Castellet pour l’appellation Bandol, Bormes-les-Mimosas et Taradeau pour les Côtes de Provence. Ces deux familles sont présentes de longue date dans les vignobles provençaux et sont parfaitement intégrées dans la communauté des producteurs de Bandol. On ne note pas la présence de grands groupes du négoce viticole, alors qu’ils se sont installés dans l’appellation des‏ Côtes de Provence‏ :‏‎ la société Castel, par exemple, a réalisé de grands investissements dans une exploitation de plus de 100 hectares à Vidauban.

28L’appellation des Côtes de Provence, voisine de Bandol, a accueilli ces 30 dernières années d’importants capitaux étrangers. On estime ces investissements à 1 800 hectares de vignes, soit 9 % de la superficie du vignoble. Ces propriétés sont particulièrement bien représentées sur le littoral varois entre Toulon et Saint-Tropez, sous la forme de propriétés de grandes dimensions, souvent associées à un patrimoine bâti remarquable. Les capitaux sont d’origine géographique très diverses : États-Unis, Angleterre, Allemagne, République indienne, Liban… (Minvielle, 2008). Rien de tel à Bandol‏ où‏ ‏on ‎ne décompte que 30 hectares relevant de la propriété foraine étrangère, et encore, il ne s’agit que de toute une série de petites parcelles,‎‏ réparties ‎entre de nombreux petits propriétaires. Cette faiblesse des investissements étrangers est étonnante lorsque l’on réalise l’attrait que représente la Provence viticole à l’échelle européenne ou nord-américaine. Trois explications principales peuvent être avancées pour essayer de comprendre la rareté des investissements étrangers :

  • En premier lieu, la grande propriété est pratiquement inexistante. L’achat d’un grand domaine est le moyen de contrôler une importante emprise foncière sur des espaces à fort enjeux, à proximité d’un littoral touristique, en vue peut-être, de la construction à moyen terme d’un village de vacances, d’un golf, ou d’un centre d’œnotourisme.

  • il y a assez peu de patrimoine bâti exceptionnel à Bandol, capable d’éveiller l’intérêt d’une fortune mondiale, alors que les grandes demeures en vieilles pierres ou les châteaux sont assez nombreux ailleurs dans la campagne varoise ;

  • Les vignerons de l’appellation Bandol répugnent à vendre leurs terres. Les terres disponibles sont réparties parmi les membres de la communauté locale. Cette troisième explication est centrale dans notre hypothèse initiale d’un enracinement très développé au sein de cette appellation.

29Enfin la propriété relevant des collectivités territoriales ou des instances institutionnelles est également très limitée. La seule propriété qui mérite d’être mentionnée, appartient au Conservatoire du Littoral, pour une superficie de 15 hectares. Cette propriété est confiée en fermage à un coopérateur de La Cadière d’Azur. Situées sur un littoral protégé de la commune de Saint-Cyr-sur-Mer, ces vignes font partie d’une sélection terroir valorisée par la cave.

30Si nous venons de constater que la propriété est très majoritairement locale, insistons en conclusion sur un autre aspect. Le vignoble de Bandol est entre les mains d’agriculteurs ou d’agriculteurs retraités. À la longue liste des locaux, impliqués de très près dans les affaires agricoles, il faut ajouter, très symboliquement, le propriétaire forain le plus important du cadastre, qui possède à lui seul 22 hectares de Bandol AOC. Ce propriétaire est un retraité de l’agriculture, demeurant aujourd’hui en Ardèche. S’il n’a jamais été viticulteur, il a travaillé la terre toute sa vie. Il a récupéré ce bien lors d’une succession, bien qu’il confie depuis de nombreuses années à un vigneron du Castellet.

V – Des vignerons de Bandol qui contrôlent une part non négligeable du foncier non viticole

31Dans le précédent développement, nous avons mesuré des surfaces plantées en vigne, en nous appuyant sur les références cadastrales du CVI, qui correspondaient à la base cadastrale Majic. Désormais, nous allons nous intéresser à la totalité de la propriété des vignerons. La table de concordance établie pour faire le lien entre propriétaires et exploitants, est utilisée pour aller chercher dans l’ensemble du cadastre l’intégralité de la propriété des exploitants. Dans l’état actuel du traitement des données, nous avons réalisé cette concordance pour les 63 plus grandes exploitations du vignoble, soit les exploitations supérieures à 10 hectares. Nous avons calculé un indice qui met en relation le total des parcelles possédées aux parcelles exploitées en vignes. Par exemple le domaine 1 (tabl. 3) possède 53,5 hectares et exploite 77,3 hectares de vignes, soit un indice de 0,69. Ce domaine ne possède pas de réserves foncières pour étendre son exploitation ou diversifier son activité et a inévitablement recours au fermage. Le domaine 3, avec un indice de 1,76, est dans une situation foncière plus confortable avec une propriété de 97 hectares pour 55 hectares de vignes en exploitation.

32Les 63 exploitations concernées par le traitement des données, comptabilisent dans l’ensemble du cadastre une superficie de 2 482 hectares, dont 40 % sont situés en dehors du vignoble (946 hectares). Ces 946 hectares, se répartissent entre 602 hectares de terres dites naturelles (essentiellement des espaces boisés), 216 hectares d’autres terres agricoles et enfin 127 hectares d’espaces bâtis. Les vignerons possèdent donc d’importantes superficies en dehors du vignoble. Cela leur donne un poids supplémentaire pour peser sur l’avenir de leur terroir.

33Si l’on se focalise sur les 15 exploitations qui possèdent le plus de surfaces dans l’ensemble du cadastre, (tabl. 3), on constate que la hiérarchie des exploitations est complètement bouleversée. La plus grande exploitation (77 hectares de vignes), n’apparaît qu’au onzième rang, alors que l’exploitation qui se classe au premier rang n’est que le 33e domaine viticole de Bandol (14 hectares de vignes). En moyenne, ces 15 exploitations ont un coefficient parcelles en propriété sur vignes exploitées largement supérieur à trois. Elles possèdent un important patrimoine foncier qu’il convient d’identifier.

Tableau 3 – Les parcelles possédées par les 15 premières exploitations, anonymées selon leur rang dans la production de Bandol AOC

EXPLOITATIONS ANONYMÉES

PARCELLES POSSÉDÉES

VIGNES EN
EXPLOITATION

INDICE PARCELLES POSSÉDÉES/ VIGNES EN EXPLOITATION

DOMAINE 33

501,33

14,4

34,81

DOMAINE 16

140,69

29

4,85

DOMAINE 32

101,95

14,5

7,03

DOMAINE 3

97,00

55

1,76

DOMAINE 9

84,65

35,9

2,36

DOMAINE 4

77,75

48,9

1,59

DOMAINE 5

65,83

47,4

1,39

DOMAINE 35

63,47

13,2

4,81

DOMAINE 39

61,41

11,3

5,43

DOMAINE 36

57,80

12,9

4,48

DOMAINE 1

53,49

77,3

0,69

DOMAINE 22

53,38

24,5

2,18

DOMAINE 31

51,09

14,7

3,48

DOMAINE 24

50,26

21,7

2,32

DOMAINE 26

48,70

18,5

2,63

TOTAL

1508,79

439,2

3,44

(Sources : Majic 3, 2010, CVI 2010)

34Afin d’illustrer la nature de ces propriétés non viticoles nous allons changer d’échelle en nous focalisant sur la partie nord de la commune de la Cadière-d’Azur. Ce secteur présente l’avantage de rassembler un grand nombre d’exploitations. Cela permet de faire une analyse cartographique en respectant l’anonymat. Sur la figure 2, ont été représentées les parcelles possédées par les exploitations supérieures à 10 hectares, en fonction de l’occupation du sol. Notons que l’intégralité de ce secteur est classé en appellation contrôlée Bandol (une parcelle classée en AOC n’est pas forcément plantée) :

  • tout d’abord, on observe qu’à la périphérie du vignoble, les exploitants possèdent des parcelles agricoles non viticoles, notamment des vergers d’oliviers et des périmètres en maraîchage ;

  • ensuite, il faut noter la présence de parcelles bâties à proximité du vignoble, tout particulièrement dans la partie sud-est de la carte. Cet habitat correspond au zonage NB du plan d’occupation des sols (POS). Le POS est toujours opposable à la fin de l’année 2 012, ce qui autorise, en attente de l’instauration d’un Plan Local d’Urbanisme, la poursuite d’une urbanisation diffuse aux confins des espaces boisés et agricoles. Ce patrimoine bâti, bien visible dans les espaces construits diffus de La Cadière, donne une idée du poids de la communauté vigneronne dans le patrimoine immobilier local.

  • Enfin, les superficies les plus importantes concernent les espaces boisés situés au nord de la commune. Cette propriété forestière, classique dans les exploitations agricoles, est d’autant plus déterminante pour l’avenir de la viticulture que l’essentiel de ce territoire est classé en AOC Bandol. Il y a là une remarquable réserve foncière pour étendre le vignoble, ou compenser les pertes subies par urbanisation. La plantation de vignes dans ces marges boisées n’est pas toujours possible, pour des raisons réglementaires ou économiques. Il n’en demeure pas moins que cette propriété située dans les collines calcaires qui dominent le vignoble est un gage important pour l’avenir de la viticulture.

Conclusion

35À l’heure où le thème de l’agriculture urbaine est très prisé par les chercheurs, il n’est pas anodin de constater qu’un terroir viticole renommé, celui de Bandol, à la périphérie immédiate de la ville de Toulon, est un territoire où la dimension identitaire est forte. La possession de la terre est un des marqueurs de cette identité terroir.

36Le maintien de l’AOC Bandol, problématique en raison de la progression de l’agglomération toulonnaise, nécessite très certainement une gouvernance urbaine spécifique (Angles et al., 2012). Néanmoins, le patrimoine foncier de la communauté vigneronne, particulièrement solide, est un important garant de la pérennité du terroir de Bandol. Certes l’attachement à la vigne peut-être mis à mal par un différentiel qui reste spectaculaire entre le prix de l’hectare de l’AOC Bandol et le prix de l’hectare à bâtir, (ce différentiel est actuellement de un à dix). Néanmoins cette communauté vigneronne possède d’importantes superficies non viticoles, notamment boisées, qui peuvent être utilisées dans une logique de compensation suite à l’arrachage d’une parcelle de vigne. (Minvielle, 2006).

37De façon plus générale, on peut également conclure que l’identité terroir, illustrée par cet exemple de Bandol, est une manifestation de la ruralité dans un environnement urbain mondialisé. S’il est fréquent de souligner que l’intérêt pour le terroir est une des réactions à la mondialisation, il nous paraît plus fondamental d’affirmer que l’identité vécue au quotidien dans un vignoble AOC, génère des pratiques collectives enracinées autour de la possession de la terre. Ces pratiques collectives sont de substances rurales, « avec une vision du monde en termes de surface ; une logique d’accumulation de la terre ; une activité ancrée au sol ; un centrage sur la production agricole‎‏ » (‏Levy, 2003). Cette ruralité‎‏ ‏liée‏ ‏à‏ l’‏identité‏ ‏terroir, comme une forme de résistance à la mobilité des hommes et des capitaux, à l’individualité, cimente une communauté capable d’intégrer de nouveaux arrivants. Cette communauté fonde un socio-terroir dans la ville.

Haut de page

Bibliographie

Angles S. et al.,‎‏ ‎« ‏La gouvernance territoriale agricole l‏’‏exemple de la viticulture et de ‎‎l‏’‏oléiculture dans l‏’‏agglomération de Toulon‏ », ‎Environnement urbain/Urban ‎Environment, 2012, p.‎‏ ‏‎74-99.‎

Auriac F., Système économique et espace, Paris, Economica, 1983, p. 45-74.

Bonnemaison M‎., « Évolution de la propriété dans une commune du Grésivaudan depuis le ‎xviiie siècle » Revue de géographie alpine, Tome 40,‎‏ n° 3. ‏‎1952, p.‎‏ ‏‎463-478.‎

Blasquez Salom, M., La geoeconómia y la geopolítica turística. Análisis de la glocalización turística balear, implicaciones socioambientales, GIST, University of the Balearic Islands, 2012, p. 34.

Bourque N., Les exploitations viticoles dans l’appellation Bandol, Aix-en-Provence, Master Cogest, 2010, p. 123.

Dion R., Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, Éditions Flammarion, 1959, 543 p.

Dugrand, R., Villes et campagnes en Bas-Languedoc, Paris, Presses Universitaires de France, 1963, 638 p.

Flutet et al., « Terroir : pour une définition opérationnel au service du développement durable », Actes du colloque international sur les terroirs, Aix-en-Provence, 2007, p. 27-32.

Gago C., Dynamisme d’un vignoble de qualité au sein d’un territoire soumis à une forte pression foncière, Université d’Aix-Marseille 1, mémoire de master, 2011, 80 p.

Guigou J.-L., La France en 2020, Étude Prospective de la DATAR, Paris, Datar, La Documentation française, 2002, p. 3-6.

Hinnewinkel J.-C., « L’avenir du terroir : gérer de la complexité par de la gouvernance locale », Méditerranée, Aix-en-Provence, n° 109, 2007, p. 17-21.

Hinnewinkel J.-C., Les terroirs viticoles, origines et devenirs, Éditions Féret, 2004, 228 p.

Levy J. « Rural » in Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 808-809.

Lussaut M.,‎‏ ‎« l‏’‏identité‏ ‏spatiale‏ » ‎‏in‏ ‏Dictionnaire de la géographie et de ‎l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p.‎‏ ‏‎480-481.‎

Minvielle P.,‎‏ « Urbanisation et protection du vignoble du littoral varois‏. » ‏Sud-ouest Européen, n° 21, 2006, p.‎‏ ‏‎57-64.‎

Minvielle P‎., « Les domaines viticoles provençaux entre tradition et mondialisation ». ‎Lesétrangers dans les campagnes, Clermont-Ferrand. Ceramac Presses Universitaires Blaise Pascal, 2008, p. 383 – 396.

Mora O. et al., Les nouvelles ruralités en France à l’horizon 2030, Paris, INRA, 2008, p. 84

Perrier-Cornet P., À qui appartient l’espace rural ?, Paris, Éditions de l’Aube, DATAR, 2002, ‎143‎‏ p.‏

Perrin C., Construire les campagnes méditerranéennes Usages, aménagement et valorisations du foncier agricole périurbain en Provence et en Toscane (1950-2010), Thèse de doctorat, Aix-en-Provence, 2009, 776 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de situation du vignoble de Bandol au sein de l’agglomération urbaine de Toulon
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/399/img-1.png
Fichier image/png, 332k
Titre Fig. 2 – Les parcelles classées en AOC possédées par les exploitants du nord de la commune de la Cadière-d’Azur en fonction de l’occupation du sol
Crédits Sources : INAO, Crige PACA, PATERMED
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/399/img-2.png
Fichier image/png, 627k
Titre Fig. 3 – Les structures d’exploitations en 2010 selon la taille dans le vignoble de Bandol
Crédits (Sources : CVI, ODG de Bandol)
URL http://soe.revues.org/docannexe/image/399/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Minvielle, Éric Carroll et Jacques Daligaux, « Le patrimoine foncier comme marqueur des relations identitaires au terroir, l’exemple du vignoble de Bandol », Sud-Ouest européen, 36 | 2013, 29-40.

Référence électronique

Paul Minvielle, Éric Carroll et Jacques Daligaux, « Le patrimoine foncier comme marqueur des relations identitaires au terroir, l’exemple du vignoble de Bandol », Sud-Ouest européen [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://soe.revues.org/399 ; DOI : 10.4000/soe.399

Haut de page

Auteurs

Paul Minvielle

Maître de conférences, UMR TELEMME, paul.minvielle@univ-amu.fr

Éric Carroll

Ingénieur de recherche IR2, CNRS, UMR TELEMME, carroll@mmsh.univ-aix.fr

Jacques Daligaux

Maître de conférences, UMR TELEMME, daligaux@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sud-Ouest européen – Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org